CNews n°1194 3 déc 2012
CNews n°1194 3 déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1194 de 3 déc 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : L'Egypte coupée en deux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Les clés du jour 4 N°1194 LUNDI 3 DÉCEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR Boulevards - Icebergs - Copé - Frimousses - Égypte PSG - Discothèque - Zoé - Tuerie -Tunnel - Montebourg - Farmer Médecins - Mali - Taxis - Law - Royal - Culture - Abbas © G. MARAIS/SIPA C’EST ARRIVÉ UN 3 DÉCEMBRE LA PREMIÈRE GREFFE DU CŒUR EST RÉALISÉE Le 3 décembre 1967, le chirurgien sud-africain Christiaan Barnard réalise au Cap la première greffe cardiaque de l’histoire sur un patient de 55 ans. Louis Washkansky reçoit le cœur d’une jeune femme décédée dans un accident de la route. Il survivra 18 jours avec le greffon avant de mourir d’une double pneumonie. Dans le monde, 3 500 greffes du cœur sont désormais pratiquées chaque année. © GEERT VANDEN WIJNGAERT/AP/SIPA DES OUVRIERS DÉTRUISENT SON CHÂTEAU PAR ERREUR Le rêve de Dmitry Stroskin n’est plus qu’un champ de ruines. Cet homme d’affaires russe a vu son château à Yvrac (Gironde)… démoli par erreur. D’après Sud Ouest, qui a révélé cette lourde gaffe commise par des ouvriers distraits, le propriétaire voulait seulement faire rénover cette chartreuse du XVIII e siècle. C’est en venant constater l’état du chantier qu’il s’est rendu compte que ce « fleuron du patrimoine architectural » de la commune de 2 500 âmes avait été rasé par les pelleteuses. Aujourd’hui, seule une dépendance L’HISTOIRE L’IMAGE reste debout sur le terrain quasi nu de 13 000 m². Un comble, puisque celle-ci était l’unique partie concernée par le permis de construire délivré l’an dernier. Une confusion de la part de la société de BTP qui va surtout coûter cher à Dmitry. « Je vais reconstruire à l’identique ! Je vais travailler avec un architecte parisien sur le dossier », a-t-il expliqué. L’entrepreneur s’est empressé de signer un contrat de 1,5 million d’euros pour deux ans de travaux. Mais cette fois, il suivra personnellement l’avancement des travaux. MON ÉPINEUX BEAU SAPIN Cette année, point de sapin de Noël traditionnel sur la Grand-Place de Bruxelles. Un arbre high-tech de 25 mètres de haut le remplace. L’installation lumineuse, imaginée par le collectif strasbourgeois 1024, ne manque pas de susciter l’ire de certains passants. © AFP © P.HUGUEN/AFP POURQUOI DIT-ON... … « ENTRER COMME DANS UN MOULIN » ? Lorsqu’une personne entre dans un lieu facilement, on dit qu’elle y « entre comme dans un moulin ». Alors qu’elle est aujourd’hui raccourcie, au XIX e siècle l’expression était « entrer comme un âne dans un moulin », qui signifiait entrer sans gêne quelque part et avec impolitesse. Car, à cette époque, les ânes étaient amenés à pénétrer dans ces lieux. Ils étaient utilisés pour transporter le grain à moudre ou pour actionner le mécanisme de la meule. Ils avaient donc l’habitude d’entrer et sortir des moulins très facilement, sans se préoccuper de la gêne qu’ils pouvaient occasionner, encore moins en employant les formules de politesse, selon Georges Planelles, auteur de Les 1001 expressions préférées des Français (éd. Notre temps). DEMAIN DANS L’ACTU Le Louvre- Lens sera inauguré par François Hollande et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture. Les 28 000 m² de collections ouvriront au public le 12 décembre. Le CNES rendra accessibles au public ses vols en apesanteur à bord de l’A300 Zero- G. Jusqu’ici réservés aux professionnels, ces vols seront proposés au prix de 4 000 euros par passager. C’est twitté © DR © DR Norman Thavaud @NormanDesVideos Galérer à délacer ses chaussures en plein acte sexuel c’est la pire des choses. Steevy Boulay @steevy_boulay Décembre ! Notre concours du plus beau sapin de Noël commence. J’attends vos photos avec impatience ;) #MonSapin © DR © DR Gad Elmaleh @gadelmaleh Hier soir a New York, j’ai pu rentrer en boîte grâce à ma carte vitale. Très fort les Ricains ! ! ! Paulo Coelho @paulocoelho N’oublie pas que tu es une personne libre. Tu ne devrais donc pas avoir honte de montrer tes émotions.
Grand angle WWW.DIRECTMATIN.FR N°1194 LUNDI 3 DÉCEMBRE 2012 5 LE PAYS EST DIVISÉ ENTRE LES ISLAMISTES ET LES LIBÉRAUX L’ÉGYPTE ENTRE DEUX FEUX REPÈRES 11 février 2011. Le président Hosni Moubarak démissionne et transfère ses prérogatives à l’armée, à l’issue de plusieurs jours de manifestations. 21 janvier 2012. Les partis islamistes égyptiens remportent près de 75% des sièges au Parlement. La coalition menée par les Frères musulmans obtient 47%. 24 juin 2012. La commission électorale proclame MohamedMorsi, candidat des Frères musulmans, vainqueur de la présidentielle, avec 51,7% des voix. 22 novembre 2012. Le président Morsi annonce l’instauration d’un décret élargissant ses pouvoirs. Samedi, des milliers de partisans du président Morsi ont défilé dans plusieurs villes du pays. Ici, devant l’université du Caire. © G. GUERCIA/AFP 1 er décembre 2012. Au lendemain d’un grand rassemblement de l’opposition, des milliers d’islamistes manifestent en soutien au président Morsi. Le face-à-face entre les partisans du président égyptien MohamedMorsi et ses opposants se durcit autour du projet de Constitution. Brandissant le Coran et scandant « le peuple veut la voie de Dieu », une centaine de milliers de partisans du président islamiste MohamedMorsi ont défilé samedi dans plusieurs villes d’Egypte. La veille, libéraux, laïques et chrétiens étaient presque autant à manifester pour dénoncer le « coup de force » du président égyptien, ainsi que son projet de Constitution. Après dix jours d’une crise déclenchée par l’annonce du président Morsi d’un décret élargissant ses pouvoirs, l’Egypte est profondément divisée. Et la fracture semble amenée à s’aggraver. La Cour constitutionnelle en grève Hier, la Haute cour constitutionnelle égyptienne a entamé une grève ouverte pour protester contre les « pressions » des partisans du président, qui ont empêché dans la matinée les juges d’accéder au bâtiment de l’institution. Ils devaient y examiner la validité de la Commission, dominée par les islamistes, qui a entériné le projet de Constitution. D’une part, le texte fait référence à la charia, même s’il n’en fait pas la source de toute loi, ce qui était déjà le cas dans la précédente Constitution. D’autre part, un article posant la doctrine sunnite comme référence pour le législateur pourrait permettre une interprétation rigoriste du Coran. « C’est la confirmation de la division profonde sur la place de la religion dans la sphère politique, analyse Pierre Vermeren, auteur de Idées reçues sur le monde arabe (éd. Le cavalier bleu). Les Frères musulmans s’étaient montrés prudents dans la rédaction de la Constitution (…). Mais les opposants savent qu’à long terme ils veulent instaurer un régime islamique. » Dans ce contexte, le référendum sur la Constitution, annoncé samedi soir pour le 15 décembre par le président Morsi, est amené à cristalliser les tensions. Hier soir, le Club des juges d’Egypte, qui représente des juges de tout le pays, a annoncé que ses membres ne le superviseraient pas. Reste à voir dans quelle mesure l’appel sera suivi. Risque de violences Le risque de voir ce bras de fer aboutir à des violences est réel, alors que des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu ces derniers jours. « Les Frères musulmans n’ont pas intérêt à une explosion de violence, car cela pourrait donner un prétexte à l’armée pour réactiver le couvre-feu, estime Pierre Vermeren. Et cela leur donnerait une mauvaise image à l’international, alors qu’ils ont notamment besoin des crédits américains. » L’issue pourrait dépendre de la capacité de l’opposition à mobiliser plus, notamment parmi les classes moyennes et populaires. Si elle parvenait à mettre plus d’un million de personnes dans la rue, MohamedMorsi pourrait alors être amené à reconsidérer ses velléités de passer en force.• Sur Le décryptage de l’historien spécialiste du monde arabe, Pierre Vermeren. Opposants Mohamedel-Baradei Amr Moussa L’ancien président de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) codirige le Front de sauvegarde nationale (FSN), qui rassemble l’opposition. Il a appelé samedi à « la grève (…) et la désobéissance civile ». Ancien ministre des Affaires étrangères de Moubarak (1991-2001) passé à l’opposition lors de la révolution égyptienne, Amr Moussa avait pris part à l’élection présidentielle, arrivant en cinquième position. © S. KUBANI/AFP © S. HONDA/AFP © K. DESOUKI/AFP Hamdeen Sabbahi Codirigeant du Front de sauvegarde nationale (FSN), ce nassérien socialiste était arrivé en troisième position de la présidentielle. Il a été acclamé vendredi sur la place Tahrir.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :