Direct Matin n°1186 21 nov 2012
Direct Matin n°1186 21 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1186 de 21 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : L'insécurité inquiète

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Grand angle N°1186 MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR LA DÉLINQUANCE BAISSE, PAS LE SENTIMENT D’INSÉCURITÉ CETTE PEUR GRANDISSANTE LES FEMMES PLUS SENSIBLES © HADJ/SIPA Près de 21% des personnes âgées de plus de 14 ans disent se sentir en insécurité en dehors de leur domicile. 21,3% des femmes de plus de 14 ans disent qu’il leur arrive de ressentir de l’insécurité à leur domicile, selon l’enquête Cadre de vie et sécurité 2012. C’est près du double des hommes : 10,8% d’entre eux ressentent cette crainte. Ce sentiment était partagé par 20% des femmes en 2007. 25,6% des femmes de plus de 14 ans avouent pouvoir ressentir de l’insécurité en dehors de leur domicile, dans leur « quartier », selon l’étude de l’ONDRP. Les hommes sont 15,4% à avoir cette peur. La part des femmes se sentant en insécurité à l’extérieur était, en 2008, inférieure à 22%. 13,6% des femmes ont désigné début 2012 la délinquance comme le problème le plus préoccupant actuellement en France. Par comparaison, 13,1% des hommes interrogés l’ont aussi désignée en tête des préoccupations nationales. Les chiffres de la délinquance sont globalement en baisse, mais le sentiment d’insécurité des Français est bien présent. Un paradoxe qui s’explique. Un véritable paradoxe. Alors que la délinquance est en baisse dans le pays, le sentiment d’insécurité des Français n’a jamais été aussi fort, comme le montre le rapport annuel de victimisation de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendu public hier. Pas moins de 20,7% des personnes âgées de plus de 14 ans disent se sentir en insécurité en dehors de leur domicile, selon l’enquête Cadre de vie et sécurité, menée entre janvier et avril 2012, que contient le rapport. La crainte y est à son plus haut niveau depuis 2007, date de la première enquête. Ils étaient par exemple 20% dans ce cas en 2011, et surtout 18,1% en 2008. A l’intérieur du domicile, la crainte persiste. 16,3% des personnes interrogées s’y sentent en insécurité. Soit le plus haut niveau jamais atteint. En 2007, cette proportion était de 15%. Et pourtant, le bilan de la délinquance est globalement positif cette année, avec une baisse des vols de biens ou de voitures, des violences d’ordre physique ou sexuel, des menaces ou encore des insultes. Reste que la délinquance apparaît comme l’un des problèmes les plus préoccupants en France pour 49,5% des sondés, selon la même enquête. Elle se place derrière le chômage (76,5%) et la pauvreté (58,6%) , mais devant la santé, le racisme ou bien l’environnement. En 2009, seuls 43,5% des sondés la plaçaient dans le trio de tête. L’insécurité sociale et la peur de la précarisation Les Français ont donc de plus en plus peur, malgré une stabilité du problème de la délinquance. Comment expliquer alors un tel décalage face à la réalité des chiffres ? Première raison possible, la crise qui sévit depuis 2008, selon Christophe Soullez, chef de département à L’ONDRP. « Elle joue sur la fragilité des individus, et leurs incertitudes économiques peuvent se traduire en un sentiment d’insécurité globale, une peur de la prédation », note-t-il. Autre facteur évoqué par l’expert, la place importante que prennent délinquance et insécurité dans le débat public et dans le monde politique. Enfin, il remarque la hausse du nombre de cambriolages en France. « C’est un acte très mal ressenti par les victimes. On entre dans leur intimité, on prend leurs photos, on touche à leurs souvenirs personnels. Elles en parlent après facilement autour d’elles, ce qui alimente les craintes. » Laurent Mucchielli, directeur de recherche au CNRS, insiste pour sa part sur la distinction importante à faire entre délinquance et sentiment d’insécurité. Ce dernier, « qui relève de l’émotion, est une peur personnelle qui ne touche pas forcément les victimes de la délinquance, mais plutôt les personnes les plus vulnérables ». Elles sont donc, à l’instar des personnes âgées ou des habitants de quartiers difficiles, dans la crainte d’être elles-mêmes un jour victimes.• Sur Le décryptage de Christophe Soullez, chef de département à l’ONDRP. LE MODE D’ÉVALUATION Pour mesurer le sentiment d’insécurité des personnes de 14 ans et plus, l’ONDRP utilise une méthodologie précise. Deux questions sont posées à chacune des 17 000 personnes interrogées. Il leur est demandé s’il leur arrive de se sentir personnellement en insécurité à leur domicile, d’une part, et dans leur voisinage d’autre part. Cela peut être leur quartier ou leur village, car la notion géographique est laissée à l’appréciation de la personne sondée. Sont proposées, pour chacune des deux questions, quatre réponses possibles : « Souvent », « De temps en temps », « Rarement » ou « Jamais ». Si l’une des trois premières réponses est choisie, on considère alors que la personne connaît un sentiment d’insécurité. © SUPERSTOCK/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :