Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de sep à déc 2019

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Ministère de la Culture et de la Communication

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : recherche culturelle et sciences participatives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
CHRISTINE ESCLAPEZ Professeure des universités en musique et musicologie Aix Marseille Université UMR PRISM « Perception, Représentations, Image, Son, Musique » 1. J.-P. Darré, « Les hommes sont des réseaux pensants », in  : Sociétés contemporaines, n°5, mars 1991. Réseaux sociaux, p.55-66. 2. J. Zask, Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le bord de l’eau, 2011. 3. H. Le Crosnier,C. Neubauer, B. Storup, « Sciences participatives ou ingénierie sociale  : quand amateurs et chercheurs co-produisent les savoirs », in  : Hermès, « La Revue », 2013/3 n°67, p.68-74, CNRS Éditions. 4. U. Eco, L’œuvre ouverte (1965), Paris, Points, 2015 ; U. Eco, LECTOR IN FABULA ou la corporation interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1979. 5. N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, Paris, Les Presses du réel, 1998. 6. J. Rancière, Le partage du sensible, Paris, La fabrique Éditions, 2000. 60 CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives Le terme de « participation » fait désormais partie intégrante des modes d’être et d’agir de nos sociétés contemporaines. Tout comme ceux de « colla bo - ration », de « co-création » ou de « co-construction/co-production », la « participation » semble dessiner l’utopie d’une société intégrative, équitable et ouverte où chacune et chacun d’entre nous a l’opportunité de s’engager dans l’action commune mais aussi dans l’élaboration des connaissances. De l’utopie des années 1970 qui souhaitait refonder le « vivre ensemble » (Barthes) à sa prolifération actuelle, notamment dans le champ des arts et des sciences, la participation estompe les frontières entre scientifiques et artistes et déplace les statuts et les expertises vers des zones d’action et de réflexion hybrides. Situées dans des territoires intermédiaires, ces lisières pratiquent l’interdisciplinarité et dessinent une écologie des connaissances. Travailler la notion de « participation » permet de questionner à nouveau le « vivre ensemble » conçu par Roland Barthes comme profondément rythmique  : il permet, en effet, à la temporalité singulière de chaque individu de dialoguer avec celle(s) de la communauté. Grâce à la reconnaissance de la diversité rythmique qui traverse nos façons d’habiter le monde, nous avons ainsi l’opportunité de fabriquer du commun. Dans le terme de « participation » se joue ce que, dès les années 1990, Jean-Pierre Darré pensait comme les conditions mêmes de la constitution d’une anthropologie de la connaissance 1. Il s’agissait, pour le sociologue, de co-construire nos réflexions, ce qu’il nommait nos « réseaux pensants » ou réseaux d’interconnaissance. La « participation », notion aux significations multiples, questionne la problématique de l’enga - gement des différents acteurs en présence dans l’élaboration d’un projet. Elle est également une responsabilité partagée qui nous engage et nous permet de nous reconnaître comme citoyens, au-delà même de Comment penser la participation dans les recherches culturelles ? Vers une éthique de la participation ? « Prendre par », « apporter une part », « recevoir une part », trois champs d’action interconnectés définis par la philosophe Joëlle Zask à propos de la participation. Le troisième, souligne Christine Esclapez, est « la condition incontournable pour que la participation joue son rôle libératoire ». nos champs d’expertise et de compétence. La participation questionne de façon critique nos pratiques démocratiques 2. De la même façon que les sciences participatives œuvrent désormais au développement des connaissances 3, l’art participatif se déploie avec intensité depuis les années 1960 et dépasse les catégories génériques. Ses pratiques peuvent être considérées comme des dispositifs esthétiques transversaux qui questionnent la fabrique commune des œuvres bien davantage que l’objet de l’art que les traditions historiques ont principalement caractérisé par son achèvement. L’art participatif implique, comme l’avait théorisé Umberto Eco 4 pour la littérature, l’engagement du public au sein même du processus de création et d’interprétation, engagement sans lequel l’œuvre ne peut advenir. De fait, cette pratique implique une inscription forte dans les territoires et conduit à revisiter les liens entre culture, territoires et création. Les œuvres dites participatives sont multiples, des concerts participatifs aux happenings ou aux installations plastiques ou sonores relayées par des artistes ouverts aux développements intermédiatiques des formes contemporaines de l’art. Elles sont des situations où se tissent des liens inédits entre environnement et public. La participation réunit, construit du liant et, à ce titre, est un projet politique et sociétal d’utilité publique. Elle réfère à l’esthétique relationnelle 5, de même qu’à ce partage du sensible que recherchait Jacques Rancière 6. Les premières générations d’artistes des années 1960 souhaitaient, en effet, prendre leur distance avec les catégories traditionnelles de l’art dont la fameuse trilogie « créateur-œuvre-spectateur/auditeur » qui donnait l’impression qu’une chaîne communicationnelle, unilatérale, linéaire et hiérarchique gouvernait la raison d’être des œuvres. L’œuvre, coincée entre deux instances (créateur et récepteur), était conçue comme la courroie de transmission d’un message préétabli et formaté. L’un des pionniers de
Comment penser la participation dans les recherches culturelles ? ce changement de paradigme est sans conteste John Cage 7 qui, cherchant un silence impossible, dépasse ces clivages pour faire de l’œuvre un point nodal où se rencontrent écoute active et recréation. L’expansion de la notion de participation dans nos sociétés contemporaines pose cependant question 8. La participation, en effet, n’est pas exempte de certaines dérives comme l’instrumentalisation du public, la surmédiatisation d’œuvres consensuelles, l’amenuisement des valeurs esthétiques individuelles, la réduction de la diversité et de la complexité des genres artistiques ou la transformation des œuvres en produits de marketing. Elle est, quelquefois, un label convenu pour recueillir subventions et soutiens. La participation devient une injonction comme le souligne la philosophe Joëlle Zask qui attire d’ailleurs l’attention sur la confusion à laquelle conduit quelquefois l’action participative 9. La philosophe (proche des théories de John Dewey) propose une claire séparation entre « participation » et « figuration ». C’est en ce sens que Joëlle Zask propose d’étudier la participation sous l’angle de sa revalorisation citoyenne comme une interaction de trois champs d’action interconnectés (trois types d’expériences et de pratiques). Participer, c’est ainsi « prendre part » (et non uniquement « faire partie ») , « apporter une part » et « recevoir une part » (ou bénéficier). Si les trois champs d’action et de pratique sont tous d’importance égale, nous soulignerons l’importance du troisième champ en ce qu’il est la condition incontournable pour que la participation joue pleinement son rôle libératoire. En effet, il est essentiel que chacun des participants soit non seulement actif et volontairement engagé dans le processus de création de l’œuvre, que son niveau de compétence soit reconnu et accepté pour ce qu’il est, mais aussi qu’il puisse se réapproprier l’expérience vécue pour, à son tour, la cultiver, l’expérimenter de façon autonome, peut-être même la partager et la transmettre. En ce sens, un dispositif participatif est un modèle fonda men ta - lement ouvert où les connaissances, les protocoles et les procédés sont mis à disposition de façon « gratuite » (entendons désintéressée), permettant (1) leur utilisation libre et dégagée des contraintes du système de production – celui-ci fût-il le plus éthique possible, et (2) l’avènement d’un processus de transformation de chaque participant grâce à l’expérience participative qui devrait avoir comme effet de lui permettre de se différencier d’autrui et de mieux situer ses propres compétences face à l’autre (que cet autre soit un individu ou un collectif). Cette proposition ne peut constituer un « modèle », une grille préalable à toute création, une recette à appliquer dans les dispositifs artistiques participatifs. Il serait pourtant souhaitable que ces trois champs d’expérience puissent coexister car ils sont le gage de la rencontre de nos pratiques, de la reconnaissance de nos altérités et de l’épanouissement d’une création partagée, individuelle et collective, voire d’une créativité redistribuée à la mesure de chacune et de chacun. Si les sciences participatives posent la question de savoir « comment chercher autrement ? » 10 l’art participatif, quant à lui, cherche « comment créer autrement ? » L’urgence ? Notre monde et ses malaises qui nous enjoignent à agir et à penser autrement, c’està-dire à frayer de nouveaux chemins entre les êtres et les choses du monde. Ce souhait est sans conteste l’un des objectifs les plus essentiels de nos sociétés contemporaines. Il implique un long et lent travail de réappropriation de nos territoires de création, de nos espaces quotidiens à nos salles de spectacle, de nos jardins à nos environnements virtuels. Une réelle participation implique ainsi d’une part de lier la science et l’art à l’écoute des pratiques et, d’autre part, de constituer un fonds d’entente commun à partir duquel nos manières de faire auront – nous l’espérons – l’oppor tu nité de pouvoir coexister. Les Petits Fous, 1991 Sérigraphie sur PVC 80 x 114 cm ADAGP, Paris 2020 7. J. Cage, Silence  : conférences et écrits (1961), Génève, Éditions Contrechamps et Hors-Limite, 2012. 8. A. Tanaka, A. Parkinson, « The problems with participation », in  : S. Emmerson (ed.), The Routledge Research Companion to Electronic Music  : Reaching out with Technology. Abingdon, Routledge, 2018, p.172-193. Ch. Esclapez, « Sémiotique, sens et démocratie. Œuvres musicales et dispositifs participatifs », in  : Revue sémiotique canadienne RS/SI, vol. 37, n°1-2, 2017, p.89-108 (T. 2), 2018. 9. Ibid., p.9. 10. Voir note 3. CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 1Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 2-3Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 4-5Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 6-7Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 8-9Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 10-11Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 12-13Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 14-15Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 16-17Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 18-19Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 20-21Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 22-23Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 24-25Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 26-27Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 28-29Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 30-31Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 32-33Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 34-35Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 36-37Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 38-39Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 40-41Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 42-43Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 44-45Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 46-47Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 48-49Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 50-51Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 52-53Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 54-55Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 56-57Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 58-59Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 60-61Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 62-63Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 64-65Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 66-67Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 68-69Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 70-71Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 72-73Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 74-75Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 76-77Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 78-79Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 80-81Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 82-83Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 84-85Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 86-87Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 88-89Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 90-91Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 92-93Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 94-95Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 96-97Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 98-99Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 100-101Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 102-103Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 104