De ligne en ligne n°29 avr à sep 2019
De ligne en ligne n°29 avr à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de avr à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque publique d'information

  • Format : (210 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : des villes en mouvement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
sommaire édito page 3 vous avez la parole Des jeux sur un plateau page 4 rétrospective Les frères Maysles, la musique en « direct » entretien avec Gilles Mouëllic page 6 au Centre La préhistoire, une esthétique du temps entretien avec Rémi Labrusse page 8 page 12 page 26 page 32 page 34 page 35 lire, écouter, voir Entendre les langues, en chanter les sens dossier  : des villes en mouvement La mutabilité urbaine, une attitude pour transformer les villes, par Anne Durand Des enfants dans la ville Des villes masculines, entretien avec Yves Raibaud L’étalement urbain, un héritage en mutation, par Sylvaine Glaizol Des abeilles à Motor City Les œuvres cachées de Paris venez ! Cultiver les sciences sociales Audiences radio  : nouvelles pratiques, nouvelles mesures Penser sous toutes ses formes « La force émancipatrice des histoires » ligne d’horizon « La notion de valeur est un construit social » en bref votre accueil La Bpi vous prête des livres… numériques ! Histoire de temps Les cycles de conférences et tables rondes de la Bpi s’attachent à fournir des grilles de lecture pour mieux décrypter les phénomènes qui traversent et bouleversent la société contemporaine. Le nouveau cycle consacré au phénomène urbain qui débute au mois d’avril, intitulé « Les Formes de la ville », ne fait pas exception. « La forme d’une ville/change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel » écrivait déjà Baudelaire. C’est bien d’impermanence, de métamorphoses et de ruptures qu’il sera question. Au temps linéaire du progrès continu conduisant du passé au présent et du présent à un avenir prévisible se substitue le règne de l’incertitude et de l’immédiateté. Comme l’explique l’urbaniste Anne Durand, cette temporalité rend au présent toute sa vertu  : celle du temps qui accueille le changement et est le lieu de déploiement de son énergie motrice. Faire le pari du présent comme lieu du changement, ce n’est pas refuser de se projeter – il s’agit bien de construire et non pas de se complaire dans le provisoire – ni renoncer à s’appuyer sur le passé. Il en est de même pour la création littéraire ou artistique. La traduction d’œuvres littéraires datant de plusieurs siècles comme Don Quichotte nécessite de faire entendre une langue que des strates linguistiques ont recouverte en ayant recours, par exemple, à des termes datant du XVII e siècle mais toujours en usage. L’art contemporain lui-même s’inscrit dans un temps long, celui d’une histoire de l’art qui remonte aussi loin que la préhistoire. Ainsi le temps long peut-il être au cœur d’un projet artistique pourtant ancré dans le présent le plus contemporain. De même, l’inscription du conte dans une tradition orale millénaire est-elle indissociable de la mise en voix par le conteur et de la circulation de cette parole entre des individus reliés dans le présent d’un rapport humain. Car si le présent est le temps du changement, c’est aussi celui du surgissement de la parole. Quoi de mieux que la culture pour susciter l’échange, et resserrer les liens de la communauté humaine, ici et maintenant. Belle utopie, histoire de temps. Christine Carrier Directrice de la Bibliothèque publique d’information
vous avez la parole Des jeux sur un plateau Le deuxième vendredi de chaque mois, la Bpi vous invite à jouer ! Un ludothécaire propose une sélection de jeux de société sur une thématique donnée et en explique les règles. Une manière de découvrir de nouveaux jeux, de s’amuser et de faire des rencontres. Le 8 février dernier, les participants ont pu s’initier à des jeux sur l’économie… Clarisse 32 ans, demandeuse d’emploi Je suis venue au Centre Pompidou pour voir une exposition et j’en ai profité pour participer à l’atelier, dont j’ai eu connaissance par la page Facebook Que faire à Paris. J’aime beaucoup jouer et je trouve intéressant qu’un jeu permette d’apprendre des choses sur des thématiques comme l’économie. J’ai joué à Senators, un jeu de stratégie très amusant parce qu’il faut y manier de l’argent, mais ce n’est pas l’argent qui permet de gagner, c’est le pouvoir politique. On peut même se débarrasser de son argent et gagner ! Se réunir dans un contexte ludique était vraiment sympa. Vincent 32 ans, chef de projet Je ne connaissais que le restaurant sur le toit du Centre Pompidou et je suis venu à l’atelier pour accompagner un ami. Une bonne ambiance régnait et la complexité du jeu Senators était stimulante, elle m’a permis de m’amuser et d’apprendre des choses de manière ludique. On peut jouer plusieurs parties sans qu’elles se ressemblent, en fonction des personnes avec lesquelles on joue. Sonia 28 ans, pharmacienne et Abderrahim 29 ans, professeur Nous avons découvert l’existence de l’atelier sur Paris.fr. Nous avons décidé de nous inscrire en couple, car nous aimons beaucoup les jeux de société mais peu d’entre eux se jouent seulement à deux. C’était l’occasion de découvrir de nouveaux jeux et de nouvelles personnes. L’atelier était extrêmement convivial, l’animateur était très sympa, et le fait d’être en petit comité était vraiment agréable. Nous étions quatre pour jouer à Marrakech, un jeu de plateau qui consiste à exposer le plus de tapis sur un marché et à faire payer tous les joueurs qui passent dessus pour amasser la plus grande fortune. On a beaucoup ri… et on a gagné ! Sébastien 23 ans, étudiant Ateliers « À vous de jouer ! » Le deuxième vendredi de chaque mois 19 h 30, Atelier C’est la première fois que je viens à la Bpi. J’ai entendu l’annonce sonore pour l’atelier et je suis venu. Ça m’a permis de me détendre après une journée de travail et de jouer avec des personnes que je ne connaissais pas. Découvrir les règles tous en même temps permet de se lier et de s’amuser ensemble. Cela faisait un moment que je n’avais pas joué en groupe, et l’atelier m’a redonné envie de le faire. Propos recueillis par Marion Carrot et Florian Leroy, Bpi Bpi 2019 3 Fin vous avez la parole  : Des jeux sur un plateau



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :