Direct Matin n°1188 23 nov 2012
Direct Matin n°1188 23 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1188 de 23 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,1 Mo

  • Dans ce numéro : Alain Juppé le démineur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 3 idées sorties Culture N°1188 VENDREDI 23 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR UN BALLET « La fille du pharaon » Fort de son succès, le ballet du Bolchoï continue de présenter ses spectacles en direct dans une centaine de cinémas en France. Dimanche à 16h, place au superbe ballet La fille du pharaon, en HD et son numérique. Liste des salles sur www.pathelive.com © DR UN SPECTACLE « Antigone Couic Kapout » Hassan Tess et Amélie Vigneaux se mettent en quatre pour donner une dimension burlesque à la tragédie antique et offrent ainsi une adaptation aussi décalée que réussie. Théâtre Popul’air du Reinitas, 36, rue Henri- Chevreau, Paris 20 e (01 46 36 74 15). © DR UN FILM © DISNEY « Les mondes de Ralph » Succès annoncé des fêtes de Noël, le dernier Disney devrait tout casser, à l’image de son héros, Ralph. Lassé d’être le méchant démolisseur, Ralph se rêve en gentil. En avant-première au Grand Rex jusqu’au 4 décembre. www.legrandrex.com © DR CONCERT AMONT FAIT LE SPECTACLE © DR Marcel Amont. Soixante ans de carrière. Dimanche, sur la scène de l’Alhambra, Marcel Amont va fêter ses 60 ans de vie publique, et il n’est pas près de s’arrêter. S’il a connu son heure de gloire dans les années 1960-1970, l’inoubliable interprète du Mexicain, du Chapeau de Mireille, ou encore de L’amour, ça fait passer le temps, qui a côtoyé les plus grands, de Piaf et Dietrich à Salvador ou Nougaro, continue de tourner dans le monde entier, pour le plus grand plaisir de son fidèle public. Toujours aussi showman, il se présente sur scène avec quatre musiciens dans un spectacle entre standup et tour de chant, dont la fraîcheur et la modernité sauront plaire aussi au jeune public. Un anniversaire en fanfare avant une tournée en France et dans les pays francophones.• Marcel Amont, dimanche, 16h, à l’Alhambra, 21, rue Yves-Toudic, Paris 10 e (01 40 20 40 25). SPECTACLE BOLLYWOOD CHARME PARIS Bharati, il était une fois l’Inde, un spectacle alliant tradition et extravagance. © DR Après une tournée mondiale, la comédie musicale Bharati, il était une fois l’Inde revient dès aujourd’hui à Paris pour une série de représentations au Palais des Congrès. L’histoire impossible entre la jeune orpheline Bharati et l’ingénieur indien émigré aux Etats-Unis, Siddharta. Elle a déjà attiré plus d’un million et demi de spectateurs, dont 700 000 en France. Dans des décors chatoyants, les chanteurs, danseurs et musiciens revêtent près de 700 costumes s’inspirant de toute la diversité des couleurs régionales de l’Inde. « Plus qu’un spectacle musical, Bharati est une expérience originale qui mélange respect de la tradition et extravagance bollywoodienne sous la conduite de sept chorégraphes aux talents reconnus », promet la production. Un show jamais égalé depuis sa création il y a sept ans.• Bharati, jusqu’à dimanche. Palais des Congrès, place de la Porte-Maillot, Paris 17 e (01 40 68 22 22), www.viparis.com © DR DVD DÉCISION ULTIME Petit prodige du cinéma québécois, Xavier Dolan continue de tracer une œuvre puissante et poétique avec Laurence Anyways. Ce drame bouleversant, interprété avec force et émotion par Melvil Poupaud et Suzanne Clément, relate l’histoire d’amour d’un couple dont l’homme décide un jour de devenir une femme. Présenté au dernier Festival de Cannes dans la section Un certain regard, le troisième film du Canadien, après J’ai tué ma mère et Les amours imaginaires, prouve que Dolan est en passe de devenir l’un des meilleurs réalisateurs nord-américains.• Laurence Anyways, de Xavier Dolan, avec M. Poupaud et S. Clément, TF1 Vidéo, 19,99 €. © MK2/TF1 VIDÉO
WWW.DIRECTMATIN.FR N°1188 VENDREDI 23 NOVEMBRE 2012 Culture 25 CONCERT MURRAY PERAHIA, L’ÉLÉGANCE AU PIANO Les événements musicaux sont l’occasion, pour les grandes salles de concert comme les maisons de disque, de promouvoir leurs nouveaux champions du piano, souvent présentés comme de jeunes virtuoses qui s’inscrivent dans la lignée de leurs illustres prédécesseurs à la technique irréprochable. Sans aucun doute possible, l’Américain Murray Perahia fait partie depuis des années de ces grands noms du clavier. Mais à la technique, chez lui fine et subtile, il ajoute un touché et une sensibilité devenus sa marque de fabrique, qu’il décline aussi bien chez Bach, Chopin, Mozart ou Beethoven. L’Américain Murray Perahia. © NANA WATANABE/SONY Au service du compositeur S’il est l’un des invités privilégiés des plus grandes scènes du monde, sa double présence ce week-end dans la capitale reste un événement rare. A la tête de la prestigieuse Academy of St Martin in the Fields, dont il fut le premier chef invité, il propose demain une soirée consacrée à Mozart, avec en point d’orgue le célèbre Concerto n°26 « Du couronnement ». Le lendemain, il confrontera Haydn et son disciple Beethoven, avec notamment la Symphonie n°103 « Roulement de timbales » du premier et le Concerto n°3 pour piano du second, créés à cinq années d’intervalle, illustrant les évolutions stylistiques de ce XIX e siècle naissant.• Murray Perahia et l’Academy of St Martin in the Fields, demain, 20h, et dimanche 16h, Salle Pleyel, Paris 8 e (01 42 56 13 13). En bref JAMAIS DEUX SANS TROIS POUR CAVAYÉ Deux films, deux succès. Est-ce pour se garantir d’un troisième que le réalisateur Fred Cavayé a choisi de réunir sur son plateau les deux acteurs principaux de ses précédents films ? Vincent Lindon (Pour elle) et Gilles Lelouche (A bout portant) sont effectivement en plein tournage de son troisième longmétrage provisoirement intitulé Mea culpa. Encore un thriller pour Cavayé, dont le rythme infernal devrait être l’un des atouts. DANIELLE THIÉRY PRIX DU QUAI DES ORFÈVRES Le prix du Quai des Orfèvres, qui récompense les auteurs de polars, a été attribué cette année à une ancienne commissaire divisionnaire, Danielle Thiéry, pour son ouvrage Des clous dans le cœur, publié chez Fayard. L’auteur y retranscrit avec exactitude les détails et le réalisme des enquêtes du commandant Revel, obsédé par les affaires non résolues. PHOTOGRAPHIE ERWITT SUR LE VIF De Santa Monica à Paris, le photographe américain Elliott Erwitt saisit les multiples facettes de la vie quotidienne. L’artiste inaugure la première rétrospective de l’Elephant Paname. Chacun se souvient des clichés de Marilyn Monroe en 1954 sur le tournage de Sept ans de réflexion, ou des portraits du « Doisneau américain ». Prendre sur le vif est sa signature, comme en témoignent les 81 clichés sélectionnés par le photographe, qui sera en dédicace demain de 15h à 17h.• Elliott Erwitt, Personal Best, Personal Choice jusqu’au 13 janvier, Elephant Paname, 10, rue Volney, Paris 2e. www.elephantpaname.com Santa Monica, Californie, 1955. © ELLIOTT ERWITT/MAGNUM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :