Créateurs n°7 déc 08/jan-fév 2009
Créateurs n°7 déc 08/jan-fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de déc 08/jan-fév 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : faillite, comment l'éviter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Profils de créateurs Premier e-guide mobile de Suisse ! Le mobile, un outil à portée de main et qui pourrait bien prendre le pas sur l’Internet. Xavier Bertschy en est convaincu. Avec le soutien de Fri Up, il a créé en début d’année CityOnline.net, le premier e-guide mobile de Suisse. Un cityguide accessible en tout temps, depuis n’importe quel périphérique mobile, qui permet de trouver en moins d’une minute, et gratuitement, tous les établissements publics et l’agenda des événements de vos régions favorites. Qu’est ce qui vous vous a mis sur la voie de l’indépendance ? Xavier Bertschy : C’était en l’an 2000 déjà… J’ai constaté qu’il existait peu de guides locaux sur Internet. Alors, j’ai lancé un projet appelé « Zone 83 » qui consistait en un guide fribourgeois sur le web. Malgré de bons encouragements et l’intérêt rencontré, j’ai été rapidement confronté aux limites de l’amateurisme. J’ai donc mis cette idée de côté pour me consacrer pleinement à mes études en multimédia. Puis, j’ai travaillé pendant 2 ans dans la vente pour un opérateur téléphonique avant de développer le « Zone 83 » en un e-guide mobile régional d’abord sous le nom de CityOnline.ch puis CityOnline.net. Avez-vous choisi le soutien de Fri Up pour ne pas commettre les mêmes erreurs ? J’ai eu un premier contact avec un ancien chef de projet de Fri Up, Philippe Pierret, puis avec le directeur Olivier Allaman. 6 Xavier Bertschy Créateurs No 7 Plutôt que de rester seul dans mon coin, j’ai choisi d’entrer dans une structure officielle pour crédibiliser mon projet et éviter de commettre des erreurs de débutant dans la gestion de mon entreprise. Avec Fri Up, on a la chance d’avoir une vision externe, neutre et fiable. Selon vous, l’Internet mobile se profile-t-il comme le média du futur ? C’est sûr ! Lorsque je travaillais dans les télécommunications, j’avais un accès gratuit à l’Internet mobile. Et j’en suis devenu vite accroc ! D’ailleurs, nombreux ont été les clients à venir me trouver pour reconfigurer leur Internet mobile. Avec l’iPhone, l’intérêt pour ce nouveau média prend de l’ampleur. Pour les moteurs de recherche, on présage que l’Internet mobile dépassera l’Internet tel qu’on le connaît aujourd’hui. Ce qui paraît logique, vu que l’on compte plus d’usagers possédant un téléphone mobile qu’un ordinateur. Il ne faut pas oublier que c’est un outil à portée de main… Vous êtes le premier à avoir lancé un e-guide en Suisse et même, sous le concept tel quel vous le présentez, en Europe. Ne craignez-vous pas une concurrence féroce du côté des opérateurs ou des groupes de presse ? Aujourd’hui, je suis confronté à une concurrence indirecte, en ce sens où des opérateurs proposent quelques services similaires à leurs abonnés. La concurrence, je sais qu’elle arrive, principalement à l’étranger. J’ai l’intention d’en faire plutôt des partenaires. Pour les opérateurs, je génère du trafic sur leur réseau. Quant aux groupes de presse, ils n’ont pas, aujourd’hui, le savoir-faire en matière de technologies et d’interfaces mobiles. De plus, contrairement aux grandes sociétés qui pensent global, je pense aussi local. Nous avons la force d’être très proche de nos usagers et de nos clients. Actuellement, vous mettez à disposition un agenda culturel, contenant les horaires de cinéma, les adresses des établissements publics et des commerces. Qu’en est-il de la billetterie et de l’itinérance (géolocalisation sans GPS) mobiles ? C’est prêt ! Avec CityOnline.net, vous allez bientôt pouvoir, par exemple, connaître le nom de la pizzeria la plus proche de votre position géographique. Au niveau de la billetterie, les organisateurs d’événements, les cinémas, les salles de spectacle et les théâtres ont accès à un nouveau service qui leur permet d’envoyer les billets au travers de CityOnline.net. Mais nous ne nous arrêtons pas là. Nous entendons aussi mettre l’accent sur le e-commerce. Avec notre produit, vous commanderez et payerez votre taxi ou votre pizza via le téléphone mobile… A la fin octobre, la version 2.0 a fait son apparition. Qu’offre-t-elle de plus ? La plateforme est plus vivante. Les dernières news seront systématiquement en tête de liste pour permettre de toujours pouvoir découvrir de nouveaux événements ou de nouveaux établissements. Nous nous sommes fixés l’objectif d’apporter des nouveautés toutes les deux semaines. Nous avons aussi créé deux Widgets CityOnline.net pour l’agenda et le cinéma (ndlr. Contraction des termes window (fenêtre) et gadget pour désigner un petit outil qui permet d’obtenir des informations comme la météo, les devises, etc.). Nous sommes en train de développer l’aspect communautaire (recommandation de lieux, d’événements), des jeux-concours et des avantages pour nos membres, en offrant par exemple des places de cinéma. Le but étant que CityOnline.net devienne un réflexe lors des situations de mobilité. Propos recueillis par Véronique Monney Carte de visite de CityOnline.net en page 38
Rachel Unell D’où sont venues l’idée et l’envie de créer Medinel ? Rachel Unell : Depuis des années, je voulais avoir ma propre entreprise. Je me voyais entrepreneuse ; c’était une évidence. Bien avant de créer Medinel Sàrl en 2005, je travaillais déjà en free lance comme commerciale pour plusieurs constructeurs d’appareils de radiologie ainsi que comme spécialiste d’application. Bien qu’extrêmement différents, j’adorais ces deux métiers. Malheureusement, il m’était impossible de prendre beaucoup de travail et de garder une ligne de conduite excellente. J’ai donc dû faire un choix : soit la vente, soit la formation. Finalement, j’ai pris la décision de me vendre moi-même en tant que spécialiste d’application. Que faire de mieux ! Au moins j’étais convaincu du produit. De plus, j’ai pu continuer à pratiquer dans les deux domaines. Medinel est né d’une suite logique des choses. Le marché grandissait de plus en plus, seule, je ne pouvais répondre à cette demande. Il fallait que je développe quelque chose de plus solide. Afin d’offrir un meilleur service, j’ai crée Medinel. Quel service propose Medinel ? Medinel dispense de la formation dans le milieu de la radiologie. Nos clients sont des constructeurs d’appareil radiologiques (scanner, mammographie digitale, IRM, etc.) qui ont l’obligation de donner de la formation sur les équipements vendus. C’est à ce moment que Medinel intervient : nous formons les équipes médicales pour une utilisation optimale des appareils de radiologie. La plupart de nos clients n’ont pas suffisamment de ressources internes pour dispenser ces formations ou préfèrent faire appel à un formateur externe dès qu’une vente est conclue. C’est pourquoi, ils font appels à nous. Nous sommes les seuls à proposer cela sur ce marché et nous avons un atout considérable : la maîtrise de plusieurs langues. Un spécialiste d’application peut couvrir plusieurs pays pour le même constructeur. Un gain de temps et d’argent pour nous comme pour les clients qui nous dispensent la formation de base. Avez-vous rencontré des difficultés depuis la création de Medinel ? J’ai connu de multiples difficultés ! Heureusement, lorsque j’étais en raison individuelle, j’ai eu la chance de rencontrer la personne qui partage l’aventure avec moi, Branko Gantar, mon associé. Entrepreneur et distributeur d’appareils radiologiques depuis de nombreuses années dans son pays (Slovénie), il m’apporte une sécurité et expérience qui n’ont pas de prix. Quand on est jeune entrepreneur, on prend très vite tout à cœur et on angoisse rapidement ! Sa sérénité et sa distance vis-à-vis des problèmes rencontrés permettent de faire la balance et de me rassurer. En ce qui concerne les difficultés, ma première a été d’apprendre à vendre aux clients les services et les compétences d’une entreprise. J’avais tellement l’habitude de me vendre moi-même que cela me paraissait très dur au début. J’ai également appris la patience et la persévérance. A l’époque, j’étais convaincue Profils de créateurs Medinel aux rayons X Petit bout de femme toujours souriante, Rachel Unell, fondatrice de Medinel, nous accueille dans ses locaux de Nyon. Elle nous parle avec passion de son parcours, de son entreprise et des difficultés rencontrées. que je pouvais remporter un contrat en peu de temps. Erreur. Il faut plusieurs mois ! Encore maintenant, tout me parait si lent… Au niveau de la gestion, nous nous confrontons actuellement à des petits soucis au niveau des ressources humaines et du recrutement. Il est très difficile de repérer la bonne personne qui correspondra aux valeurs de l’entreprise et qui sera être heureuse dans son travail. J’ai donc pris l’initiative d’aller suivre un cours sur le sujet et de demander des conseils à une psychologue d’entreprise ainsi qu’à notre gestionnaire Genilem. Cela dit, je réalise un rêve. C’est une expérience difficile mais véritablement riche. Je n’ai jamais autant appris de ma vie et c’est passionnant. Vous travailliez sur Nyon, votre associé se trouve en Slovénie et votre spécialiste d’application est au Tessin. Comment gérez-vous cela ? Très bien ! On travaille tout simplement par voix IP. Physiquement personne n’est dans le même bureau mais cela ne change rien à nos capacités. Nous essayons de nous voir souvent. Par exemple, Branko vient régulièrement et nous démarchons lors des congrès ensemble. Pour le travail au quotidien, nous nous sommes répartis les tâches. Il gère l’aspect finance et commercial. Je m’occupe de l’opérationnel, des ressources humaines et des ventes. Nous sommes une équipe soudée qui a les mêmes inspirations et les mêmes objectifs. L’essentiel pour une entreprise ! Propos recueillis par Leïla Kamel Carte de visite de Medinel en page 41 Créateurs No 7 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 1Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 2-3Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 4-5Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 6-7Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 8-9Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 10-11Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 12-13Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 14-15Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 16-17Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 18-19Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 20-21Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 22-23Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 24-25Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 26-27Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 28-29Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 30-31Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 32-33Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 34-35Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 36-37Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 38-39Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 40-41Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 42-43Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 44-45Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 46-47Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 48-49Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 50-51Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 52-53Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 54-55Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 56-57Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 58-59Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 60