Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
Culture et Recherche n°140 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de sep à déc 2019

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Ministère de la Culture et de la Communication

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : recherche culturelle et sciences participatives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
PASCAL CESARO Maître de conférences, Aix-Marseille Université CNRS, PRISM (Perception Représentations Image Son Musique), Marseille PIERRE FOURNIER Professeur, Aix-Marseille Université CNRS, LAMES (Laboratoire méditerranéen de sociologie), Aix-en-Provence 1. Cette recherche a bénéficié d’un financement de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS dans le cadre du programme Nucléaire, risques et société du Défi Nucléaire, énergie, environnement, déchets et société, entre 2013 et 2017, et d’une aide du programme Investissements d’Avenir, Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université - A*MIDEX en 2018 et 2019. 2. P.Cesaro, P.Fournier, « De la fiction faire science. Mobiliser un feuilleton télévisé des années 1960 pour parler autrement du travail dans le nucléaire ». Images du travail, travail des images, Université de Poitiers, 2015, 1 (1). http://imagesdutravail.edel.univpoitiers.fr/index.php ? id=556. 38 CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives La révolution numérique ouvre aujourd’hui l’accès à des archives d’images qui pourraient trouver une valeur nouvelle dans le mouvement de patrimonialisation et dans la quête de racines qui caractérisent nos sociétés mondialisées et en mutation permanente. C’est notamment le cas des images de fiction (films, feuilletons…) qui ont été produites par le cinéma et la télévision. Quand elles ont été tournées et montées avec une ambition de réalisme, elles constituent en effet une source possible de mémoire sur des lieux qui ont été transformés, sur des exercices professionnels qui ont changé ou sur des modes de vie peut-être disparus. Leur diffusion passée est aussi un gage que des professionnels de l’audiovisuel ont considéré en leur temps qu’elles répondaient aux attendus de l’époque en termes de divertissement, ce qui leur donne une seconde dimension de témoignage historique. Le développement des technologies du numérique en facilite aujourd’hui l’indexation pour les repérer, autant qu’il simplifie l’utilisation d’outils de montage et d’hybridation dans des écritures multimédia et fluidifie le dialogue avec les professionnels de l’image pour envisager des réemplois de ces images dans une nouvelle vocation publique. C’est ce que nous avons expérimenté récemment dans le cadre d’un projet de recherche interdisciplinaire associant sociologie et cinéma 1. Le réemploi d’images d’archives de fiction (ici des séquences d’un feuilleton télévisé des années 1960, Les Atomistes) a été à la base d’une enquête sociologique par entretiens exploitant la vidéo-élicitation, c’est-à-dire la stimu - lation de la réflexion des personnes rencontrées par le visionnage d’images et l’invitation à les commenter, avec l’intention d’éclairer ce que signifie vivre avec le nucléaire, faire avec cette industrie à risques quand Expériences participatives dans les recherches culturelles Stimuler la réflexion à partir d’images de fiction Une nouvelle forme de science publique ou d’art public ? Dans le cadre d’un projet de recherche associant sociologie et cinéma, a été expérimenté un dispositif d’entretiens suscités à partir du visionnage d’images d’une ancienne série télévisée. Abandonnant sa position dominante d’expert, le chercheur requiert alors l’aide de l’enquêté pour confronter expérience vécue et réalité fictionnelle. Au-delà de ce projet, la valorisation d’archives de fiction mises en dialogue avec des « acteurs ordinaires » peut-elle ouvrir à de nouvelles formes artistiques ou de patrimonialisation ? on vit tout près, voire quand on y travaille 2. Le recours à un tel dispositif pour favoriser la parole vise à surmonter une difficulté de la recherche classique en sciences sociales lorsque l’on s’appuie sur des entretiens pour explorer les réalités sociales des personnes enquêtées  : la question de l’imposition de problématique. Il y a en effet un risque pour le sociologue de poser aux enquêtés des questions qui ne se posent pas à eux et de le faire dans des termes qui bornent ce qu’il leur est légitime de donner comme réponse dans l’interaction avec le chercheur, éventuellement à distance de leurs pratiques ordinaires. Ce problème s’accroît encore lorsque le débat public sur le sujet abordé est très polarisé. Cela vient compliquer le travail de questionnement, la prise de parole de l’enquêté étant empêchée, entravée, parasitée par les positions tranchées qui se formulent dans le débat public sur un registre abstrait, parfois éloigné de l’expérience propre des personnes. C’est par exemple le cas avec le dossier nucléaire, face auquel tout interlocuteur serait sommé de se situer pour ou contre son développement. Mais on peut citer d’autres questions posant les mêmes problèmes  : parler du passé colonial de la France, parler de la sexualité à l’heure du SIDA, parler de la critique de l’industrie au nom de la défense de l’environnement… L’intention du chercheur en impliquant l’enquêté dans un dispositif d’entretiens suscités à partir du visionnage d’images de fiction est de tirer parti de la proximité pratique de la réalité fictionnelle avec celle de l’enquêté. Il s’agit de lui demander de parler de son expérience personnelle de certaines situations en lui proposant de commenter les actions des personnages de fiction dans des situations proches. S’il s’engage dans la relation d’enquête, le plaisir du spectateur
Expériences participatives dans les recherches culturelles devant les images se déplace vers le souci d’aider le chercheur à répondre à certaines interrogations avec son concours. Il faut souligner les vertus de la fiction audiovisuelle dans cet exercice. Elle emprunte à l’art dramatique de favoriser des phénomènes d’identification en même temps que l’intervention du chercheur dans le dispositif d’entretien vient produire une sorte d’effet de rupture, une interpellation pour éviter une simple catharsis mais bien susciter une réflexion sur soi chez le spectateur. Ensuite, l’image animée et dialoguée est indiscutablement polysémique. Elle renvoie chacun à sa singularité de spectateur. Elle conduit chacun à l’expression d’un intertexte pour se faire comprendre, d’un contexte d’existence donnant sens à sa réception du film. Et c’est précisément cette expression que recherche le sociologue ethnographe attentif à l’expérience singulière de la personne sociale. Avec la vidéo-élicitation à partir d’images de fiction, l’enquêteur associe autrement les acteurs sociaux à la recherche. Le chercheur abandonne sa position dominante d’expert. Il vient d’abord demander de l’aide à l’enquêté pour qualifier les images sélectionnées, dont il prétend avoir peu de certitude quant à leur degré de réalisme. Il lui reconnaît une capacité à en juger, une pleine expertise, qui tient à son expérience directe de ce monde. Ce n’est pas l’enquêté qui est interrogé mais l’image. Face à elle, l’enquêté est à la fois libre de sa perception et garanti de l’attention que le chercheur lui porte. Finalement, le recours à l’image de fiction comme appui pour l’entretien libère l’enquêté de la figure impressionnante de sérieux qui est attachée à la science et on pourrait voir dans la vidéo-élicitation à partir d’images de fiction un dispositif d’investigation susceptible d’intéresser d’autres secteurs que la recherche. Par exemple, les membres d’un comité économique et social d’entreprise pourraient en faire usage quand ils souhaitent produire une histoire sociale de l’établissement à la faveur d’un anniversaire ou d’une restructuration, voire d’une fermeture. De même, une collectivité locale pourrait y trouver le moyen d’interroger l’action d’aménagement de ses dirigeants sur la durée. Cette valorisation d’archives de fiction, plus faci - lement partageables que les archives administratives, peut être à l’origine d’un mouvement de patrimonialisation du paysage urbain dans la même veine que les panneaux d’information à l’adresse des touristes qu’on trouve aujourd’hui à proximité des points d’intérêt culturel. Présentant une vieille photographie du lieu, ils donnent à voir ce qui reste et ce qui a changé avec le temps et avec l’activité des hommes. Cette fois, ce n’est pas seulement le lieu-paysage qui devient objet de réflexion pour raconter une pratique révolue. Ce n’est pas non plus l’objet de la pratique, conservé et mis en contexte par l’écomusée. C’est l’action humaine ordinaire telle qu’elle est croquée par un réalisateur dans un projet de divertissement, et d’exploration de l’âme humaine à cette fin, de recherche d’échos avec la curiosité du spectateur, jusqu’à fabriquer une réalité de… pellicule, de pixels, qui entretient avec son expérience propre à la fois une distance et une proximité. La diffusion de ces images, regardées sur des smartphones à partir de la saisie de QR-code, ou sur proposition au passage à proximité de bornes, ou bien encore sous l’effet de signalements sur les réseaux sociaux, peut faire accéder ces archives au statut de matériaux d’une science publique, collaborative – quand elles sont hybridées par la mise en dialogue avec les experts de l’ordinaire que constituent les acteurs sociaux qui sont familiers des lieux, stimulés par les images vidéo et accouchés par le chercheuréliciteur – et à un statut d’art public – quand ce dialogue émotionnel est laissé à la charge intime du spectateur touché par les images d’art cinématographique ou télévisuel  : au-delà de ce que proposent le musée de la gendarmerie à Saint-Tropez, la visite du Château d’If vis-à-vis du roman d’Alexandre Dumas ou la vue de la villa Malaparte à Capri pour l’œuvre de Jean-Luc Godard. Face à ce dispositif, la pratique contemplative qui est associée à l’art « privé » se double de formes d’engagement citoyen dans l’alerte sur les contenus, voire dans l’expression d’un commentaire personnel sur la fiction à propos de sa dimension réaliste quand on s’approche de l’Autre par le truchement d’un point de vue d’artiste, ici démultiplié et partagé avec des acteurs ordinaires-experts. Dans ces conditions, la science publique (de la vidéo-élicitation) apparaît en médiateur d’une nouvelle forme d’art public, au côté des institutions de conservation et de mise à disposition des archives d’images de fiction, pour donner les moyens de nouvelles modalités d’expression artistique qui trouvent les faveurs d’un public adepte de nouvelles technologies et d’engagement dans la quête d’une improbable authenticité, voire dans sa production. Sans doute au prix d’une réflexion sur les questions de droit d’auteur et de droits voisins qui sont associées à ces images d’archives. Trash TV, 2006 Tableau de néons animés, plexiglas, 150 x 212 x 16 cm, Édition/2 Collection du Mamco, musée d’Art moderne et contemporain de Genève (Suisse) CULTURE ET RECHERCHE n°140 hiver 2019-2020 Recherche culturelle et sciences participatives 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 1Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 2-3Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 4-5Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 6-7Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 8-9Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 10-11Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 12-13Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 14-15Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 16-17Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 18-19Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 20-21Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 22-23Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 24-25Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 26-27Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 28-29Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 30-31Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 32-33Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 34-35Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 36-37Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 38-39Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 40-41Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 42-43Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 44-45Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 46-47Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 48-49Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 50-51Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 52-53Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 54-55Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 56-57Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 58-59Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 60-61Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 62-63Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 64-65Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 66-67Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 68-69Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 70-71Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 72-73Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 74-75Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 76-77Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 78-79Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 80-81Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 82-83Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 84-85Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 86-87Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 88-89Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 90-91Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 92-93Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 94-95Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 96-97Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 98-99Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 100-101Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 102-103Culture et Recherche numéro 140 sep à déc 2019 Page 104