Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de sep à déc 2019

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Ministère de la Culture et de la Communication

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : recherche culturelle et sciences participatives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
5. C’est-à-dire que cette connaissance serait diffusée ou disséminée dans l’environnement socio-culturel, et non concentrée dans des canaux de communication spécifiques. 6. Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, La Découverte, 1991. 7. Logiciel libre, selon GNU  : https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html 8. Fab lab, d’après Wikipédia  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab 9. Thomas S. Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, University of Chicago Press, 1962. Le jeu en ligne SONIFY Sonify est un jeu proposé par le SCRIME, Université de Bordeaux, destiné à un large public, qui tente de construire de façon communautaire une vérité contextuelle de la classification perceptive des objets audionumériques. L’interrogation associée est la possibilité de l’émergence d’une culture massive de la synthèse sonore, par le biais d’une transmission horizontale des savoir-faire. http://sonify.labri.fr/Pirate, 2006 Tableau de néons animés, plexiglas, 117 x 213 x 16 cm Édition/2 Collection du musée d’Art moderne et contemporain de Genève (Suisse). ADAGP, Paris 2020 96 CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives tion de faits admis. En conséquence, on ne peut substituer une masse d’informations à la connaissance propre aux êtres vivants. La connaissance scientifique, dès son apparition, a constitué un cheminement alternatif dans l’évolution des représentations culturelles, favorisant ainsi l’indépendance des points de vue. Son but ne se résume pas à l’invention de nouveaux dispositifs technologiques, mais inclut l’ambition d’une libération conceptuelle par l’appropriation du pouvoir de raisonner. Elle participe donc de la résistance culturelle à l’obscurantisme sous toutes ses formes, hormis celles qui pourraient venir d’elle-même ; si la technologie devient opaque au point que ses usagers ne comprennent plus son fonctionnement, et sont donc dans une dépendance matérielle vis-à-vis de ses producteurs, la science a pour mission de l’expliquer et de la démystifier, luttant ainsi contre cette servitude. En outre, le fait que le public soit réduit à une simple source d’informations, et que les décisions conséquentes soient prises à l’issue de traitements automatiques dont le sens échappe à une majorité écrasante, voire à tout le monde sans exception, constitue une évolution fondamentalement inacceptable de l’usage des méthodes scientifiques. Les machines ont pour fonction d’assister l’humain dans son processus de décision, mais pas de s’y substituer. Que l’humanité conserve collectivement le contrôle de ses créations, ou au moins la compréhension de leur fonctionnement, constitue un impératif éthique ; celui-ci ne peut être satisfait que si une base aussi large que possible dispose des connaissances requises dans ce but. Vers une connaissance scientifique ambiante La science participative est un outil pour faire face à ces difficultés, rendant possible une large diffusion des connaissances scientifiques, et nuançant ainsi la différence encore radicale entre les spécialistes de la science et les personnes à qui elle est étrangère ; il est possible de susciter un regain d’intérêt pour celles-ci Un futur participatif ? en amenant le public à une participation active et éclairée dans la démarche scientifique. Il est possible d’espérer qu’une connaissance scientifique à caractère ambiant 5 permette de lutter efficacement contre les dangers d’un obscurantisme technologique et d’une captivité du public vis-à-vis des outils avancés qui deviennent de plus en plus courants dans la vie quotidienne. Pour cela, il faut donner les moyens aux personnes volontaires de se réapproprier les outils et méthodes scientifiques, qui deviennent via la technologie partie intégrante de l’environnement humain, en Occident comme ailleurs 6. Le fait de participer au déve lop - pement de nouveaux systèmes et de nouvelles théories constitue un atout précieux pour en comprendre le fonctionnement et donc gagner en indépendance par rapport aux grands monopoles technologiques. Les mouvements du logiciel libre 7, ou encore des fablab 8 et plus généralement ce que les Anglo-Saxons appellent le DIY (Do it yourself, en français « Faire soimême ») , l’ont largement illustré. En faisant appel à l’intelligence des participants, en leur donnant accès aux objectifs et aux processus scientifiques, il est possible de franchir le fossé philosophique qui sépare, à défaut d’opposition, un public considéré comme une masse passive d’information, d’un public qui serait, espérons-le, acteur d’une connaissance collective. En ce qui concerne les spécialistes, il s’agit pour eux de se rapprocher des pratiques d’enseignement et d’organisation de ces processus d’apprentissage actif en reconsidérant leur rôle social pour mettre l’accent sur la transmission de leur démarche ; fina - lement, les experts peuvent mettre leur temps à un bien meilleur profit en facilitant un accès universel du public à des connaissances et des outils qu’ils auront produits eux-mêmes. Quelle que soit l’expérience préalable des participants, les modes de pensée scientifiques peuvent contribuer utilement à l’amélioration de leur condition. Au long terme, il est envisageable que cette nouvelle façon de développer et de partager collectivement la connaissance scientifique ait un impact sur son contenu et son architecture, au point de révolutionner les paradigmes 9. En effet, dans ce cadre, elle est perçue comme émergente des comportements de masse, et non plus comme le fait d’une compré - hension individuelle. Cela signifie que cette connaissance est constituée de représentations individuelles qui ne sont potentiellement ni complètes ni abouties, et que pourtant par sa cohérence au niveau social elle est tout de même opérante ; on peut attendre de ce fait une remise en question de la position des experts, et des notions de validité des contenus scientifiques. Ceci irait en faveur de la diversité des représentations et de la culture de la singularité, où jusque-là les contenus scientifiques avaient un caractère unifor - misant parfois contre-productif ; une telle ouverture est probablement bénéfique du point de vue de la créativité scientifique. Quoi qu’il en soit, expérimenter avec la démarche scientifique elle-même a de fortes chances de nous amener à faire de nouvelles découvertes qui transformeront une fois de plus nos modes de pensée et de représentation.
Un futur participatif ? Le TURFU festival se conjugue au participe futur Chaque année à Caen, le Dôme et l’agence Casus Belli font leur rentrée avec un festival consacré à la recherche et à l’innovation participatives. Le Dôme est un centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) qui a fait le choix d’engager ses publics dans des ateliers pratiques. Là où d’autres espaces de même nature privilégient des formats d’exposition ou de conférence pour vulgariser les sciences et techniques, le Dôme propose avant tout des activités de groupe. Qu’il s’agisse d’imaginer ou de fabriquer, les participants sont invités à venir faire. Cette posture de publics acteurs et expé ri men - tateurs n’est pas nouvelle pour le Dôme. Elle est un des fondements historiques des modes de médiation à l’œuvre dans les CCSTI. Mais en s’ouvrant aux démarches de co-design et en bénéficiant d’équi - pements comme un fablab 1, ces invitations à concevoir ou fabriquer ne sont plus cantonnées à leurs valeurs pédagogiques. Elles permettent au contraire à la population de contribuer à des projets réels développés sur son territoire. Quelles places pour l’hydrogène dans la transition énergétique ? Quels robots dans une agriculture urbaine ? Quel observatoire citoyen dans l’évolution des villes ou du patrimoine culturel ? Quelles utilisations locales et collectives de nos données ? En permettant l’engagement des publics sur des projets locaux de recherche et de société, en créant les temps et les conditions qui leur permettent d’innover collectivement, en les invitant à « agir et faire ensemble », un établissement comme le Dôme a fait évoluer ses revendications d’éducation populaire vers celles d’une innovation populaire. Co-produit par le Dôme et l’agence Casus Belli et organisé dans le cadre de la Fête de la science, le Turfu festival est une tentative d’expérimentation de ces nouveaux modes de collaborations, en ne laissant aucun sujet de côté  : énergie, santé, alimentation, environnement, handicap, intelligence artificielle, données individuelles et environnementales, géographie sociale, physique fondamentale ou sexualité. Pendant une semaine, il réunit des chercheurs, des associations, des collectivités, des entreprises et des communautés créatives qui viennent soumettre leurs projets à la créativité et à la critique des publics lors d’ateliers de conception ou de fabrication. Le temps de quelques heures ou tout au long d’une journée, un public est ainsi invité à venir imaginer, concevoir et prototyper de nouveaux objets, de nouveaux services ou de nouvelles interactions sociales, techniques, culturelles ou numériques. Reconnaître et conjuguer des dynamiques au long cours Plus qu’un événement ponctuel, le festival est un point d’étape, de lancement, ou la conclusion de projets au long cours derrière lesquels on trouve la démarche living lab. Cette méthodologie considère la population comme un acteur clé des processus de recherche et d’innovation. Elle lui permet d’appré - hender et d’influer sur les enjeux sociaux, technologiques et économiques de son territoire. À une époque où la participation peut se réduire à un vote binaire ou à un simple clic, engager des personnes néophytes, pendant plusieurs heures ou plusieurs jours, reste un pari audacieux. Les vingt ans d’existence de Relais d’sciences, ses collaborations étroites avec les réseaux d’acteurs scientifiques, des établissements culturels de proximité et les filières étudiantes assurent une fréquentation des ateliers. Depuis l’ouverture du Dôme, les collaborations récurrentes avec les acteurs du handicap ou de l’insertion participent aussi à l’élargissement des publics. Pour reconnaître ces contributions individuelles à des projets collectifs, chaque atelier propose éga - lement des open badges qui reconnaissent les découvertes, les apprentissages ou l’engagement dans des programmes de recherche et d’innovation populaire. Cette reconnaissance passe également par la restitution documentée des ateliers et leur partage en ligne sous la forme de fiches pratiques, d’infographies ou de tutoriels, comme autant de contributions au bien commun. En s’ouvrant à la recherche culturelle avec des sujets comme les données post mortem, l’évolution du langage au travers du territoire ou du numérique, la curation des données de l’archéologie, la cartographie subjective et même la peluchologie 2, la program - mation du Turfu festival enrichit les réponses à la demande des citoyens de contribuer aux repré sen - tations et aux orientations de notre société. FRANÇOIS MILLET Living lab manager Le Dôme 1. Les fablab sont des ateliers de fabrication ouverts et open source  : https://www.youtube.com/watch ? v= yiW6nYr7Y94 2. La peluchologie est un programme de culture scientifique de l’université de Montpellier  : https://cs.umontpellier.fr/project/peluchologie/CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 1Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 2-3Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 4-5Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 6-7Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 8-9Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 10-11Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 12-13Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 14-15Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 16-17Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 18-19Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 20-21Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 22-23Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 24-25Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 26-27Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 28-29Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 30-31Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 32-33Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 34-35Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 36-37Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 38-39Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 40-41Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 42-43Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 44-45Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 46-47Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 48-49Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 50-51Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 52-53Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 54-55Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 56-57Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 58-59Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 60-61Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 62-63Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 64-65Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 66-67Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 68-69Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 70-71Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 72-73Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 74-75Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 76-77Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 78-79Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 80-81Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 82-83Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 84-85Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 86-87Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 88-89Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 90-91Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 92-93Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 94-95Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 96-97Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 98-99Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 100-101Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 102-103Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 104