Créateurs n°6 sep/oct/nov 2008
Créateurs n°6 sep/oct/nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : de la formation à la création.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Profils de créateurs Premier outil de gestion de projets on-line Avec Apus3.com, Stéphane Blanchard vient de développer le premier outil de gestion de projets on-line. Un produit simple, fonctionnel et disponible en tout temps. Visualisation. Au bénéfice d’un diplôme d’électronicien et de technicien en informatique, vous avez décroché un brevet fédéral de chef de projet. Cette solide formation vous a-t-elle conforté dans la décision de partir seul à l’aventure et de créer votre propre structure ? Stéphane Blanchard : Certainement. Mais l’envie de faire quelque chose pour moi a toujours existé. Restait juste à choisir le moment… Après quelques années dans une grande entreprise, j’ai constaté que la plupart des outils de gestion de projets disponibles sur le marché n’étaient pas adaptés. J’ai donc développé un logiciel à l’interne. Le succès rencontré auprès de mes collègues a été le déclic pour monter ma boîte. Je savais qu’en développant 4 Créateurs No 6 une nouvelle application de gestion de projets, j’aurais un produit intéressant à proposer aussi bien aux industries qu’aux petites et moyennes entreprises. Les logiciels de gestion de projets ne manquent pas sur le marché. Qu’est-ce que votre produit a de plus que les autres ? MyProjectLab est un outil de gestion de projets ergonomiquement simple, ouvert à de multiples utilisateurs, même Il dispose également d’un tableau de bord permettant aux décideurs de suivre « en direct » l’avancement de leurs projets externes à l’entreprise. Accessible depuis un navigateur Internet, il ne nécessite aucune installation. Pour structurer les projets, il s’appuie sur de solides méthodes de gestion de projets (PMI, Propos recueillis par Véronique Monney Carte de visite d’Apus3.com en page 38 Stéphane Blanchard Hermes, etc.). Il dispose également d’un tableau de bord permettant aux décideurs de suivre « en direct » l’avancement de leurs projets. Vous avez démarré votre entreprise à la fin de l’année dernière. Qu’est-ce qui vous a posé le plus de difficultés ? La vente… Je viens d’un monde technique. Le démarchage n’est pas chose facile. Convaincre un client, et surtout faire entrer de l’argent, prennent plus de temps que je ne l’aurais pensé. Heureusement que je peux compter sur l’appui de Genilem ! Actuellement, vous travaillez seul. Agrandir votre équipe paraît à moyen, voire court terme indéniable pour assurer la partie commerciale ? C’est clair ! Développer ma structure me permettra de combler mes lacunes commerciales ainsi que d’étendre ma palette de produits dans l’accompagnement d’entreprises. Mais il va falloir que je capitalise avant d’engager du monde.
Depuis sa création, tout semble sourire à Anteis. Vous qui en êtes son président et créateur, en quelques mots, qu’est-ce qui vous caractérise ? Gilles Bos : Une vision de l’avenir, sans doute. Une capacité de travail. Une aptitude à rendre certains rêves réalisables. J’arrive à mettre ensemble des choses qui sont connues mais qui n’ont pas encore été associées, créant des objectifs très pragmatiques pour la R&D, à l’échelle de l’entreprise. J’ai une très bonne connaissance de tout le processus de conception, depuis l’idée, en passant par le brevet, jusqu’au positionnement commercial. J’ai participé à la création, il y a 20 ans, d’une entreprise qui développait des implants intraoculaires pour la chirurgie de la cataracte. Dans le cursus du développement de ces produits, il s’est avéré qu’un produit annexe devenait essentiel : l’acide hyaluronique, extrait des crêtes des coqs. Des acteurs du monde de l’esthétique, intéressés par cette molécule, m’ont contacté. Après quelques balbutiements, des résultats probants ont vu le jour. J’ai ensuite travaillé, durant deux ans, pour un groupe américain, en Californie et en Europe, toujours dans l’ophtalmologie. Mais étant certainement plus fait pour la PME, j’ai donc décidé de reprendre une aventure de « création d’entreprise ». Celle d’Anteis ? Effectivement. Nous voulions redévelopper des solutions encore plus performantes de transformation de l’acide hyaluronique. Nous avons pu les breveter. La médecine esthétique sous forme de produits injectables représente notre première activité, suivie par l’ophtalmologie, avec la cataracte. Une nouvelle direction semble prometteuse : la chirurgie du glaucome. Actuellement nous évaluons cliniquement la pertinence de notre proposition avec des médecins suisses. Un autre relais de croissance concernerait la rhumatologie par des injections intra-articulaires pour les douleurs liées à l’arthrose. Nous espérons offrir aux médecins des produits encore plus performants. Aujourd’hui, nos produits sont reconnus comme extrêmement sûrs. Aujourd’hui, que représente Anteis ? Une équipe de 120 personnes, dont 40 se trouvent sur un site de production, à Lonay, depuis 9 mois. Une prouesse ! Grâce à cette équipe, nous fabriquons 2000 seringues par jour. Cela veut dire 2000 patients traités chaque jour. La relation avec les gens dans le travail et arriver à faire adhérer une équipe à un objectif, voilà ce que j’apprécie le plus. Le reste me semble simple. Cette année, nous ferons probablement CHF 28 millions de chiffre d’affaire, en exportant dans 83 pays, et en réalisant des ventes en direct auprès de médecins allemands, français et japonais. Et demain ? 90% de notre CA est réalisé actuellement par l’esthétique. Les 10% restant le sont, après seulement un an d’efforts, par l’ophtalmologie. Nous espérons faire grandir cette division grâce à de nouveaux produits. Notre plan à 3 ans est d’atteindre les CHF 60 millions de CA. L’idée de départ, lors de la création d’Anteis était CHF 100 millions dans 10 ans ! Nous équilibrons notre activité par le biais des ventes aux distributeurs, des ventes en direct et le licencing. La somme de ces trois activités fait d’Anteis une société équilibrée dans ses sources de revenus. Profils de créateurs Propos recueillis par Jean Michel Garnier Rendre certains rêves réalisables Implantée à Genève, avec des filiales en France (Annecy) et en Allemagne (Munich), Anteis, créée en mars 2003, apprête l’acide hyaluronique pour le rendre utilisable dans les domaines de la cosmétique médicale et de l’ophtalmologie. Déjà distinguée par le label « CTI Start-up » de l’agence suisse pour la promotion de l’innovation, Anteis, par l’entremise de son Président, Gilles Bos, a reçu en mai dernier, le « Swiss Economic Award 2008 ». D’ici trois ans, nous envisageons d’être 250, implantés dans les pays déjà cités, mais aussi au Brésil et en Italie. Avec le dépôt de cinq brevets à ce jour, nous avons une forte activité d’innovation. Et nous avons effectué, l’an passé, une augmentation de capital en ouvrant celui-ci à deux investisseurs : un Américain et un Suisse, ce qui a créé un certain « choc » des cultures qui a changé la donne sur le plan de la préparation du travail. Très multiculturelle, la culture d’entreprise d’Anteis est assez imprégnée de cet état d’esprit. Nous avons beaucoup de joie d’avoir avec nous des gens issus de cultures, de pays différents. Toutes ces sensibilités singulières qui s’expriment, nous les vivons comme une chance. Le « Swiss Economic Award 2008 » a-t-il changé ou apporté quelque chose à votre entreprise ? J’ai été très surpris, et flatté, de recevoir de nombreuses marques de sympathie de la part de nos fournisseurs qui ont vu dans ce prix, tout comme l’ensemble des collaborateurs d’Anteis, une marque de reconnaissance. Il a apporté un surcroît de motivation. Notre métier est de rester au top. Et tout le monde, chez Anteis, travaille dans cet état d’esprit. Gilles Bos Créateurs No 6 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 1Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 2-3Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 4-5Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 6-7Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 8-9Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 10-11Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 12-13Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 14-15Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 16-17Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 18-19Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 20-21Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 22-23Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 24-25Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 26-27Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 28-29Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 30-31Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 32-33Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 34-35Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 36-37Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 38-39Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 40-41Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 42-43Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 44-45Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 46-47Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 48-49Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 50-51Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 52-53Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 54-55Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 56-57Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 58-59Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 60-61Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 62-63Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 64