Création d'Entreprise n°10 jun/jui/aoû 2007
Création d'Entreprise n°10 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°10 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 85,0 Mo

  • Dans ce numéro : 50 nouveaux concepts en vogue.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Projet ENTREVUE « CRÉATEUR » Santé J-P. Marguaritte, kiné-ostéopathe, micro-nutritionniste : « Il n’existe pas de système de santé pour ceux qui souffrent sans être vraiment malade » Ça bouge du côté de la santé en France ! A force de parler du déficit de la Sécurité sociale, des professionnels de santé ont décidé de se mobiliser pour créer un nouveau système de santé dans notre pays. On doit cette idée et ce réseau naissant à Jean-Pierre Marguaritte, un professionnel de santé que l’on connaît bien dans les media, puisqu’il est le Président fondateur de SOS Tabac, à l’origine de très belles actions de prévention. Ce n’est pourtant pas en sa qualité de président d’association, ni de kiné-ostéopathe micro-nutritionniste, que Création d’entreprise magazine est allé à sa rencontre, mais bien comme créateur de « Prévention Santé Active », dont on n’a pas fini d’entendre parler. Vous affirmez qu’il existe en France « un vide de prévention » en matière de pathologies dites légères. Expliquez-nous. Jean-Pierre Marguaritte : « En France, en matière de prévention, il existe deux grands volets. Premier volet, celui de la prévention passive, c’est-à-dire l’information engagée par les instances publiques pour lutter contre les dangers de l’obésité, de la drogue, du tabac par exemple. Ces campagnes d’information ont le mérite d’exister et elles sont très bien, mais comme elles ne sont pas forcément associées à des explications, elles n’entraînent pas un véritable changement de comportement du grand public. Deuxième grand volet, celui du 34 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l Juin - Juillet - Août 2007 dépistage des maladies graves. Et là, force est de constater que les progrès sont bien réels, même si on peut toujours faire plus. Pour ma part, j’insiste sur un troisième volet essentiel de la prévention, là où la France connaît un vide immense. C’est celui qui vient en amont de la maladie. Ce niveau de prévention porte sur toutes les personnes qui « souffrent » et qui ne sont pas malades au sens médical du terme, autrement dit, celles qui présentent des « pathologies légères ». Quelles sont ces pathologies légères de plus en plus nombreuses dont vous parlez ? « La recrudescence de ces pathologies légères est désormais essentiellement liée à l’environnement social, aux nouveaux rythmes du travail ainsi qu’à la crise : asthme, surpoids, fatigue chronique et troubles psychologiques (nervosité, anxiété). Les dépenses de santé connaissent une croissance ininterrompue depuis plusieurs années. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) confirme que le stress serait à l’origine de 50% de jours de travail perdus, 13% se plaindraient de maux de tête, 17% de douleurs musculaires, 30% de maux de dos... 7 500 employés seraient en arrêt maladie longue durée... En témoigne la montée de l’engouement vers les médecines douces et alternatives, 22,8% des français y ont recours. Jean-Pierre Marguaritte : Kinésithérapeute et ostéopathe de formation, micro-nutritionniste, Jean-Pierre Marguaritte, 55 ans, a plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la santé, de la forme et de l’esthétique. Il est également le Président fondateur de SOS Tabac. L’automédication reste le premier réflexe des français. 73% d’entre eux décident au moins occasionnellement des traitements en ce qui concerne les pathologies dites légères. Pour les maux de tête, les troubles digestifs, les douleurs articulaires et musculaires, l’insomnie, la fatigue, la constipation, seuls 13,04% d’entre eux ont recours à un médecin ou à un pharmacien. A cette liste doit être ajouté le surpoids, en constante évolution, et le tabagisme, qui sont des facteurs de risque majeur pour de nombreuses pathologies. Ce sont précisément ces « pathologies »
pour lesquelles il semble nécessaire de développer un système de prévention complémentaire. » Pourquoi ces pathologies dites légères ne sont-elles pas soignées et quelle est la solution aujourd’hui d’après-vous ? « Aujourd’hui, vous trouvez en France des médecins et des professionnels de santé qui pratiquent trois types de médecine : la médecine traditionnelle, la médecine mécanique et la médecine énergétique (celle qui trouve son origine dans l’acupuncture). Or, pour soigner ces pathologies légères qui font qu’un être souffre sans être vraiment malade, la réponse se trouve dans la connaissance de ces trois médecines à la fois. Nous connaissons tous des exemples de patients qui ont mal quelque part et qui vont voir leur médecin traitant. Celui-ci leur donne un premier médicament qui ne fait rien. Le patient repart voir son médecin, qui décide alors de faire des analyses plus pointues, mais comme il ne trouve toujours rien de significatif ou de grave, le patient repart avec une autre ordonnance, mais sa pathologie n’est toujours pas soignée. Combien ces actes qui s’additionnent coûtent-ils au bout du compte à la Sécurité sociale et aux complémentaires, sans pour autant donner de résultats ? Combien d’arrêts maladies sont dus à ces fatigues chroniques, ces maux typiquement féminins dus aux règles, ces migraines qui n’en finissent pas ? Et pourtant, il existe une solution à ce problème, je l’ai appelée la « Prévention Santé Active ». Comment définir l’approche de la « Prévention Santé Active » ? « La prévention « santé » est avant tout individuelle et reste directement liée aux changements de comportement, même si des facteurs génétiques, environnementaux, sociaux peuvent avoir une certaine influence. Or les changements de comportement durables sont obtenus selon un processus qui suit trois étapes : 1. La première étape, que l’on peut définir comme une « prise de conscience » doit déclencher l’envie de... « C’est la première fois que l’on m’explique pourquoi et que je comprends... » passe par un message pédagogique, simple et adapté à chaque individu selon sa catégorie socioprofessionnelle pour être intelligible. 2. La deuxième étape est l’expérimentation qui doit amener à un Juin - Juillet - Août 2007 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 1Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 2-3Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 4-5Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 6-7Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 8-9Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 10-11Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 12-13Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 14-15Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 16-17Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 18-19Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 20-21Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 22-23Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 24-25Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 26-27Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 28-29Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 30-31Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 32-33Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 34-35Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 36-37Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 38-39Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 40-41Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 42-43Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 44-45Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 46-47Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 48-49Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 50-51Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 52-53Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 54-55Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 56-57Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 58-59Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 60-61Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 62-63Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 64-65Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 66-67Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 68-69Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 70-71Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 72-73Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 74-75Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 76-77Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 78-79Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 80-81Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 82-83Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 84-85Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 86-87Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 88-89Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 90-91Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 92-93Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 94-95Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 96-97Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 98-99Création d'Entreprise numéro 10 jun/jui/aoû 2007 Page 100