Direct Matin n°1177 8 nov 2012
Direct Matin n°1177 8 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1177 de 8 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : seconde chance pour Obama.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Grand angle N°1177 JEUDI 8 NOVEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR ÉLECTIONS AMÉRICAINES LE CANDIDAT DÉMOCRATE A ÉTÉ ÉLU, MARDI AUX QUATRE ANNÉES DE PLUS En lui donnant une majorité, les électeurs américains ont offert au président Obama une seconde chance pour mener à bien la politique engagée ces quatre dernières années. Un défi de taille. Une foule en liesse devant la Maison Blanche, dans les rues de Chicago et sur Times Square, à New York, criant « Four more years ! » (« Quatre ans de plus ») … Des milliers d’Américains ont acclamé, dans la nuit, la victoire du candidat démocrate à la présidentielle de mardi. « Tout ceci est arrivé grâce à vous. Merci », leur a répondu Barack Obama en annonçant sa victoire sur Twitter, après 5h du matin (heure française). Dans un scrutin organisé au suffrage universel indirect, il a obtenu au moins 303 mandats de grands électeurs contre 206 pour le républicain Mitt Romney. A 51 ans, le premier président noir des Etats-Unis devient ainsi le second démocrate, après Bill Clinton, à enchaîner deux mandats pleins à la tête du pays © R. BECK/AFP Dans la rue, la foule acclame sa victoire. depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et ce, malgré la crise qui a frappé son premier mandat. Mais ces quatre prochaines années ne seront pas un parcours de santé, comme le soulignait hier la presse américaine. Obama aura « peu de temps pour savourer sa victoire », estimait ainsi le Wall Street Journal, devant une « nation ravagée par un déclin économique prolongé ».• Sur Un dossier consacré aux résultats de l’élection présidentielle américaine. Barack Obama entouré de ses deux filles, Sasha et Malia, et de son épouse, Michelle, à Chicago dans la nuit de l’élection. UN HOMME FACE À DE NOMBREUX DÉFIS « Pour les Etats-Unis d’Amérique, le meilleur est encore à venir », a lancé Barack Obama, hier à Chicago. Un message d’espoir malgré les défis à relever pour un candidat qui n’a pas obtenu de victoire éclatante (50% des voix, 48% pour Mitt Romney 48%). Lors d’un second mandat, un président américain – débarrassé de la pression électorale – a en général les mains plus libres ; mais Obama va devoir composer avec un Congrès divisé : les républicains ont réussi à garder le contrôle de la Chambre des représentants lors du vote de mardi, et ils risquent de faire blocage et d’entraver la politique d’Obama, comme ces deux dernières années. Les problèmes vont d’ailleurs arriver très vite, avant même son investiture le 20 janvier prochain. « Fiscal cliff », l’épée de Damoclès Faute d’un accord au Congrès d’ici à la fin de l’année sur la manière de réduire la dette du pays (107,2% du PIB, selon le FMI), des baisses des dépenses publiques et des hausses d’impôts entreront en vigueur dès 2013. Cette « falaise fiscale » (« fiscal cliff ») pourrait entraîner une contraction d’au moins 3% du PIB. Les agences de notation financière ont mis en garde le vainqueur dès hier : le président « va devoir rapidement trouver un accord », a déclaré l’agence Fitch. Réformes et promesses Au-delà des impératifs économiques cruciaux (comme s’attaquer au chômage, qui touche 7,9% de la population active), le démocrate va devoir mener à bien les réformes qu’il a engagées, comme celle du système de santé devant entrer en vigueur en 2014 et qui divise la population. Obama va également devoir achever la guerre en Afghanistan, avec le risque de voir les talibans revenir au pouvoir après le départ des troupes étrangères prévu fin 2014. Il sera aussi attendu au tournant par les organisations de défense des droits de l’homme, concernant la fermeture de Guantanamo, une promesse de 2008.• ©C. KASTER/AP/SIPA Réactions François Hollande B. Netanyahou Hu Jintao « C’est un choix clair en faveur d’une Amérique ouverte, solidaire, pleinement engagée sur la scène internationale et consciente des défis de notre planète », a déclaré le chef d’Etat français. « Je vais continuer à travailler avec le président Obama pour assurer les intérêts vitaux de la sécurité des Etats-Unis et d’Israël », a réagi le Premier ministre israélien. © WITT/SIPA © GALI TIBBON/AFP © LI XUEREN/AP/SIPA « Dans une nouvelle époque historique, je souhaite que nos relations bilatérales fondées sur une coopération constructive franchissent un nouveau stade », a affirmé le président chinois.
WWW.DIRECTMATIN.FR N°1177 JEUDI 8 NOVEMBRE 2012 Grand angle 7 ÉTATS-UNIS, POUR UN SECOND MANDAT CONSÉCUTIF POUR LE PRÉSIDENT OBAMA QUEL AVENIR POUR MITT ROMNEY ? A l’heure de sa défaite, Mitt Romney s’est montré beau joueur. « J’aurais tant aimé répondre à votre espoir de faire changer le pays de direction, mais celui-ci a choisi un autre dirigeant, et Ann(son épouse,ndlr) et moi vous demandons de prier en toute sincérité pour lui et le pays », a-t-il lancé à ses partisans. Mais s’il n’a pas laissé transparaître ses émotions, la défaite est rude pour le candidat républicain, peu habitué à l’échec. Après une carrière dans les affaires couronnée de succès et un parcours politique jusqu’alors parfait, la présidentielle devait être la consécration ultime pour Mitt Romney. Désormais, l’ex-gouverneur du Massachusetts ne possède plus aucun mandat et la politique américaine laisse peu de place aux perdants. Il devrait donc mettre un terme à sa carrière politique. Un retour au privé semble également exclu, Romney étant à la tête d’une fortune considérable. Selon son biographe Scott Helman, il pourrait ainsi se lancer dans des projets à but non lucratif.• © E. DUNAND/AFP RADIOGRAPHIE DU VOTE Lors de son discours de victoire, Barack Obama a tenu à adresser un message d’unité aux différentes catégories qui composent les Etats- Unis. « Peu importe que vous soyez noir, blanc, hispanique, asiatique ou amérindien, jeune ou vieux, riche ou pauvre, en bonne santé ou handicapé, gay ou hétérosexuel, vous pouvez réussir ici en Amérique si vous avez la volonté d’essayer », a lancé le président sortant. Les minorités pro-Obama En 2008, Barack Obama était devenu le premier candidat à l’emporter avec seulement 43% du vote de l’électorat blanc, compensant avec 95% du vote noir et 66% du vote latino. Barack Obama enregistre cette fois des chiffres comparables, avec 93% des votes des Afro-Américains et 71% de ceux des Latinos. Barack Obama a une nouvelle fois séduit les minorités. Jeunes et femmes séduits Obama séduit toujours les jeunes, même s’ils ont été moins nombreux à voter pour lui qu’en 2008 (60% des 18- 30 ans contre 66% en 2008). Les femmes ont elles aussi voté majoritairement pour le démocrate, à près de 55% – elles étaient déja 56% en 2008. Les discours conservateurs des répu - blicains sur l’avortement pourraient avoir pesé sur leur choix. Romney vu comme le candidat des riches Durant la campagne, Barack Obama n’avait cessé de dépeindre Mitt Romney comme le « candidat des riches ». Lors du deuxième débat télévisé, il avait d’ailleurs insisté sur le fait que le programme du républicain ne tenait compte que des intérêts des plus aisés. Un discours porteur : 60% des électeurs gagnant moins de 50 000 dollars par an ont voté pour le démocrate.• LES INSOLITES DU JOUR J Records sur les réseaux sociaux. Le tweet de Barack Obama intitulé « Four more years », posté après l’annonce de sa victoire avec une photo de lui embrassant son épouse Michelle est devenu le plus relayé de l’histoire sur Twitter, avec plus de 680 000 « retweets ». La même photo a aussi battu tous les records sur Facebook, plus de 3,3 millions de personnes ayant indiqué l’aimer. Le cannabis légalisé dans deux Etats. A l’issue d’un référendum, le Colorado (Ouest) et l’Etat de Washington (Nord-Ouest) sont devenus les premiers Etats américains à légaliser la consommation de cannabis à des fins récréatives. Au total, 172 référendums et consultations populaires étaient organisés dans 27 Etats du pays en même temps que l’élection présidentielle. La première sénatrice gay au Sénat. Victorieuse dans l’Etat du Wisconsin, Tammy Baldwin est devenue la première lesbienne revendiquée à être élue au Sénat américain. « Nous n’avons jamais eu de membre ouvertement gay au Sénat américain et (…) il y aura toujours des gens qui y trouveront quelque chose à dire sur vous », avait-elle estimé récemment dans le Guardian. Les Kennedy de retour au Congrès. Joseph Kennedy III, petit-neveu de JFK a été élu à la Chambre des représentants, permettant à la dynastie politique la plus célèbre des Etats-Unis de faire son retour. En 2010, Patrick Kennedy, le fils de Ted Kennedy décédé d’une maladie en 2009, avait annoncé son intention de ne pas se représenter à la Chambre. Il évoque l’élection avant d’être exécuté. Thomas Allen, 56 ans, a consacré mardi soir ses dernières paroles à l’élection avant d’être exécuté dans l’Oklahoma par injection létale. « Obama a gagné deux des trois comtés (de l’Oklahoma), a-t-il déclaré. Cela va être une course très serrée. » Thomas Allen avait été condamné en 1986 pour le meurtre de la mère de ses deux enfants. Elle vote en allant accoucher. Galicia Malone, 21 ans, a insisté pour faire une halte à son bureau de vote alors qu’elle était en chemin pour l’hôpital de la banlieue de Chicago où elle devait accoucher. « Je voulais que ce soit un tremplin (dans la vie) pour ma fille, qu’elle en soit inspirée », a-t-elle déclaré. En entrant dans le bureau de vote, « j’ai juste pensé : lis (le bulletin) et respire… »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :