De ligne en ligne n°21 oct/nov/déc 2016
De ligne en ligne n°21 oct/nov/déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de oct/nov/déc 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque publique d'information

  • Format : (210 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : controverse, la cause animale...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
page 3 page 4 sommaire vous avez la parole Drôle d’endroit pour une révolte en bref page 5 exposition Gaston, le cauchemar du rédac’chef page 8 au Centre Cecilia Bengolea et François Chaignaud, danses mêlées page 10 controverse La condition animale, par Florence Burgat page 12 page 24 page 26 page 28 page 32 page 35 dossier  : école sensible L’école, sur le fil des émotions, par Laurence Cornu France/Angleterre – accueillir l’élève ou l’enfant à l’école ?, par Maroussia Raveaud Entre les murs, par Maurice Mazalto « Saisir l’invisible de la transmission », entretien avec Clara Bouffartigue Changer l’école pour changer le monde, entretien avec Joanna Grudzinska Qu’ils puissent…, rencontre avec Soufiane Djellal Incipit, par Tanguy Viel tendance « Car je est un autre », interview de Philippe Bertrand en image Le Canard enchaîné, de l’encre et des plumes venez ! Prendre la mesure des choses, avec Sabaï Anouk Ramedhan-Levi La science, plus claire sur le net ? ligne d’horizon (Re)trouver sa voie dans la cité votre accueil Les lecteurs, la bibliothèque et le documentariste édito À l'école de Gaston Face à certaines situations ubuesques du monde du travail me reviennent souvent avec amusement des réminiscences des albums de Franquin, que je dévorais enfant avec un rare délice. Si Gaston Lagaffe ne cesse de dynamiter au fil de ses aventures le carcan sérieux des adultes (fidèle à lui-même, vous le verrez d'ailleurs envahir comme bon lui semble les pages de ce numéro !) , la réalité n’est pas tendre avec les doux rêveurs. Les jeunes lecteurs de BD le pressentent bien, eux qui mesurent, à travers le comique poétique des « gaffes » de Gaston, la confrontation de points de vue parfois irréconciliables. Heureux hasard du calendrier, juste avant d'ouvrir en décembre prochain notre exposition « Gaston, au-delà de Lagaffe », la Bpi consacre sa participation au Mois du film documentaire à la thématique de l'école, avec le cycle « Épique école » en novembre. Comme le montre notre dossier « École sensible » qui présente cette programmation, les films proposés rendent compte des tensions déjà anciennes entre les partisans d’une pédagogie soucieuse de l'enfant, de ses émotions et de sa créativité, et un système éducatif de masse qui peine à évoluer, malgré les initiatives de nombre d’enseignants. Avec le recul, on peut voir dans le personnage de Gaston, et ce dès son apparition dans Spirou, un précurseur d’une pédagogie iconoclaste et ludique, capable de faire le lien entre le monde des enfants et celui des adultes, y compris en soulignant leurs logiques contradictoires. Or, notre exposition va prendre place dans une bibliothèque qui n’a de cesse de proposer à tous de nouvelles façons d’apprendre, comme en témoigne la riche actualité de cet automne  : 4 e édition du festival Press Start  : anatomie des jeux vidéo ; cycle de rencontres « Einstein 100 ans après... La théorie de la relativité générale, l'univers et nous » ; présentation de l’œuvre Measure for Measure de l’artiste italo-indonésienne Sabaï Anouk Ramedhan-Levi et du biologiste Ariel B. Lindner, projet alliant liberté et statistiques ; colloque « Animalement nôtre  : humains et animaux aujourd'hui ». Avant de vous laisser prendre connaissance de tous ces passionnants événements grâce à de ligne en ligne, je souhaite remercier tout particulièrement l’écrivain Tanguy Viel, qui nous a fait l’amitié de nous proposer pour ce numéro un texte inédit, Incipit, décrivant avec finesse et grand talent les relations enfants/adultes à l’œuvre dans l’exercice faussement lisse de la photo de classe. Christine Carrier Directrice de la Bibliothèque publique d’information
Delphine Nicolas, Bpi/Franquin Dargaud –Lombard 2016 vous avez la parole DRÔLE D’ENDROIT POUR UNE RÉVOLTE Fin avril, la Bpi a organisé une « bibliothèque vivante » dans le cadre du festival Hors Pistes du Centre Pompidou dédié cette année à l’art de la révolte. Les visiteurs étaient invités à engager un dialogue avec des militants autour de leurs engagements. La lecture devenait une réelle rencontre. Frédéric, 50 ans, secteur associatif En rencontrant une danseuse militante, j’ai compris comment l’art essayait d’interpeller le public sur des questionnements qui concernent toute l’humanité. J’ai trouvé sympathique l’idée du salaire universel qui donne du temps pour donner du sens. Je ne pouvais pas imaginer la vie sans travail car le travail est épanouissant, mais aujourd’hui il est associé à la souffrance. Il faut se repositionner sur les valeurs du vivre ensemble. Avec cet « art de la révolte », l’institution ne se positionne plus comme une fabrique de spectateurs, mais comme fabrique d’acteurs. Patrick, 64 ans, retraité J’ai pu échanger avec une militante écologiste qui vit dans un lieu collectif à Montreuil et qui m’a expliqué l’engagement partagé par ses habitants. C’est un choix assumé de vivre autrement. Je trouve intéressant de rencontrer quelqu’un qui met en actes ses idées, dans sa vie concrète, pour être en accord avec une vision globale du monde. Giordani, 25 ans, étudiant en histoire de l’art Je suis italien, j’étudie à Rome et suis à Paris dans le cadre du programme Erasmus. J’ai choisi de dialoguer avec une militante anti-nucléaire et prodécroissance. Nous n’avons pas de centrales nucléaires en Italie mais vu leur nombre en France, nous nous sentons concernés par cette question. J’ai appris beaucoup de choses au cours de cet échange, cela a renforcé mes convictions. Je trouve ce dispositif génial. -, Azzedine, 72 ans, retraité Je viens à la Bpi consulter des documents pour un master 2 que je prépare sur la fermeture de Renault-Billancourt et ses conséquences pour les travailleurs. C’est une bonne chose d’individualiser la rencontre. Cela permet un dialogue réel qui évite le côté théâtral d’un débat avec un orateur face à une foule. J’ai été surpris qu’une trotskiste du Parti communiste, aussi engagée contre le système, joue le jeu des institutions en acceptant cette proposition de la Bpi. Jean-Luc, 50 ans, enseignant – metteur en scène J’ai trouvé intéressant quand le militant d'Attac nous a parlé de sa situation concrète. J’ai appris qu’il était au RSA et qu’il mettait à profit son temps libre pour s’informer. J’ai été enseignant en hôpital psychiatrique et j’organise des missions auprès de femmes en milieu carcéral, cela relève un peu d’une même forme de militantisme de terrain. Le livre, c’est très important. Mais le plus important, c’est l’échange autour des livres. Propos recueillis par Florian Leroy et Lorenzo Weiss, Bpi 3 vous avez la parole  : Drôle d’endroit pour une révolte Fin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :