Créateurs n°9 jun/jui/aoû 2009
Créateurs n°9 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 7,1 Mo

  • Dans ce numéro : bon pour l'export.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Formation Formation continue en développement durable Sensibiliser, accompagner et former les milieux économiques au développement durable sont les objectifs premiers de cette nouvelle offre de formation continue rattachée à la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD). Conçue par une équipe de professionnels, sa mission est d’offrir un programme d’études avancées et de formation continue à la pointe des nouveautés et exigences environnementales et du développement durable. De plus en plus d’entreprises sont confrontées aux exigences du développement durable. Cette approche permet d’intégrer les aspects de rentabilité, de qualité des biens et des services (Qualité Totale), ainsi que de processus de production sûrs et socialement adéquats. Maîtriser la démarche du développement durable signifie avant tout tenir compte des enjeux actuels, et donc s’assurer un avantage compétitif. Une offre adaptée à vos besoins Formation continue signifie également travailler en parallèle. Un emploi du temps chargé que tout entrepreneur devra appréhender et optimiser. Adaptée à vos besoins et vos disponibilités, l’offre de formation continue en développement durable de la HEIG-VD tient compte de ce constat. Trois types de formation sont ainsi proposés : – Certificat d’études avancées (CAS) « Manager en développement durable : stratégie et gestion de la performance » (24 jours de formation et 3 demi-journée d’ateliers pratiques sur un an) – Modules ponctuels sur des thèmes spécifiques du management durable, de la performance environnementale, de la responsabilité sociale ainsi que de l’efficacité énergétique (1 à 3 jours de formation) – Modules en droit de l’environnement recommandés par l’association suisse pour le droit de l’environnement – Outils d’évaluation et d’amélioration de la performance (ateliers ponctuels d’accompagnement) Le CAS : une approche concrète du développement durable Le Certificat d’études avancées (CAS) est une formation de haut niveau. Il est reconnu par les normes internationales et équivaut à 15 points ECTS (European Credit Transfer System). L’accès aux dernières recherches et aux outils novateurs permet aux participant-e-s d’évaluer la performance environnementale, sociale et économique de manière intégrée dans le système de gestion, et de mettre en oeuvre une stratégie et une démarche concrète de développement durable dans leur entreprise. Les participant-e-s procéderont également à l’analyse des risques ainsi qu’à l’identification des opportunités pour le développement de nouveaux produits et technologies respectueux de l’environnement. Ainsi, les entreprises obtiennent une réelle valeur ajoutée par : – la mise en place ou l’optimisation d’un système de management qualité-environnement-sécurité-responsabilité sociale ; – la maîtrise et la gestion des risques et coûts environnementaux, sociaux et de sécurité ; – l’anticipation des futures exigences légales, économiques et environnementales ; – leur positionnement sur des marchés d’avenir, en se démarquant de la concurrence et en augmentant leur productivité. Mise en pratique immédiate au sein de votre entreprise Les outils d’évaluation et d’amélioration de la performance en développement durable (ateliers pratiques) sont accessibles tout au long du CAS. Ils 58 Créateurs No 9 offrent l’opportunité aux participant-e-s de réaliser un premier projet pratique en développement durable dans leur entreprise pour valoriser de manière immédiate les nouvelles connaissances acquises. D’autre part, les études CAS s’achèvent par la réalisation d’un travail de mémoire pratique qui permet aux participant-e-s de mettre en place au sein de leur entreprise une démarche en développement durable, telle que la réalisation d’un écobilan, la gestion efficace de l’énergie, des émissions de CO2 ou encore de la mobilité… Formation modulable Les modules ponctuels et ciblés permettent aux participant-e-s de combler leurs besoins spécifiques afin de mieux répondre aux exigences de leurs entreprises. Chaque module du CAS peut être suivi de manière individuelle. D’autres thèmes viennent compléter cette offre. Les participant-e-s qui débutent leur cursus avec des modules de formation ponctuels peuvent les faire valider ultérieurement pour l’obtention du CAS. Mesure incitative du Canton de Vaud Les participants inscrits au CAS en tant que collaborateurs d’une entreprise vaudoise pourront bénéficier d’un escompte de CHF 3’000.- sur leur finance d’inscription (prix de base CHF 8’900.-). Prochain cycle de formation et soirée d’information Le prochain cycle de formation débute en janvier 2010. La prochaine soirée d’information aura lieu en automne 2009. Pour être tenu au courant et recevoir une invitation, il suffit d’envoyer un courriel à l’adresse mentionnée ci-contre. Département formation continue – secrétariat Avenue des Sports 20 1401 Yverdon-les-Bains T +41 (0)24 55 77 611 F +41 (0)24 55 77 601 E info@management-durable.ch www.management-durable.ch Sandy Wetzel
Tout le monde se précipite sans trop savoir pourquoi sur les réseaux sociaux en ligne. Effet de mode ou motifs commerciaux, les raisons d’en être sont aussi nombreuses que lesdits réseaux. Quelle en est l’utilité pour un créateur d’entreprise ? LinkedIn, qui s’affiche comme le plus professionnel, est ausculté par Olivier Hamel, consultant chez Sponsorize, cabinet évoluant dans le sponsoring et le marketing relationnel, qui utilise les nouveaux outils multimédia dans son travail de gestion des réseaux quotidien. Olivier Hamel Selon son fondateur, Reid Hoffman, un ancien de PayPal : « MySpace, c’est le bar, Facebook, c’est le barbecue au fond du jardin, et LinkedIn, c’est le bureau. » Un bureau dans lequel on aurait 38 millions de collègues venants de 120 pays qui exerceraient leur activité dans 150 secteurs différents. Les chiffres laissent dubitatifs… Les sociétés y ont aussi un siège puisqu’il est possible de créer le profil de son entreprise, à l’instar des 16 600 qui y ont déjà laissé leur carte visite. Un petit monde Le principe de fonctionnement est basé sur le phénomène du petit monde du psychologue américain Stanley Milgram, comme l’explique Olivier Hamel : « Dans son hypothèse, Milgram suppose que chaque individu sur terre est lié à n’importe quel autre par une chaine de relations sociales n’excédant pas six degrés de séparation. LinkedIn fonctionne sur ce présupposé. Si vous avez par exemple 10 connections, qu’on dit de 1er rang, ceux-ci ont aussi des connections, donc de 2 e rang pour vous, avec lesquelles vous pouvez être mis en relation si vous en faites la demande. Vous pouvez aller jusqu’au 3 e rang. Cela revient à dire qu’avec 10 connections vous pourriez entrer en contact avec des milliers d’autres. » Recherche d’emploi LinkedIn permet d’introduire une personne à une autre qui lui est inconnue, grâce à l’entremise d’une troisième, une lettre de recommandation du 21 e siècle, en quelque sorte. Recommandation que l’on retrouve noir sur blanc sur son profil de façon plus détaillée. C’est d’ailleurs là que réside la plus value. Son réseau personnel est affiché ainsi que son cv détaillé, à côté duquel les anciens collègues, patrons, partenaires commerciaux peuvent écrire des recommandations, comme celles demandées par un futur employeur. Créateurs No 9 Réseau Le site se révèle d’ailleurs un outil très performant pour la recherche d’emploi. Un onglet de confidentialité évite même que votre actuel patron puisse avoir vent de votre prochain départ. A tel point que certaines entreprises, principalement américaines, ne passent leurs annonces que sur LinkedIn. Une tendance qui se confirme en France où l’Association pour l’Emploi des Cadres a ajouté une fonctionnalité sur son site qui permet à l’utilisateur d’avoir accès à son réseau LinkedIn pour identifier les personnes travaillant dans l’entreprise convoitée. Pour les entreprises aussi Ce qui valable pour un individu convient parfaitement à une entreprise. Les recommandations s’appliquent de la même manière. Recevoir de bons commentaires d’un client satisfait rehausse l’image d’une société et de la qualité de ses services. Or toutes ont besoin de soigner leur réputation. Celle-ci se trouve d’autant plus renforcée lorsque la société se profile comme spécialiste en répondant aux questions posées par les autres utilisateurs. Sur le modèle des « yahoo answers », les membres de LinkedIn posent leurs requêtes et choisissent parmi les réponses celle qui leur paraît la plus pertinente. Une entreprise peut ainsi tirer son épingle du jeu en se profilant comme une spécialiste du sujet. LinkedIn devient alors une vitrine mondiale. Bien entendu le système des 3 rangs permet, à partir d’un réseau restreint, d’avoir accès à une quantité de clients potentiels. Le seul hic, pour en faire un usage vraiment professionnel, le service devient payant. Pour envoyer des mails à des personnes n’appartenant pas à son réseau, les prix s’échelonnent entre 25 et 500$ par mois, voire plus s’il l’on souhaite un service personnalisé. A ce tarif, plus d’un restera sur Facebook. Idée que ne semble pas partager Olivier Hamel : « LinkedIn donne une image beaucoup plus professionnelle, Facebook est trop connoté plaisir. Il est nécessaire de passer plus de temps sur LinkedIn mais c’est un effort sur la qualité qui se révélera à terme bien plus payant pour la société et l’image qu’elle cherche à dégager. Nous utilisons LinkedIn pour notre service Mise en Relation IZE, pour mettre en réseau nos contacts dans le cadre de nos projets. » Donc en short hawaïen sur Facebook et en costume trois-pièces sur LinkedIn ! Frédéric Vormus 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 1Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 2-3Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 4-5Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 6-7Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 8-9Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 10-11Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 12-13Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 14-15Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 16-17Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 18-19Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 20-21Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 22-23Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 24-25Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 26-27Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 28-29Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 30-31Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 32-33Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 34-35Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 36-37Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 38-39Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 40-41Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 42-43Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 44-45Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 46-47Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 48-49Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 50-51Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 52-53Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 54-55Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 56-57Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 58-59Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 60-61Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 62-63Créateurs numéro 9 jun/jui/aoû 2009 Page 64