Créateurs n°7 déc 08/jan-fév 2009
Créateurs n°7 déc 08/jan-fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de déc 08/jan-fév 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : faillite, comment l'éviter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
En face GetMoreTV Laurent Potesta « Serial entrepreneur », Laurent Potesta a déjà, malgré son jeune âge, fondé plusieurs sociétés. Sa dernière création GetMoreTV est une plateforme Internet qui propose des services de programmation pour des enregistreurs numériques ou pour des médias center PC. Fiche technique Création de l’entreprise 2006-07:• Développement de la première version de GetMoreTV, lancement en beta privée fermée en France 2008:• Développement de la version 2 de GetMoreTV.com• Mise en place de plusieurs partenariats auprès d’acteurs dans le domaine de la télévision numérique• Développement d’un partenariat avec un fabricant d’enregistreur numérique européen 2009:• Lancement de GetMoreTV.com en France & Suisse romande (plug-in MediaCenter sur Microsoft Vista)• Lancement du premier enregistreur numérique compatible GetMoreTV Statut:• Sàrl Objectifs : Le site Internet GetMoreTV permet de programmer à distance son enregistreur numérique ou son PC équipé d’un tuner TV. Le choix des enregistrements à effectuer se fait automatiquement en fonction de ses abonnements à des thèmes de programmation. Ces thèmes sont créés et gérés par les membres de la communauté publique GetMoreTV ou par un cercle privé d’amis. Caractéristiques : – 2 Fondateurs (Laurent Potesta, Florian Steffen) – Autofinancement 52 Créateurs No 7 Roland Grunder : Que pensez-vous du financement des jeunes entrepreneurs et comment avez-vous réalisé celui de votre entreprise ? Laurent Potesta : Pour la première société, nous avons fait une levée de fonds avec des investisseurs. Nous avons pris le chemin traditionnel : développement d’un prototype produit, recherche de clients puis d’investisseurs. Une année, une année et demie a été consacré à ce tour de table. Sur la deuxième et troisième, j’ai choisi le chemin de l’autofinancement. C’est un chemin difficile mais plus intéressant. J’en ai tiré une conclusion. Il faut essayer de couvrir ses besoins par du conseil, des revenus annexes, si possible dans son secteur. Mon activité de consulting m’a permis de dégager des revenus pour mon activité d’entrepreneur et d’augmenter mon réseau. Je suis devenu ainsi mon propre investisseur. Ce n’est pas optimum car l’énergie que je passe à faire du consulting, je ne le passe pas sur mon projet. C’est pourtant le meilleur moyen que j’ai trouvé pour démarrer. Par rapport à l’offre du Québec, l’offre Suisse est très pauvre. Quand on va y voir les centres locaux de développement québécois (financement public), on s’entend dire : « J’ai un budget annuel de trois millions de dollars à investir sur 5 ou 6 sociétés en early-stage qui viendraient dans mon parc d’activité. » Connaissant bien l’environnement suisse, j’ai été très impressionné par eux. Ici, avant de trouver un financement pour la phase de démarrage, il faut avoir signé un contrat avec de grands groupes. C’est complètement illogique ! Si vous êtes à ce stade-là, c’est que votre société a déjà au minimum 2 ou 3 années d’existence. On ne répond donc pas à la question du financement des premières années. Plus que des investisseurs, il faut donc rechercher des clients ! R.G. : Quelle est la principale difficulté de votre marché ? L.P. : Le manque d’acteurs dans le domaine multimédia en Romandie. Peu d’acteurs dit peu de débouchés locaux. En France, si vous développez votre société, il y sera plus simple de trouver un chemin d’accès à des groupes comme TF1 ou M6 sans avoir besoin d’investisseurs internationaux et seront plus à l’écoute de petites sociétés et d’innovation, ayant une véritable concurrence entre eux. Ici, nous avons la TSR, Kudelski et Naxoo. C’est tout ! Vous êtes poussés à aller à l’international. Vous n’avez pas de références clients, vous n’avez pas de financement et vous êtes contraints d’attaquer le marché international. En tant qu’entreprise étrangère, vous devez être meilleures que toutes les entreprises nationales de chacun des pays que vous convoitez, sinon vous n’avez aucune chance. Le réseau des entreprises locales va jouer avant le votre. Il faut en être conscient quand on démarre dans le multimédia en Romandie. Laurent Potesta Le tissu économique doit se diversifier. L’environnement est excellent avec l’EPFL, le groupe Kudelski, les compétences existent mais on ne les exploite pas. C’est un écosystème qui doit encore trouver son équilibre.
Roland Grunder Laurent Potesta : Quelle mesure vous semblerait la plus utile pour les entrepreneurs en démarrage ? Roland Grunder : Il faudrait leur donner de l’argent. Un entrepreneur en a besoin, notamment les deux premiers mois pendant lesquels il doit bien se nourrir. Je me suis battu pour la création d’une fondation comme il y en a au Canada et qui mettrait des sommes à leur disposition dans le early stage. Aujourd’hui que se passe-t-il ? L’entrepreneur a un petit capital et va chercher des investisseurs qui lui demandent le montant de ses fonds propres. S’ils ne sont pas suffisants, ils lui demandent de revenir quand il en aura plus. Où l’entrepreneur va-t-il chercher cet argent ? Dans son réseau proche : parents, amis, conjoint. Sachant que sur 10 entreprises qui démarrent, 5 disparaissent la première année, 3 après 3 ans et 2 survivent. Les 8 qui n’ont pas réussi ont perdu toute crédibilité aux yeux des êtres qui leur sont les plus chers. Pour eux, impossible de démarrer une seconde fois.L.P. : Est-ce que SwissMedia a un conseil d’experts qui pourrait mettre un label sur les jeunes entreprises par rapport à leur potentiel futur, une sorte de validation des options prises qui serait utilisée comme caution pour d’éventuels investisseurs ou pour l’obtention de prêts ? R.G. : Les problèmes de labelisation sont extrêmement complexes. J’ai commencé ma carrière dans le tourisme. Pendant cette période, j’ai participé à l’élaboration des étoiles dans l’hôtellerie. Si je devais transposer cela à l’échelle des entreprises, ça serait impossible tant leurs domaines sont disparates. Comment voulez-vous comparer ? Un label est un instrument de comparaison. Il veut dire que celui-ci est bon, mais par rapport à quoi, à qui ? Roland Grunder Pour une boulangerie, c’est simple mais dans les technologies de l’information et de la communication la mission s’avère plus impossible. En revanche, si une entreprise me le demande, je vais lui écrire une recommandation ou l’accompagner lors d’un rendez-vous chez son banquier pour lui apporter une crédibilité supplémentaire. Les jeunes entrepreneurs devraient plus faire appel à des organismes comme la nôtre pour leur servir de caution.L.P. : On connaît le besoin des PME de se développer à l’international. Quelles sont les aides fournies par Swissmedia ? R.G. : Swissmedia est membre de la Fédération international des associations multimédia ainsi que de la Fédération européenne des associations multimédias. Il nous est possible de jouer un rôle dans des projets européens, ce qui pour nous, Suisses, est important. C’est pourquoi nous avons ouvert un bureau à Bruxelles afin de maintenir une activité de lobbying. Nous pouvons faire participer des PME romandes à des projets européens mais l’implication dans de tels projets implique un gros travail que les entreprises rechignent à fournir en raison du formalisme européen, très lourd et dévoreur de temps. En plus des efforts pour développer ce réseau, nous avons à l’interne la possibilité de monter un projet international de A à Z. Une collaboratrice a été spécifiquement formée à ce type de gestion de projets. Propos recueillis par Frédéric Vormus carte de visite de GetMoreTV en page 34 carte de visite de SwissMedia en page 31 En face Swissmedia Secrétaire Général de SwissMedia depuis 1998, Roland Grunder, économiste, a fait une grande partie de sa carrière dans le domaine du tourisme, puis comme responsable de la communicationmarketing à la Direction générale de la Poste. Il voue son attention et ses compétences à la création d’entreprises. Fiche technique Mission : SwissMedia est un organisme national de soutien aux entreprises et organisations pour le développement de l’entrepreneuriat et la formation dans le domaine des TIC et du Multimédia. Elle anime un réseau d’acteurs économiques et institutionnels pour aider la création d’entreprises et le développement des projets du domaine des TIC et du multimédia. Modes d’intervention : SwissMedia intervient sous forme de conseils, de coaching, d’aides à l’installation, au marketing, aux relations publiques et au réseautage. Elle dispose de deux pépinières d’entreprises à Vevey et à Lausanne. Chiffres clés : 1995 : Création de SwissMedia, 1997 : ouverture du SwissMedia-Center Vevey 2007 : env. 200 membres (PME) 2007 : 7 nouvelles entreprises créées dans les pépinières 2007 : plus de 850 000 visites/an sur www.swissmedia.ch Spécificité : Gère une nouvelle plateforme vidéo : www.echobiz.ch Créateurs No 7 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 1Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 2-3Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 4-5Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 6-7Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 8-9Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 10-11Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 12-13Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 14-15Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 16-17Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 18-19Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 20-21Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 22-23Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 24-25Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 26-27Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 28-29Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 30-31Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 32-33Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 34-35Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 36-37Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 38-39Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 40-41Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 42-43Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 44-45Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 46-47Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 48-49Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 50-51Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 52-53Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 54-55Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 56-57Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 58-59Créateurs numéro 7 déc 08/jan-fév 2009 Page 60