Desserts n°4 sep 10 à fév 2011
Desserts n°4 sep 10 à fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de sep 10 à fév 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : L.A. Lifestyle

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : le marron...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Ci-dessus et à droite  : L’atelier de confisage, en 1956, à Marseille. Jean-Louis Corsiglia glaçant des marrons dans sa confiserie à Marseille (1953).
Corsiglia, au cœur du marron Corsiglia, for the love of chestnuts L’art du confisage n’a plus de secrets pour les Corsiglia qui se succèdent, depuis quatre générations, au sein de l’entreprise familiale. The art of candying is no longer a mystery for the Corsiglias, who for four generations have perpetuated the tradition within the family company. Spécialistes du marron glacé sous toutes ses formes – nature, alcoolisé, kascher, bio… –, les Corsiglia se transmettent, au fil des générations, leur attachement à ce mets délicat et prestigieux. La sélection des marrons aux saveurs « boisée » ou « marronnée » est faite par Jean-Louis, petit-fils du fondateur, dans les plus belles forêts italiennes  : Naples, Florence, Turin sont un premier voyage, gustatif. Leurs marrons glacés, véritables produits sur-mesure, sont vendus en leur nom propre mais aussi pour les grandes maisons françaises et internationales. Plus de trente-trois pays en sont friands  : l’Europe bien sûr, mais aussi l’Asie, le Moyen-Orient, le Brésil, le Canada… un second voyage, au long cours cette fois. Plus d'un siècle s’est écoulé depuis que le fondateur, André Corsiglia, a ouvert sa première enseigne, en 1896, à Marseille et le désir de perpétuer, dans la tradition, l’art de confire et de glacer les marrons est resté intact. par Alice Morabito His'tory Corsiglia — Experts in all varieties of glazed chestnuts – plain, liqueur, kosher, organic…–, the Corsiglias have passed down through the generations their love of this refined and prestigious delicacy. Jean-Louis, the founder’s grandson, is responsible for selecting the woody-flavoured chestnuts in some of Italy’s most beautiful forests. Naples, Florence and Turin thus constitute an initial gustative journey. Their glazed chestnuts, veritable custom-made products, are sold both under their own name and for major French and international houses. More than thirty three countries are fond of them  : Europe of course, but also Asia, the Middle East, Brazil, Canada… a second, this time long-haul journey. More than a hundred years have passed since the founder, André Corsiglia, opened his first shop in 1896 in Marseille, and the desire to faithfully perpetuate the tradition and art of candying and glazing the chestnuts has remained unchanged. « Plus d’un siècle s’est écoulé depuis l’ouverture de la première enseigne et le désir de perpétuer, dans la tradition, l’art de confire et de glacer les marrons est resté intact. » L’histoire a commencé au XIX e siècle. Originaire d’Ognio, dans la région de Gênes, André Corsiglia traverse l’Atlantique à l’âge de quinze ans pour rejoindre son oncle, Giovanni Batista Raffeto, célèbre confiseur, à New York. Vingt-quatre années passent avant qu’il ne décide de repartir sur le vieux continent pour s’installer à Marseille, où le succès ne se fait pas attendre. Passionné, il transmet à son fils, Louis, son savoir-faire. Jean, le cadet, succombe à son tour et lègue à son fils, Jean-Louis, le désir d’immortaliser lui aussi l’histoire – qui se répète avec ses enfants, Stéphanie et Christophe –, une histoire de cœur, avant tout. The story began in the 19th century. A native of Ognio in the Genoa region, André Corsiglia crossed the Atlantic at 15 years of age to join his uncle, Giovanni Batista Raffeto, a famous confectioner, in New York. Twenty four years would pass before he decided to return to the old continent and settle in Marseille, where success was almost immediate. Passionate, he passed his know-how down to his son, Louis. Jean, the youngest, also succumbed, passing on to his son, Jean-Louis, the desire to also leave his mark on history ; an affair of the heart that has in turn been repeated with his children, Stéphanie and Christophe. — CORSIGLIA www.corsiglia.fr 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :