Créateurs n°8 mar/avr/mai 2009
Créateurs n°8 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : que faire du business plan ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Parole à … Marianne Leuba-Bottinelli De Rain Man à Marin… L’autisme, je connais, j’ai vu Dustin Hoffman dans Rain Man… Sans nier l’impressionnante prestation de l’acteur dans ce film, force est de constater que la réalité de l’autisme est autrement plus complexe que cette seule référence cinématographique. C’est en tout cas ce dont près de dix ans passés dans une institution neuchâteloise accueillant des enfants atteints d’autisme m’ont convaincue ! Afin de répondre au mieux aux besoins de mes élèves, j’ai ajouté à ma formation initiale de maîtresse d’école enfantine un diplôme d’enseignante spécialisée et je me suis formée spécifiquement à l’accompagnement des personnes atteintes d’autisme. C’est dans ce contexte que j’ai été sensibilisée à l’importance que revêt la rapidité de la réactivité. En effet, les recherches scientifiques démontrent que plus la prise en charge de l’enfant est intense et précoce, meilleurs seront son développement et son intégration dans la société. Or aucune structure d’accueil visant la prise en charge précoce n’existait encore dans le canton de Neuchâtel. J’ai donc décidé de me lancer et de créer l’atelier Pep ! Mon parcours est très certainement atypique car, poussée par la passion de mon métier et convaincue des besoins auxquels allait répondre mon projet, je me suis lancée sans aucune planification. J’ai loué des locaux, réduit mon temps de travail auprès de mon employeur afin de dégager du temps pour mes activités à l’atelier et pris peu à peu conscience que tout n’allait pas être aussi simple… Je me suis en effet aperçue que dix ans d’expérience professionnelle et beaucoup de motivation ne suffiraient pas à pérenniser l’existence de l’atelier Pep ! Je devais également devenir promoteur, manager et comptable. Toutes sortes de questions nouvelles auxquelles il faut répondre rapidement, telles que les démarches à mener pour obtenir les autorisations indispensables à l’exploitation de l’atelier, la facturation, l’élaboration de la déclaration d’impôts – rendue passablement plus compliquée du fait de mon nouveau statut d’indépendante – la prise de contact avec les assurances sociales, m’ont peu à peu amenée à une réalité que j’avais ignorée jusqu’alors. Pour en savoir plus : Tél. : 079 542 89 71 admin@atelierpep.ch 58 Créateurs No 8 Toutes ces activités, alors très éloignées de mon quotidien, j’ai dû les apprivoiser « sur le tas », et j’ai certainement sous-estimé leur importance, tant en termes de temps que d’acquisition de compétences. Et ce n’est que récemment que j’ai entendu parler pour la première fois de business plan et d’études de marchés… Si je m’étais rendu compte de l’ampleur de la tâche qui m’attendait et des nombreuses casquettes que j’allais devoir porter, l’atelier Pep ! n’existerait probablement pas. A l’heure actuelle, la demande est grandissante, notamment de la part de parents dont les enfants, qui sans être atteints d’autisme, rencontrent des difficultés de communication (p. ex : dysphasies) ; j’ai donc pris la décision d’étendre les horaires d’ouverture de l’atelier afin de pouvoir y répondre. J’ai démissionné du poste à temps partiel que j’occupais pour me consacrer entièrement à mon activité et je ne peux par conséquent plus m’appuyer sur mon revenu accessoire. Et même si l’atelier Pep ! répond à une demande certaine, la prise en charge d’un enfant peut représenter une charge très importante pour les parents, qui assument l’intégralité des frais. La recherche d’autres sources de financement est donc mon prochain objectif. N’aurait-il pas fallu commencer par là ? Peut-être. Il faut savoir que les enfants atteints d’autisme ont généralement des difficultés à maîtriser les codes non verbaux de la vie en société, mais peuvent y parvenir grâce à une prise en charge adaptée. Alors il n’y a aucune raison pour qu’une enseignante spécialisée ne puisse pas apprendre à maîtriser les codes de la vie d’indépendante et d’entrepreneuse. Je ne peux qu’acquiescer lorsqu’on me dit que j’ai brûlé des étapes du fait de mon ignorance touchant certains domaines de la gestion d’entreprise et de mon impatience à concrétiser mon projet… Tant mieux… Marianne Leuba-Bottinelli
Entreprise accompagnée par Genilementre 1995 et 1998 Partenaire du magazine Satigny Raymond STAUFFER Thônex Vandoeuvres Partenaire du magazine Ville de La Chaux-de-Fonds Jean-Michel METRY Eric PELLATON Meyrin Gilbert PETITJEAN Pregny-Chambésy Ils soutiennent Genilem NGL Cleaning Technology SA Veyrier Ville de Carouge Ville de Genève



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :