CNews n°1184 19 nov 2012
CNews n°1184 19 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1184 de 19 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : quelle issue à Gaza ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Grand angle N°1184 LUNDI 19 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR LES VIOLENCES AU PROCHE-ORIENT S’INTENSIFIENT QUELLES SUITES À GAZA ? 3 QUESTIONS À Claude Goasguen Président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale « IL FAUT DÉSARMER LA BANDE DE GAZA » © CAPMAN/SIPA Hier, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, après une frappe de l’armée israélienne. Alors que l’armée israélienne poursuit ses raids aériens, une intervention au sol est évoquée. Mais la communauté internationale appelle au calme. La situation à Gaza a atteint une phase décisive. Au cinquième jour de l’opération « pilier de défense » lancée par l’armée israélienne, deux voies sont ouvertes : le lancement par Tsahal d’une opération terrestre, ou bien l’instauration d’une trêve, que réclame la communauté internationale. Hier encore, sur place, les violences se poursuivaient. Deux engins tirés depuis le territoire palestinien ont été interceptés au-dessus de Tel-Aviv par le « dôme de fer », le système antimissiles israélien, et sept Israéliens ont été blessés par des projectiles. Les frappes de Tsahal ont tué au moins vingt-six Palestiniens et détruit le bureau de la chaîne russe Russia Today. Plus d’un millier de cibles ont déjà été visées par l’aviation de Tsahal, dont le siège du Hamas, détruit samedi. 20 000 réservistes mobilisés « L’armée est prête à intensifier significativement l’opération, a averti samedi le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. Les soldats sont parés à toute éventualité. » 20 000 réservistes ont déjà été appelés, et le gouvernement israélien a autorisé le déploiement de 75 000 d’entre eux, si nécessaire. Alors que des camions transportant des chars et des unités d’infanterie ont pris position près de la bande de Gaza, un responsable militaire israélien a affirmé qu’une « opération terrestre est désormais prête à être mise en place ». Le contexte rappelle ainsi celui qui avait précédé l’opération « plombdurci » déclenchée au cours de l’hiver 2008, lorsque Tsahal avait mené durant trois semaines une opération de grande ampleur à l’intérieur de la bande de Gaza. Car Israël n’est prêt à une trêve, qu’à la condition que les tirs de roquettes cessent complètement. « Les soldats sont parés à toute éventualité. » Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. Les appels au calme se multiplient La communauté internationale intensifie ses efforts pour trouver une issue. Tout en estimant que les tirs de roquettes étaient à l’origine du conflit, Barack Obama a déclaré hier qu’il s’agissait d’y mettre fin « sans une nouvelle escalade de la violence dans la région ». Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s’est rendu sur place pour rencontrer les dirigeants israéliens et le président palestinien, Mahmoud Abbas. « La guerre n’est pas une option, a-t-il déclaré. Ce n’est jamais une solution (...) Il y a deux mots clés : urgence et cessezle-feu ». Les pays arabes affichent une position plus tranchée. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, doit se rendre demain à Gaza « pour affirmer la solidarité avec les Palestiniens », alors que son organisation a appelé ses membres à « cesser toute démarche de normalisation des liens avec Israël ». Ennemi traditionnel d’Israël, l’Iran a incité les pays arabes à armer les Palestiniens. Et le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, les a invités à déposer une plainte collective contre Israël auprès du Conseil de sécurité.• © S. KHATIB/AFP Pour quelle raison critiquezvous la position du gouvernement français ? Je la trouve assez curieuse. Il y a trois jours, ce gouvernement annonce qu’il veut armer les rebelles syriens, revendiquant son attachement à la lutte contre la dictature. Mais il refuse de prendre position en faveur d’Israël, alors que la responsabilité initiale est le fait du Hamas, un mouvement totalitaire. Quel rôle doit jouer la communauté internationale ? Il faut désarmer la bande de Gaza, devenue totalement incontrôlable. On ne peut pas discuter de la question palestinienne lorsque l’on se trouve face à un mouvement terroriste, un mouvement d’enragés, qui refuse de reconnaître Israël. L’ONU doit demander fermement le désarmement de Gaza. Etes-vous favorable à une intervention terrestre israélienne ? Je suis pour la paix, mais la menace qui pèse sur Israël est réelle. Paris devrait dire que la responsabilité d’un Etat est de défendre ses citoyens, mais le gouvernement français reste dans une position mitoyenne qui n’amène à rien. Que pouvait donc amener la visite de Fabius, avec ses déclarations confuses et ambiguës ? Sur L’intégralité de l’interview du député UMP de Paris Claude Goasguen.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :