De ligne en ligne n°9 oct/nov/déc 2012
De ligne en ligne n°9 oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque publique d'information

  • Format : (210 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... être sourd.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
page 3 page 4 page 5 page 7 page 9 page 12 page 24 page 28 page 35 Vous avez la parole Éloge des loges En bref Interview Patrick Zachmannfilme le temps Actu La Croatie dans l’Union européenne, par Anne Madelain Au Centre Il déplace les limites ! Adel AbdessemedSom- Dossier : être Sourd Sourd ? par Fabrice Bertin Pourquoi parle-t-on de culture sourde ? par Nicolas Beudon Une langue comme une autre ? interview de Christian Cuxac L’immense travail des petites bêtes, avec Annie Mako De sons et d’os : l’écoute solidienne, par Claude-Marin Herbert Venez ! Joël Pommerat, l’évidente complexité du réel, par Christophe Triau Syrie : artistes et intellectuels face à la révolte, par Cécile Boëx Hé ! N’oublie pas la Syrie, Lire, mai- écouter, voir € urope : la crise ? Philippe Askenazy, Augustin Landier interview de Hala Alabdalla re Le rap entre business et style, par Malek Bouyahia, Keivan Djavadzadeh et Franck Freitas Les mystères de Zagreb, par Arlette Alliguié Votre accueil des 0 et des 1 pour relier les humains édito Le geste et la parole En célébrant le tricentenaire de la naissance de l’abbé de l’Épée, la Bpi ne sacrifie en rien à une quelconque pulsion commémorative, et encore moins à un réflexe de commisération. Elle ne cherche pas davantage à attirer l’attention sur l’action qu’elle mène, depuis sa création, en faveur d’un accès plus aisé des personnes handicapées à l’information et au savoir. En réalité, elle a la conviction qu’en célébrant la langue des signes elle fait avancer une réflexion tout à fait contemporaine et fondamentale sur les immenses ressources de l’expression humaine et le potentiel d’universalité qu’elle recèle. Pendant longtemps, l’oralité est apparue comme le creuset de toute pensée, et l’écriture comme son extension. Il n’est pas jusqu’à l’écriture conversationnelle de l’Internet qui n’ait semblé, un temps, corroborer ce modèle dominé par le verbe. Mais le succès et la séduction grandissants de la langue des signes, de même que l’explosion des nouvelles interfaces numériques, nous rappellent que la pensée, dans son étroite union avec le corps et ses affects, emprunte des voies infiniment variées. Loin d’opérer par réduction, la pensée produit une grande diversité expressive et culturelle. La pensée, ce commun dénominateur de tous les hommes, est, par essence, diversité. Non pas une diversité déjà là, originelle et identitaire, mais une diversité à venir dont la culture sourde nous donne un exemple. N’est-il pas réconfortant de voir que l’esprit des Lumières, si confiant dans la plasticité humaine, continue ainsi, à travers la belle figure de l’abbé de l’Épée, à nous inspirer ? Patrick Bazin Directeur de la Bibliothèque publique d’information
vous avez la paroleElles occupent MohamedAli 32 ans, étudiant en doctorat d’histoire C’est ce qui m’encourage à venir ici, même seul. Je fréquente les loges de la Bpi pour leur silence, pour le matériel adapté, l’accessibilité. C’est ce qui m’encourage à venir ici, même seul. Je sais ce qui se passe à la bibliothèque, qu’il y a des conférences, un espace d’apprentissage de langues… Je vais rarement à la cafet’. En dehors de mes études, j’aime le cinéma qui me parle, celui où je n’ai pas besoin d’audio-description ni d’aide pour comprendre. Pierre 60 ans, retraité de la fonction publique Un véritable rayon de soleil ! J’ai découvert les loges par une émission qui passait à la télévision. J’ai téléphoné et pris rendez-vous. Maintenant c’est une guide bénévole qui m’accompagne, j’ai beaucoup d’affection pour elle, c’est un véritable rayon de soleil ! Je m’intéresse à l’astronomie, aux volcans, au monde souterrain, à l’archéologie… Je consulte les ouvrages pour m’instruire et me distraire. Serge 80 ans, retraité J’aime bien venir ici, ça me fait du bien. Je viens dans les loges avec mon ordinateur pour faire des mises au point, quelques réparations, suivre une formation… J’aime l’informatique ! Skype, par exemple : pour discuter chez moi, avec des camarades. J’aime aussi bricoler, lire, mais l’informatique occupe plus de la moitié de mon temps. Les loges c’est sympa, j’aime bien venir ici ça me fait du bien ! Amar 42 ans, étudiant en master de droit Les loges sont essentielles pour mon travail. Je viens ici pour faire de la lecture, essentiellement pour mes études. Il m’arrive de me faire lire par un guide bénévole des livres moins scolaires, des romans de Maupassant par exemple. Je viens aussi suivre des formations en informatique. La maîtrise de l’outil informatique est primordiale. Pour moi, les loges sont essentielles pour mon travail. Le fait de travailler avec un logiciel vocal nécessite d’être dans un endroit isolé, pour ne pas déranger les autres usagers. Hajer 29 ans, étudiante en master de recherche en sciences sociales Je reste des fois plus de six heures. Je fréquente les loges depuis 2003, c’est tranquille ici. À la maison je ne peux pas travailler et ici, on dispose d’appareils qu’on n’a pas à transporter. Je viens en moyenne trois fois par semaine, je reste des fois plus de six heures. Je fréquente de temps en temps les espaces de la bibliothèque, mais on ne sait pas vraiment à quel bureau on est. Parfois on pourrait s’adresser à un bibliothécaire qui pourrait plus facilement trouver le livre qu’on cherche. Je le fais pas, c’est dans ma nature : j’aime pas déranger. ÉLOGES DES LOGES le côté droit du niveau 1 de la bibliothèque. On y accède en suivant les bandes podotactiles… Bienvenue pour un autre regard. Sophie 40 ans, professeure d’espagnol C’est une porte ouverte. Je fréquente les loges depuis l’âge de vingt ans, à l’époque j’étais étudiante. Aujourd’hui enseignante, je viens y préparer mes cours. J’y prépare aussi l’agrégation d’espagnol. Je trouve qu’on est bien ici, les loges m’ont été d’une grande aide, c’est une porte ouverte. C’est un privilège, ce petit coin tranquille. Si on était au milieu de tout le monde on dérangerait. Quand je suis accompagnée, je vais souvent dans les rayons, à la cafétéria, ou dans l’espace audiovisuel. Je ne me sens pas du tout marginalisée ni exclue. Propos recueillis par Philippe Berger, Madjid Guitoune et Florian Leroy 5 loges équipées d’un éclairage modulable et de matériel adapté sont mises à la disposition des déficients visuels. 120 personnes fréquent régulièrement les loges. 9 guides bénévoles les accompagnent. 1 formateur les initie à l’utilisation du matériel. Occupation moyenne des loges : 150 heures par semaine. Réservation : 01 44 78 12 75 3 Fin vous avez la parole



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :