CNews n°1190 27 nov 2012
CNews n°1190 27 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1190 de 27 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : UMP : le duel des chefs n'en finit plus

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Grand angle N°1190 MARDI 27 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR FILLON CONTESTE LA VICTOIRE ATTRIBUÉE À COPÉ LA BATAILLE NE FAIBLIT PAS RÉACTIONS François Fillon et Jean-François Copé, le 27 septembre dernier à Marcq-en-Barœul (Nord). Alors que la commission des recours a proclamé la victoire de Jean-François Copé, François Fillon menace de saisir la justice. Aussitôt proclamé, aussitôt contesté. A peine la commission des recours avait-elle annoncé la victoire de Jean-François Copé, hier après-midi, que le camp Fillon dénonçait une décision « illégitime ». Contrairement aux souhaits du vainqueur, la guerre des chefs n’est donc pas terminée à l’UMP. L’ancien Premier ministre réunit les parlementaires qui lui sont proches ce matin pour décider des suites qu’il va donner à cette élection. « Il se réserve le droit d’utiliser tous les moyens nécessaires pour rétablir la vérité des votes », estime son lieutenant Jérôme Chartier. Le trésorier de l’UMP accuse Aller en justice est donc une option plus que jamais ouverte pour François Fillon qui a déjà mis une partie de sa menace à exécution. Hier, un huissier mandaté par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, où François Fillon a déposé un référé, s’est rendu au siège de l’UMP. Objectif : s’assurer de la mise sous scellés du matériel électoral ; ce qui était déjà fait et ce dont l’huissier a pu s’apercevoir, selon le camp Copé. Désormais, Fillon pourrait se tourner vers une juridiction civile pour réclamer l’invalidation du scrutin, considérant qu’il ne s’est pas déroulé équitablement. Il pourrait alors avancer de nouvelles pistes, révélées hier par l’ex-trésorier de l’UMP, Dominique Dord. En annonçant sa démission hier, ce dernier a accusé Jean- François Copé d’avoir utilisé les moyens financiers et matériels du parti à son service. Le préjudice s’élèverait à 200 000 euros, selon lui. Mais plusieurs ténors du parti redoutent l’action en justice qu’ils considèrent comme une « bombe atomique ». Pour Alain Juppé, cette hypothèse reviendrait à « aggraver la fracture » au sein du parti. Sarkozy pour un nouveau vote Une issue judiciaire également déconseillée par Nicolas Sarkozy, selon des sources concordantes à l’UMP citées par l’AFP. L’ancien président de la République, qui a déjeuné avec François 952 VOIX D’AVANCE ? Huit jours après la Cocoe (commission de supervision de l’élection), la commission nationale des recours (CNR) a proclamé hier la victoire de Jean- François Copé. Son président, le copéiste Yannick Paternotte, en a fait l’annonce peu avant 17h30. Cette fois, le député-maire de Meaux est crédité de 952 voix d’avance, contre seulement 98 selon la Cocoe. Une © D. CHARLET/AFP Parti socialiste. « Il faut vite que ce mauvais feuilleton se termine. Le PS a besoin d’avoir face à lui un parti crédible, une opposition en ordre de bataille, ce qui n’est pas le cas depuis ces derniers jours », a réagi la porteparole, Frédérique Espagnac. UDI. « Je constate l’affaiblissement de l’UMP, donc c’est mon devoir, face à un gouvernement qui ne prend pas les décisions qui s’imposent, d’incarner le leadership de cette opposition, forte et sereine », a déclaré Jean-Louis Borloo, le patron centriste sur France Inter. Front national. « Je constate, comme responsable politique, que l’UMP, c’est terminé. (…) Hier, on en était à multiplier par cinq le nombre d’adhésions que l’on fait quotidiennement. Encore ne s’agit-il que d’adhésions par Internet », s’est félicitée Marine Le Pen, la présidente du FN sur France 2. Fillon hier, serait favorable à de nouvelles élections « pour éviter l’escalade du conflit ». Une solution plébiscitée par les sympathisants UMP. Selon un sondage Ifop publié dimanche dans Le JDD, ils sont 67% à y être favorables. Parmi les non-alignés, plusieurs voix ont également réclamé une telle initiative, dès maintenant. Nathalie Kosciusko- Morizet a ainsi lancé une pétition sur Internet. « Le résultat de l’élection est trop incertain. Il est contesté, il est douteux. Nous voulons revoter », écrit l’ex-porteparole de Nicolas Sarkozy qui n’avait pu se présenter à l’élection, faute de parrainages. Mais sur RMC et BFMTV, Jean- François Copé a décliné la proposition, la jugeant « pas responsable ». « Quand il y a des fraudes sur une part infime de l’électorat, on ne va pas demander à tout le monde de revoter », a-t-il estimé, précisant que les litiges portaient sur moins de 1% des voix. Mais son élection, elle, s’est jouée à 0,3%, ironisent les fillonistes.• Sur NKM, Juppé, Baroin… Ces personnalités de l’UMP qui peuvent sortir grandies. différence qui s’explique par l’analyse des réclamations à laquelle la CNR a procédé. Si elle a inclu les fédérations oubliées par la Cocoe (Mayotte, Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Calédonie), elle a décidé, en raison de fraudes, de ne pas comptabiliser les résultats de Nouvelle-Calédonie et de certains bureaux niçois, favorables à François Fillon. © K. TRIBOUILLARD/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :