Créateurs n°6 sep/oct/nov 2008
Créateurs n°6 sep/oct/nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : de la formation à la création.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER - Du côté des élèves Quand un étudiant rencontre ses prédécesseurs Se battre pour décrocher une place au sein d’une entreprise ou se battre pour créer sa propre structure ? Une question à laquelle se heurtent de nombreux diplômés des Universités et Hautes Ecoles. Nous avons donc cherché à comprendre de quelle manière ces jeunes sont mis dans le contexte de la création d’entreprise, grâce à l’interview d’un étudiant en fin de cursus à la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD). Et grâce aussi aux questions que celui-ci a pu poser aux fondateurs de la société NetGuardians, anciens élèves de la même école. Raphaël Briand arrive au terme de ses études en ingénierie. Il réalise actuellement son travail de diplôme dans le domaine de la domotique. Un projet qui présente de sérieuses perspectives de valorisation économique. En janvier 2009, il sera diplômé Ingénieur HES en télécommunications et se retrouvera confronté à la réalité du marché du travail. L’idée de fonder sa société ne lui est pas étrangère. « Au sein même de l’école, les étudiants sont d’une certaine manière préparés pour créer leur entreprise. Nous sommes des ingénieurs. Mais à la fin de nos études, nous suivons des cours de management et de marketing afin de nous sensibiliser à une approche plus économique », explique Raphaël Briand. En dehors des cours, il s’avère que d’autres organismes, tel que Venturelab, dispensent de brèves formations managériales et organisent des manifestations dans le but de stimuler l’envie de création. Une pro-activité souvent très appréciée du milieu estudiantin. En revanche, Raphaël Briand nous fait part d’un certain manque de communication des instituts de l’école. « Le Centre d’Etudes et de Transferts Technologiques ? Je ne connais pas vraiment », nous confie-t-il. Lorsqu’il s’exprime sur les possibilités de concrétiser un projet d’entreprise au sein d’un institut de l’école, Raphaël Briand estime que cette solution présente des avantages certains. Il n’opterait toutefois pas forcément pour celle-ci. « Mon cas est un peu particulier. Mes parents exploitent une société de vente et de services informatiques, Brandi Informatique, à Cuarny, dans laquelle je m’investis déjà depuis Raphaël Briand de nombreuses années. L’infrastructure, la logistique et le réseau professionnel à disposition sont des atouts majeurs. Je serais donc plus tenté de développer mon 01.2009 Diplômé de la HEIG-VD, filière Télécommunications, réseaux et services Projet de diplôme dans le domaine de la domotique projet au sein de la structure familiale, de manière à être confronté immédiatement au marché, quitte à renoncer aux compétences des instituts de l’école. » Par l’intermédiaire de notre rédacteur, Raphaël Briand s’adresse à deux anciens étudiants de la HEIG-VD, Joël Winteregg et Raffael Maio, aujourd’hui aux commandes d’une start-up active au niveau de la sécurité informatique : NetGuardians. Raphaël Briand : Est-ce que votre travail de diplôme a été un élément important de la création de votre entreprise ? Joël Winteregg/Raffael Maio : Oui, fondamental. Nous avons eu des retours très positifs sur ce travail ; ce qui nous a ouvert la porte d’un partenariat avec une entreprise espagnole et nous a incité à présenter le projet dans le cadre du Prix 20 Créateurs No 6 Start-Up d’Y-Parc, le véritable élément générateur de la société NetGuardians SA. Depuis la réalisation de ce travail, notre projet a néanmoins connu des évolutions majeures. Comment avez-vous concrétisé vos idées ? Au terme de nos études, l’école nous a proposé de rejoindre l’Institut ICT. En tant que collaborateurs scientifiques, nous devons nous rendre disponibles pour du travail d’assistanat, mais nous sommes prioritairement affectés à un projet de l’institut, en l’occurrence celui que nous avons initié avec notre travail de diplôme.
Avez-vous eu le choix de travailler dans la continuité de votre travail de diplôme ? C’était notre volonté. Mais ce sont les instituts qui, en fonction de leur budget, acceptent ou non les projets. Notre professeur responsable a donc défendu notre projet de R&D devant une commission ad hoc de la HES. Celle-ci considère en premier lieu la capacité du projet à générer des compétences et de la valeur ajoutée au sein de l’institut. Isabelle Bieri Quels sont les avantages de travailler en parallèle dans un institut ? Les opportunités sont nombreuses : accès au réseau de connaissances de l’école, collaboration technique avec d’autres instituts, facilités pour l’engagement d’étudiants stagiaires et pour l’initiation de travaux de diplôme, possibilités de mandats croisés entre l’entreprise et l’école, gain en crédibilité. Par ailleurs, il est indispensable de travailler dans un institut pour avoir accès à une Bourse HEIG. C’est-à-dire, une bourse octroyée par l’école ? Exactement. Il s’agit d’un programme initié en 2007 qui permet aux collaborateurs des instituts qui souhaitent créer une entreprise de présenter un business plan devant un jury. Si le projet est retenu, le jury peut octroyer une bourse pour une durée maximale de deux ans. Outre les prestations en nature, telle que la mise à disposition de locaux et de ressources humaines, nous sommes rémunérés à 100% alors même que nous pouvons consacrer 50% de notre temps au développement de notre entreprise. Qu’en est-il de la propriété intellectuelle ? Nous avons négocié les conditions lors de la création de la société. Nous possédons l’entier des droits de propriété intellectuelle. DOSSIER - Du côté des élèves Quels conseils pourriez-vous me donner pour introduire mon projet sur le marché ? Premièrement, ne pas perdre de temps, aller vite de l’avant. Une souscription précoce auprès de la Bourse HEIG contribuera à accélérer le processus de création d’une entreprise. Mais avant même cela, il est important de manifester une réelle envie de création, d’aller chercher des conseils sur le terrain, de se confronter très tôt au marché et à l’économie. « En tant que titulaire d’une Bourse HEIG, vous n’aurez que la moitié du temps à disposition pour votre projet. Il faut donc être prêt à s’investir pleinement » 2004 Diplômés de la HEIG-VD, filière Télécommunications Projet de diplôme dans le domaine de la sécurité informatique Engagement au sein de l’IICT (Institute for Information Communication Technologies) de la HEIG-VD 09.2006 Lauréats du Prix Start-Up d’Y-Parc 07.2007 Création de la société NetGuardians SA Octroi d’une Bourse HEIG Par ailleurs, il ne faut surtout pas oublier que la création d’une entreprise prend énormément de temps. En tant que titulaire d’une Bourse HEIG, vous n’aurez que la moitié du temps à disposition pour votre projet. Il faut donc être prêt à s’investir pleinement. Sandy Wetzel Joël Winteregg & Raffael Maio Créateurs No 6 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 1Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 2-3Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 4-5Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 6-7Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 8-9Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 10-11Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 12-13Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 14-15Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 16-17Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 18-19Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 20-21Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 22-23Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 24-25Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 26-27Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 28-29Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 30-31Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 32-33Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 34-35Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 36-37Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 38-39Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 40-41Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 42-43Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 44-45Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 46-47Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 48-49Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 50-51Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 52-53Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 54-55Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 56-57Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 58-59Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 60-61Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 62-63Créateurs numéro 6 sep/oct/nov 2008 Page 64