CNews n°1189 26 nov 2012
CNews n°1189 26 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1189 de 26 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : Le cri de colère des femmes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Grand angle N°1189 LUNDI 26 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR LUTTE CONTRE LES VIOLS, LE HARCÈLEMENT, LES INSULTES… LES FEMMES DISENT « STOP ! » EN CHIFFRES 108 504 mains courantes concernant des différends entre époux et concubins ont été enregistrées dans les commissariats de police au cours de l’année 2011. 419 viols de femmes commis par leur conjoint ont été recensés l’an dernier par les services de la gendarmerie. Ils s’ajoutent aux 487 répertoriés par la Direction centrale de la sécurité publique. 17 590 appels téléphoniques concernant une situation de violences conjugales ont été traités en 2011 par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris hier à l’appel du Collectif national pour les droits des femmes. Une grande manifestation a eu lieu hier à Paris pour réclamer un renforcement de la lutte contre les violences faites aux femmes. C’est un mal qui reste trop souvent dans l’ombre. Pour dire stop, associations féministes et personnalités politiques ont battu le pavé, hier à Paris, lors de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. L’an dernier en France, 122 d’entre elles ont péri sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-conjoint, selon le dernier bilan annuel de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Soit, en moyenne, un décès tous les trois jours. « Briser le silence » A ce bilan tragique s’ajoutent les 54 000 cas de violences non mortelles subies par les Françaises au sein de leur couple, d’après les plaintes enregistrées. Cette violence survient aussi en dehors du foyer, avec 22% des femmes, tous âges confondus, qui disent avoir déjà été victimes d’une agression sexuelle ou d’une tentative d’agression sexuelle, selon un récent sondage Ipsos pour l’hebdomadaire Femme actuelle. D’après un autre sondage, de l’institut Ifop, pour l’association Paroles de femmes diffusé hier, les actes commencent lorsque les victimes sont très jeunes. 68% des Françaises de 18 à 25 ans confient ainsi avoir déjà été victimes de violences sexistes (moquerie, harcèlement, acte violent ou agression sexuelle). Et si, selon les associations, 75 000 à 100 000 femmes sont violées chaque année, seulement 10% portent plainte. Une spirale à enrayer. « Il faut briser le silence, lance la militante Clémentine Autain, à l’initiative d’un manifeste contre le viol lancé la semaine dernière. Il n’y pas de honte à être victime, à être écoutée. » L’Etat prépare un arsenal Face au problème, le gouvernement doit annoncer une série de mesures lors du Comité interministériel aux droits des femmes prévu vendredi. Il s’agira d’un « plan global », comme l’a annoncé hier François Hollande, après s’être entretenu avec des femmes victimes des violences. Le chef de l’Etat prévoit notamment une « grande campagne d’information » début 2013. Autre chantier, celui de la prise en charge des victimes par les médecins, policiers, magistrats, enseignants ou travailleurs sociaux. La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé ce week-end un plan national de formation de ces professionnels. Un moyen, selon la ministre, de mieux comprendre les « stratégies des agresseurs, qui consistent à choisir une victime, l’isoler, l’humilier, instaurer la terreur et lui faire croire que c’est elle la coupable ». Alors que les associations réclament une prévention régulière dès le C’est un autre « tabou de notre société », ont constaté la semaine dernière victimes et chercheurs lors d’un colloque organisé par l’association SOS Hommes battus. La violence conjugale envers les hommes, physique ou sexuelle, concernerait 0,64% des Français, selon les derniers chif - fres recensés par l’ONDRP. Un phénomène aux conséquen - © JAUBERT/SIPA © B. LANGLOIS/AFP 88% des femmes ayant demandé de l’aide à la FNSF ont fait état de violences psychologiques dans leur couple, 67% de coups à main nue, 52% de viols conjugaux, 37% de privations de ressources. Source : ONDRP plus jeune âge, Najat Vallaud-Belkacem a confié au Journal du Dimanche que des programmes d’apprentissage de l’égalité seraient testés en 2013 en maternelle et en primai re. Elle promet également d’accueillir les femmes obligées de quitter leur domicile dans l’urgence dans des appartements sociaux, et de faciliter leur accès au RSA lors de ces situations de détresse.• Sur Le décryptage complet de la militante féministe Clémentine Autain. DES HOMMES VICTIMES ces graves, puis qu’un homme décède en moyenne tous les dix jours à la suite des violences, physiques ou psychologiques de sa conjointe. Mais seuls 3 500 dépôts de plaintes ont été relevés par les autorités en 2010. Car dans la majorité des cas, les hommes battus ne veulent pas que cela se sache, expliquent les spécialistes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :