CNews n°1179 12 nov 2012
CNews n°1179 12 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1179 de 12 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Hollande... six mois de hauts et de bas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 N°1179 LUNDI 12 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR France En bref UN GENDARME SE SUICIDE EN SAVOIE Un gendarme du peloton d’autoroute de Sainte-Marie-de-Cuines (Savoie) s’est suicidé samedi avec son arme de service sur son lieu de travail, a-t-on appris hier de source proche de l’enquête. L’homme de 47 ans aurait mis fin à ses jours dans son véhicule. Les raisons de son geste restaient hier soir inconnues. LAISSÉE POUR MORTE DANS UNE POUBELLE Une femme de 25 ans a été laissée pour morte dans une poubelle dans la nuit du 3 au 4 novembre dernier à Toulouse, après avoir été agressée sexuellement, a rapporté hier Le Figaro. Son agresseur, un homme de 20 ans, avait tenté de l’étrangler avant de l’abandonner. Incarcéré ce week-end et mis en examen, il était déjà connu de la justice. UN CHAUFFARD SOUS L’EMPRISE DU CANNABIS MORT D’UN NOURRISSON La route départementale 8, à hauteur de Pérols (Hérault), où s’est déroulé le drame. Drogue et conduite, un mélange encore meurtrier. L’Hérault est sous le choc après la mort samedi soir à Pérols, près de Montpellier, d’un nourrisson de 7 mois dans un accident de la circulation, comme l’a rapporté hier une source policière. Un drame provoqué par un jeune chauffard de 20 ans, sous l’emprise du cannabis. L’accident s’est produit aux alentours de 15h. Ne pouvant maîtriser sa voiture, le chauffard a percuté l’arrière du véhicule devant lui, où se trouvaient l’enfant et ses parents. Selon la même source, le petit garçon, installé sur la banquette arrière, était sanglé dans un couffin, luimême attaché par une ceinture qui aurait cédé sous la violence du choc. Hospitalisé dans le coma, le nourrisson est mort quelques heures plus tard. Sa mère s’en est sortie légèrement blessée et son père indemne. Le conducteur fautif, originaire d’Aigues-Mortes (Gard), a été placé en garde à vue et devrait être déféré au parquet aujourd’hui pour homicide involontaire et conduite sous l’emprise de stupéfiants. Un cas qui ne manquera pas de relancer la polémique sur les sanctions infligées aux chauffards, dont plusieurs membres des forces de l’ordre du Sud-Est ont été les victimes récemment.• © 2012 GOOGLE AVEYRON LA NONNE A DISPARU L’abbaye Notre-Dame de Bonneval (Aveyron). © 2012 GOOGLE Elle avait pour habitude d’aller se promener dans les bois. Sœur Lydwine, une religieuse de l’abbaye Notre-Dame de Bonneval au Cayrol, petit village de l’Aveyron, n’a plus donné signe de vie depuis jeudi dernier, comme l’a rapporté hier la mère supérieure de la communauté. La septuagénaire disparue, qui souffre de la maladie d’Alzheimer, était partie jeudi en compagnie de Pipo, le chien adopté par les sœurs. Présente depuis un demi-siècle au sein du monastère cistercien, la religieuse s’était déjà égarée par le passé lors de ses escapades. Mais à chaque fois, une personne du village avait été présente pour la raccompagner auprès de sa communauté. Décrivant une femme « grande et robuste », capable de marcher des heures durant, la mère abbesse ne cachait pourtant pas sa vive inquiétude. « Il faisait beau et chaud quand elle est partie jeudi, j’ai peur qu’elle soit partie peu couverte », a-t-elle précisé. Les gendarmes d’Espalion et de Rodez étaient hier à pied d’œuvre pour la retrouver.•
WWW.DIRECTMATIN.FR N°1179 LUNDI 12 NOVEMBRE 2012 France 11 BURALISTE POIGNARDÉ MARSEILLE SOUS LE CHOC Hier, des voisins et amis ont déposé des fleurs devant le commerce de la victime. Ils se sont rendus devant son commerce pour lui rendre hommage. Amis, voisins, clients, représentants de l’autorité ou élus, une centaine de personnes se sont rassemblées hier dans le centre-ville de Marseille (Bouches-du- Rhône) à la mémoire de MohamedCheguenni, le buraliste tué de plusieurs coups de couteau vendredi soir lors d’un braquage qui a mal tourné. Une attaque qui a ému la cité phocéenne, d’autant plus que le butin du hold-up était dérisoire : à peine quelques dizaines d’euros ainsi que des jeux de grattage. La police, qui recherche toujours le meurtrier, a lancé hier un appel à témoins. Par solidarité avec la victime, le président de la confédération des buralistes, Pascal Montredon, a appelé de son côté ce week-end tous les commerçants de proximité à baisser leur rideau durant les obsèques de MohamedCheguenni, dont la date n’est pas encore connue. Le chef de file des buralistes a également demandé à rencontrer prochainement le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, concernant la sécurité des commerces de proximité.• © B. HORVAT/AFP En bref UNE JEUNE GARDOISE PORTÉE DISPARUE La gendarmerie du Gard a lancé ce week-end un appel à témoins pour retrouver Chloé Rodriguez, une adolescente de 15 ans qui n’a plus donné signe de vie depuis vendredi. La jeune fille a quitté le domicile familial de Barjac vers 18 h pour se rendre en scooter chez une amie dans la ville voisine de Rochegude. Inquiets de ne pas la voir rentrer, ses parents ont fait plusieurs fois le trajet. A leur retour, ils n’ont retrouvé que le scooter de l’adolescente. Mis à part son casque et son téléphone, toutes ses affaires étaient encore dans le deux-roues. MANIFESTATIONS CONTRE LE PROJET D’AÉROPORT À NANTES Entre 500 personnes selon la police, 3 000 à 3 500 selon les organisateurs, ont manifesté samedi à Rennes (Ille-et-Vilaine) contre le projet de transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, dénonçant le bétonnage de terres agricoles. Une autre mobilisation était organisée dans le même temps à Paris, à laquelle a notammant participé le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé. DÉTENUS BASQUES BAYONNE DANS LA RUE Ils veulent les voir revenir au pays. Plus de 15 000 personnes selon les organisateurs, un peu moins selon la police, ont battu le pavé samedi à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) en faveur de plus de 620 prisonniers basques dispersés dans différentes prisons françaises et espagnoles. Les manifestants réclamaient le retour des détenus au Pays basque, alors qu’ils se trouvent aujourd’hui incarcérés à plusieurs centaines de kilomètres de leur famille. Ce mouvement sans heurts, prévu de longue date, a pris une dimension particulière avec l’émotion suscitée au Pays basque français par la remise récente à l’Espagne de la militante Aurore Martin.• Samedi, à Bayonne. © J.P. MULLER/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :