Création d'Entreprise n°10 jun/jui/aoû 2007
Création d'Entreprise n°10 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°10 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 85,0 Mo

  • Dans ce numéro : 50 nouveaux concepts en vogue.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
Commerce & franchise SECTEUR Le bon créneau du Bio Le Bio est bon pour nous tous. On ne cesse de nous le répéter et à vrai dire, nous sommes tout prêts à le croire. Moins ou pas d’engrais, de pesticides, des produits plus sains et naturels pour notre alimentation... qui pourrait voter contre ? D’autant que l’on soupçonne notre façon de nous alimenter d’être responsable du déclenchement de certains cancers, même si ce n’est pas encore prouvé. Une chose est sûre, le Bio est à la mode. Alors pourquoi ne pas créer votre entreprise sur cet axe ? Inutile d’avoir fait dix années de médecine pour être convaincu que notre état de santé est intimement lié à notre mode de vie et à ce que nous ingérons. L’Etat fait le maximum pour mettre en avant la consommation de fruits et légumes de façon quotidienne. Pas encore biologiques, puisque en l’état actuel des choses, le marché du Bio reste mineur par rapport au produits dits conventionnels et ne pourrait répondre aux besoins de toute la population. Règles concernant les produits biologiques 68 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l Juin - Juillet - Août 2007 > Un label Bio : AB A noter d’ailleurs que ce label n’est pas européen, ce qui pose évidemment problème pour exporter les produits Bio d’un pays à l’autre. En effet, un consommateur allemand ou suédois n’identifiera pas le produit comme étant biologique avec ce label. Les entreprises qui doivent exporter pour parvenir à des ventes raisonnables doivent donc tenter de décrocher les labels nationaux. Cela représente une source de coûts supplémentaires sans oublier le temps perdu. A quand un label et des contrôles européens ? Cette parenthèse fermée, le label français garantit qu’un produit est Bio et qu’il ne contient donc aucun élément chimique de synthèse fabriqué par l’homme. L’agriculteur peut utiliser des engrais verts, ou des méthodes de lutte contre les parasites historiques comme l’introduction de certains insectes ou plantes. Le ministère de l’Agriculture accorde le droit d’utilisation du logo, à condition que l’on ne retrouve pas plus de 5% d’éléments chimiques dans l’analyse du produit fini. Cette tolérance est en partie due au fait qu’il est impossible d’éviter la pollution environnante, transportée par le vent tout simplement et qui se dépose ainsi sur tous les champs, Bio ou pas. Cela peut venir des agriculteurs proches, mais on a vu des pollutions se propager sur des milliers de kilomètres et nous sommes tous dépendants les uns des autres. La culture de produits biologiques ou la fabrication de ces produits signifient normalement que le responsable essaie d’être respectueux de l’environnement à tous les niveaux et non pas seulement pour BIO : Les produits phares les engrais et additifs. Ainsi, même si cela ne compte pas vraiment pour l’obtention du label, l’optique est de parvenir à une utilisation économe de l’eau, à une production non polluante de l’énergie dans le cadre d’un développement durable. > Les conditions d’obtention du label Toutes les étapes concernant le produit sont examinées par le certificateur : production, préparation et distribution. Ce dernier chaînon inclut la transformation, le stockage, le conditionnement et l’étiquetage du produit, ainsi que le processus d’importation s’il s’agit d’un produit étranger. Cela va jusqu’à l’étape ultime de commercialisation qui atteint pour finir le consommateur. L’étiquetage doit comporter clairement « certifié par... » suivi du nom de l’organisme certificateur avec des coordonnées suffisantes pour être à même de le contacter si nécessaire. La mention « contrôlé par » signifie qu’il s’agit d’un contrôle d’ordre privé. Bien entendu un produit Bio ne doit - Les produits laitiers et les œufs. Le lait en particulier. A lui seul, le secteur crémerie représente plus de 20% du marché alimentaire Bio ; - Les fruits et légumes ; - Le secteur du pain et des farines ; - Le vin et les boissons alcoolisées ; - Les viandes et volailles ; - L’épicerie sucrée et salée représentent chacune environ 10% du marché. Dont les produits pour bébés.
pas contenir d’OGM, du moins au-delà du seuil de détection. Pour les cultures annuelles, un produit agricole peut être certifié Bio à partir du moment où l’on récolte des végétaux qui ont été semés ou repiqués au plus tôt 24 mois après le début de conversion de la parcelle. Cette conversion doit être déclarée auprès de l’Agence Bio sise à Montreuil. Pour les cultures pérennes, comme les vergers par exemple ou les vignes, les produits ne seront considérés comme Bio que 36 mois après le début de conversion de la parcelle. Pour tout ce qui concerne le désherbage, la désinfection, le nettoyage des parcelles, les produits favorisant la culture, les produits et techniques sont clairement listés et sont les seuls autorisés. Attention Et en Europe ? Au niveau européen, selon le ministère de l’Industrie et des Finances, le marché est évalué à 15.6 milliards de dollars. Les grands marchés sont l’Allemagne, l’Autriche, la France et la Grande Bretagne, ainsi que les Pays-Bas en termes de pénétration. La Grande Bretagne propose une offre intéressante, notamment parce que les distributeurs ont joué le jeu dès le départ, en développant notamment des gammes de produits biologiques à leur marque. La communication a suivi et les clients aussi. Il faut quand même reconnaître que lorsque les produits sont largement distribués dans la grande distribution classique, cela aide énormément à la diffusion de plus en plus large du biologique au sens large. L’Europe soutient la conversion de l’agriculture avec un objectif ambitieux de 30% des terres d’ici à 2010. donc à bien respecter les règles ou à demander un complément d’information avant de passer à l’action. Quel marché pour le Bio ? Si les agriculteurs et les producteurs s’intéressent de plus en plus au Bio, ce n’est pas simplement par conviction personnelle, ni parce qu’ils aiment se confronter aux difficultés administratives d’une certification, mais parce que le marché est très dynamique. L’Agence BIO a d’ailleurs publié les premiers résultats de son enquête portant sur l’évaluation du marché alimentaire Bio en France. Les produits sont à présent distribués aussi bien en grande distribution classique qu’en magasin spécialisé. Il existe également une troisième voie qui est la vente directe du producteur/fabricant au consommateur, sans intermédiaire comme les marchés de fruits et légumes, ou les boulangeries par exemple. Ce dernier canal de distribution est évalué à 285 millions d’euros, les deux autres canaux se partageant à peu près à parts égales les 80% du marché. Pour les vrais consommateurs de biologique, les magasins spécialisés sont bien entendu mieux achalandés et proposent l’offre la plus large possible. En grande surface, on trouve des produits plus simples du type lait, œufs et viande. Pour ce qui est de la clientèle, si au départ, les clients étaient surtout des personnes qui s’orientaient sur le biologique par conviction, aujourd’hui le marché attire toutes sortes de clients, préoccupés par l’environnement ou pas, mais surtout soucieux de leur santé. Toutes les crises alimentaires qui ont commencé notamment avec la vache folle ont suffisamment inquiété Quelques chiffres Le chiffre annoncé pour 2005 est de 1,6 milliard d’euros, mais c’est surtout le taux de croissance moyen depuis 1999 qui est intéressant avec un taux positif de 9.5%, ce qui représente environ six points de plus que le marché alimentaire traditionnel. pour que nous nous sentions tous concernés par des produits plus sains. Des coûts de production plus importants Le créneau du bio n’est pas constitué d’un lit de roses cependant et l’un des inconvénients principaux est bien entendu le coût de production. Ce coût signifie que le prix de vente au consommateur est forcément plus élevé, voire parfois beaucoup plus élevé. Cela empêche la masse des consommateurs de s’approvisionner de façon régulière sur ce type de produits. Là aussi, la Grande Bretagne a servi d’exemple avec l’enseigne Iceland qui correspondait peu ou prou à Picard. Le président a souhaité convertir l’offre en total Bio, convaincu des bienfaits du concept. Or l’échec fut au rendez-vous, car les clients souhaitent avoir la possibilité de choisir, y compris pour des raisons de prix. De plus, l’Europe ne fabrique pas suffisamment de produits biologiques et doit donc importer de façon relativement importante, ce qui évidemment n’aide pas non plus le prix moyen de vente. L’évolution du bio va continuer en positif nul doute, mais le taux de croissance dépendra en grande partie de la confiance que continueront à donner les consommateurs à ce type de produit, mais aussi à combien ils évaluent le surcoût acceptable pour une qualité de produit donnée. ■ A.F. Juin - Juillet - Août 2007 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 1Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 2-3Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 4-5Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 6-7Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 8-9Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 10-11Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 12-13Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 14-15Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 16-17Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 18-19Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 20-21Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 22-23Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 24-25Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 26-27Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 28-29Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 30-31Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 32-33Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 34-35Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 36-37Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 38-39Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 40-41Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 42-43Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 44-45Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 46-47Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 48-49Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 50-51Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 52-53Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 54-55Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 56-57Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 58-59Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 60-61Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 62-63Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 64-65Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 66-67Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 68-69Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 70-71Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 72-73Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 74-75Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 76-77Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 78-79Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 80-81Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 82-83Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 84-85Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 86-87Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 88-89Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 90-91Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 92-93Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 94-95Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 96-97Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 98-99Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 100