Création d'Entreprise n°57 jui/aoû/sep 2016
Création d'Entreprise n°57 jui/aoû/sep 2016
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°57 de jui/aoû/sep 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : Click & Boat invente le BlaBla Car du bateau.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
ENTREPRENDRE 60 IDÉES ENQUÊTE CAHIER PRATIQUE DU DIRIGEANT Recherche de proximité active et aides à la reprise Beaucoup de reprises sont initiées par contact direct ou par l’intermédiaire des réseaux. Parlez de votre projet à vos proches, actionnez votre réseau… c’est le seul moyen d’accéder au marché officieux de la reprise. Si vous avez identifié une cible qui vous intéresse : faites-vous-en d’abord une idée avec les informations disponibles à tous (site Internet, comptes publiés, réputation…). Si vous connaissez le cédant, tentez une approche en direct. Si vous ne connaissez pas le cédant, l’idéal est de le faire approcher par un tiers qui le connaît. Sinon, trouvez un prétexte pour entrer en contact avec lui. Avantages : vous pouvez de ce fait trouver des affaires qui ne sont pas encore sur le marché officiel et en avoir la primeur. Inconvénients : vous pouvez tomber sur un cédant qui n’est pas réellement vendeur et qui va faire semblant pour voir si son entreprise intéresse et estimer sa valeur. Sachez qu’un cédant qui n’est pas pressé accepte de vendre, mais cher. Intermédiaires de proximité - Chambres consulaires, organisations syndicales ou professionnelles. CRÉATION D’ENTREPRISE REPRISE D’UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Il y a 2 cas de figure : - l’entreprise connaît des difficultés mais n’est pas sous procédure judiciaire. Vous allez suivre le parcours classique du repreneur en essayant de réduire au maximum les délais. Vous devrez analyser très soigneusement la situation et les causes des difficultés, proposer les moyens d’un redressement cohérent et convaincre les financeurs de vous en donner les moyens. Pour une société, vous devez arbitrer entre le paiement de droits d’enregistrement plus importants si vous achetez les actifs et le risque de reprise de passifs importants si vous rachetez les titres ; - l’entreprise est à reprendre à la barre du tribunal de commerce. Elle est officiellement « en difficulté ». Vous avez un laps de temps limité pour présenter au tribunal un dossier de reprise qui comprend au minimum le périmètre de la reprise (vous décidez de ce que vous reprenez et de qui vous reprenez), votre projet argumenté et chiffré et vos accords de financement (pour le montant de reprise que vous proposez et pour la remise en état de marche). C’est une démarche très pointue pour laquelle le recours à des conseils et experts est indispensable. Dans tous les cas, la recherche de financements est plus difficile que pour une entreprise en bonne santé. De nombreuses opérations de ce type ne sont possibles que grâce à un apport de fonds conséquent. Attention : certains dispositifs d’aide ne sont pas accessibles aux entreprises en difficulté. - Réseaux de la reprise d’entreprise. - Conseils des entreprises (expertscomptables, avocats, banquiers, assureurs…). - Vendeurs de fonds de commerce (agents immobiliers, notaires…). Bourses d’opportunités et annonces Désormais visibles sur Internet, elles sont proposées par différentes structures : - chambres consulaires, organisations syndicales ou professionnelles ; - médias ou réseaux spécialisés privés ou associatifs, bourses de reprise… ; - structures d’enseignement ou associations d’anciens élèves (exemple : Clénam). La BPI a centralisé les annonces de plusieurs bourses (dont les bourses consulaires) au sein d’une bourse nationale. Les acteurs privés Ce sont les cabinets de rapprochement, banques, structures de capitalinvestissement… Ces structures sont en priorité saisies par les cédants, mais en tant que repreneur, si votre cible correspond à leurs clients, vous avez tout intérêt à les contacter pour présenter votre profil et votre projet. DE BONNES ADRESSES - Bourse nationale de la transmission : offres de cession des partenaires de Bpifrance. www.reprise-entreprise.bpifrance.fr - Fusacq : place de marché en ligne dédiée à la reprise d’entreprise qui accompagne le repreneur dans l’ensemble du processus de reprise, de la définition du projet à la conclusion de l’opération. www.fusacq.com - Trans Commerce Artisanat : réseau de la transmission/reprise d’entreprise des chambres de commerce et d’industrie et des chambres de métiers et de l’artisanat. http://www.transcommerce.com/Quelles aides pour la reprise d’entreprise ? Les projets de reprise d’entreprise nécessitent du repreneur de boucler un plan de financement souvent plus important qu’un projet de création. Le prix de rachat de l’entreprise est souvent conséquent. De nombreux autres frais viennent ensuite s’ajouter aux charges du repreneur. Si le repreneur doit mobiliser un prêt bancaire, des dispositifs publics existent pour appuyer le bouclage du plan de financement. Dans ce contexte, 4 organismes sont essentiels : Bpifrance, SIAGI et les réseaux Initiative France et Réseau Entreprendre. - Bpifrance peut intervenir en accordant un prêt via le Contrat de développement transmission. Ce prêt couvre l’acquisition de fonds de commerce ou de titres de sociétés, mais aussi des frais annexes. Il est obligatoirement assorti d’un prêt bancaire classique et permet au repreneur de compléter ses apports personnels. Mais Bpifrance intervient également en garantissant le prêt bancaire classique, avec la garantie transmission. Cette garantie couvre spécifiquement le financement du rachat de l’entreprise. Dans certaines régions, son montant d’intervention peut être renforcé via une participation du conseil régional. - SIAGI intervient en garantie également, pour les prêts liés au montant de rachat de l’entreprise. - Le réseau Initiative France attribue des prêts d’honneur aux repreneurs. Leur montant est généralement compris entre 7.000 et 20.000 €. Ce montant dépend de chaque plateforme d’initiative locale membre du réseau. Le prêt d’honneur est assimilé aux apports personnels du repreneur, ce qui favorise ensuite l’obtention du prêt bancaire classique. - Le Réseau Entreprendre peut également accompagner les repreneurs via un prêt d’honneur. Une autre forme de « prêt » peut être mise en œuvre, auprès du cédant. Il s’agit du crédit-vendeur. Ce créditvendeur consiste, pour le cédant, à accorder un délai de paiement au repreneur de son entreprise. La reprise est effective, mais le repreneur n’effectue pas l’intégralité du paiement. La reprise d’une entreprise industrielle en difficulté Lorsque la reprise concerne une entreprise industrielle en difficulté, 3 aides fiscales spécifiques peuvent s’appliquer. Ces mesures sont pour l’instant prévues jusque fin 2020 : - une exonération d’impôt sur les bénéfices (sauf pour les secteurs des transports et infrastructures correspondantes, de la construction navale, de la fabrication de fibres synthétiques, de la sidérurgie, du charbon, de la production agricole primaire, de la pêche et aquaculture, des infrastructures énergétiques, de la transformation et commercialisation de produits agricoles) ; - une exonération de la taxe foncière ; - une exonération de cotisation foncière des entreprises (sauf pour les secteurs de la sidérurgie, de la construction navale, et de la fabrication de fibres synthétiques). Ces aides fiscales s’appliquent pour la société créée pour reprendre l’entreprise industrielle en difficulté, cette reprise se faisant suite à une cession dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire. Entreprendre 93
CAHIER PRATIQUE DU DIRIGEANT BONNES PRATIQUES Avec l’explosion des usages, de nouveaux risques sont apparus : indisponibilité de l’informatique, vol et destruction des données, espionnage industriel (fichiers clients, contrats, projets en cours...), escroqueries financières, sabotage de sites de e-commerce… Des données sensibles sont dérobées lors d’intrusions informatiques ou subtilisées avec le vol d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable. Les conséquences peuvent être lourdes, de l’atteinte à l’image jusqu’à la faillite, en passant par des pertes de clientèle. La complexité des menaces, le coût élevé, le manque de temps et de personnel dédié sont les arguments les plus souvent invoqués pour justifier le manque d’intérêt pour renforcer la sécurité informatique dans les PME. Pourtant, ces risques peuvent être considérablement réduits par un ensemble de bonnes pratiques, peu onéreuses et faciles à implémenter. Puisque « mieux vaut prévenir que guérir », la sensibilisation des collaborateurs de l’entreprise aux bonnes pratiques informatiques est essentielle et circonscrit largement les dangers. Voici 9 règles à respecter pour sécuriser l’informatique en entreprise. 1. Imposer des règles pour les mots de passe Outil d’authentification permettant d’accéder à ses données ou à ses équipements numériques, le mot de passe constitue une mesure de sécurité évidente. Plus il est long et se compose de caractères différents, plus il est difficile à cracker, notamment par des outils automatisés. Certaines bonnes pratiques augmentent ainsi de manière exponentielle son efficacité : - définir les règles de choix et de longueur des mots de passe ; - rappeler régulièrement à ses collaborateurs de ne pas conserver les mots 94 Entreprendre de passe dans des fichiers présents dans le système informatique ; - modifier ou renouveler les moyens d’authentification proposés par défaut sur les équipements ou par les services divers ; - changez les mots de passe régulièrement. 2. Créer une séparation entre usages professionnels et personnels Il est courant aujourd’hui d’utiliser des outils « pro » à des fins privés et vice versa. Ces pratiques de plus en plus répandues dans les PME posent de réels problèmes en matière de sécurité des données. Cela augmente considérablement les risques d’intrusion ou de vol. Dans ce contexte : - ne pas faire suivre ses messages électroniques professionnels sur des services de messagerie utilisés à des fins personnelles ; - ne pas héberger de données professionnelles sur les équipements personnels ou sur les services de stockage en ligne personnels, et vice versa. 3. Analyser régulièrement ses infrastructures Avant d’enregistrer le contenu d’un support quel qu’il soit sur un ordinateur, il est important de l’analyser avec un anti-virus. Ce geste simple et basique, souvent négligé, permet pourtant de protéger son ordinateur des programmes malveillants pouvant endommager les logiciels et mener à la perte partielle ou totale de données. 4. Mettre en place des sauvegardes automatiques régulières Ne pas miser pas sur la discipline de chaque collaborateur pour gérer ses sauvegardes ni sur un système manuel pour les sauvegardes du système d’information. L’automatisation et le monitoring sont les seuls vrais garants de la sécurité. 5. Utiliser des solutions de sécurité Booster la configuration des ordinateurs et utilisez des solutions de sécurité éprouvées (pare-feu, anti-virus…). Ces moyens de sécurité sont indispensables pour protéger les outils informatiques de divers programmes malveillants. Ils bloquent le contenu et les accès dont la source ne peut être vérifiée et protègent vos données des intrusions. 6. Protéger les données lors des déplacements L’utilisation des équipements nomades (smartphone, ordinateur portable, tablette) facilite les déplacements professionnels, le transport et l’échange des données. En revanche, en cas de perte ou de vol de l’appareil, l’activité de l’entreprise peut être sérieusement mise en péril. Lors de déplacements, l’appareil doit contenir uniquement les données nécessaires à la mission et, surtout, ne pas être connecté. Le reste doit rester sur le système informatique de l’entreprise, accessible à distance en mode sécurisé. 7. Monitorer son système Surveiller le système, notamment en utilisant les journaux d’événements, afin de réagir aux actions suspectes (connexions hors des horaires habituels, transferts massifs de données…). Déterminer les droits d’utilisation en créant des comptes « administrateur » et « utilisateur », et protéger l’accès aux modifications importantes du système informatique. De même, le Création d’entreprise CRÉATION D’ENTREPRISE 61 ENQUÊTE 9 règles à respecter pour sécuriser l’informatique de votre PME Si le numérique a envahi l’essentiel des espaces professionnels, la sécurité n’est pas suffisamment prise en compte par les PME. système d’information doit avoir des droits d’accès bien définis selon le profil de chaque utilisateur. 8. Télécharger les logiciels officiels Télécharger les logiciels sur les sites officiels des éditeurs. Avant l’installation, il faut désactiver les cases proposant d’installer des logiciels complémentaires et l’ouverture automatique des documents téléchargés. Une fois téléchargés, effectuer immédiatement une analyse anti-virus. Chaque système d’exploitation, application ou logiciel contient des vulnérabilités. Découvertes, elles sont corrigées dans les mises à jour de sécurité qu’il est nécessaire d’installer régulièrement. De nombreux utilisateurs n’effectuent pas ces mises à jour : les failles sont ensuite exploitées par des personnes malveillantes. La solution la plus simple est de mettre en place des mises à jour régulières et automatiques, de façon à gagner en productivité par la délégation de ces tâches chronophages. 9. Rédiger une charte informatique Rédiger une charte informatique est impératif afin de déterminer les droits et les obligations d’utilisation du système, cadrer le comportement des utilisateurs et prévenir les abus. La cybersécurité peut aller encore plus loin. Face à la complexité des menaces, chaque entreprise a intérêt à se doter d’une politique de sécurisation de ses systèmes d’information. Déployée par un professionnel, une politique de cybersécurité peut même devenir un facteur de productivité, de compétitivité et de croissance pour les PME.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 1Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 2-3Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 4-5Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 6-7Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 8-9Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 10-11Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 12-13Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 14-15Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 16-17Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 18-19Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 20-21Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 22-23Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 24-25Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 26-27Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 28-29Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 30-31Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 32-33Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 34-35Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 36-37Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 38-39Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 40-41Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 42-43Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 44-45Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 46-47Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 48-49Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 50-51Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 52-53Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 54-55Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 56-57Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 58-59Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 60-61Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 62-63Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 64-65Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 66-67Création d'Entreprise numéro 57 jui/aoû/sep 2016 Page 68