Créateurs n°5 jun/jui/aoû 2008
Créateurs n°5 jun/jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : la médiation commerciale illustrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
En face Création d’entreprise et la promotion économique de Genève Fiche technique 2007 : Création de l’entreprise 2008:• Premier contrat avec Thales Alenia Space• Premier contrat avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA) Statut : Sàrl Objectifs : Au travers de l’utilisation des systèmes Grid ou Cloud, améliorer et simplifier par l’automatisation la manière dont les informaticiens développent les logiciels distribués. Chiffres clés : - 3 créateurs et animateurs de la structure - 3 employés - Financement:• Autofinancement pour la première année• Recherche de fonds sera lancée début 2009 - Soutien:• Service de la promotion économique de l’Etat de Genève (SPEG) 52 Créateurs No 5 Daniel Loeffler : Cela fait maintenant plus d’un an que vous êtes venu frapper à la porte du Service de la promotion économique de Genève (SPEG), quels souvenirs gardez-vous de votre premier contact ? Marc-Elian Bégin : Je suis Canadien francophone travaillant, depuis mai 2004, pour le CERN au département IT dans le domaine du Grid puis, depuis deux ans et demi sur le projet ETICS. Louise Merifield, mon épouse, en charge de la partie administrative et financière, et Charles Loomis, chercheur au CNRS et expert tout comme moi du Grid sont mes deux associés. Une fois convaincus que nous voulions monter notre société – une start-up basée sur une technologie en partie développée au CERN – vous avez été les premières personnes, en Suisse, avec lesquelles j’ai pris contact en vue d’explorer la possibilité d’installer notre société à Genève ; et non au Canada, aux USA, en Grande-Bretagne ou en France. Ce contact fut-il facile Et pourquoi choisir la Suisse ? Le contact fut rapide et facile. Quant à notre décision de choisir la Suisse, elle est simple. La France, si proche de Genève, offre pas mal de supports directs, de subventions. Ce qui n’est nullement négligeable. Mais, ensuite, lorsque subventions et aides directes s’arrêtent, vous vous retrouvez seul. En Suisse, on vous dit de suite « on offre aucune aide directe mais on vous apporte un accompagnement constant ». Cette politique fédérale m’a surpris et déçu au début. Mais, à bien y regarder c’est effectivement cette spécificité qui a fait qu’il a été rapidement évident que nous allions nous installer en Suisse. Je suis venu ici, à Genève. J’y ai vu tout de suite la simplicité et la rapidité avec lesquelles il nous serait possible d’y créer notre start-up. Marc-Elian Bégin Si je vous suis bien, c’est vraiment cette aide, très apparente, qui vous a fait avancer ? M.-E.B. : Effectivement. La solution technique, nous travaillons dessus. Et avec notre expérience au CERN et ses projets, nous la maîtrisons. Vos interventions initiales et personnelles ont été importantes. Et les réunions avec Didier Mesnier nous ont permis de poser les bonnes questions. Votre travail est de poser la bonne question qui nous force à avancer. Et raison pour laquelle l’aspect coaching est primordial. Les idées, vous les avez. Mais il faut ensuite trouver les clients. Ce côté « vendeur » l’avez-vous trouvé ici ? Et comment ? Prendre des contacts avec un client potentiel est encore trop tôt. Mais les quelques réunions passées avec des experts de start-up, plutôt sur le plan légal, auxquels Didier Mesnier nous avait adressé nous ont sauvé et préparé ainsi un premier contact. L’idée est de bien savoir cibler et se positionner. Et de répondre correctement aux attentes du client potentiel. Si nous avons l’habitude de rencontrer des techniciens dans un environnement que nous connaissons, c'est totalement différent de rencontrer des personnes qui font plutôt du marketing ou de la gestion technique au sein d’une société. La première fois que j’ai pu présenter notre projet, je n’ai pas été particulièrement satisfait. En cinq minutes, vous devez être clair. Il est donc important d’être capable de présenter son business plan, de savoir étudier le potentiel et la valeur du marché. Et de le faire en accord avec notre projet. Parlons un peu de la problématique du montage de votre société. Ici, par exemple, se pose immédiatement la question de l’opportunité d’engager des frontaliers. Vivre ici, à Genève, sur le Canton de Vaud ou en France est
Daniel Loeffler totalement différent. Trouver la bonne recette n’est pas évident. Je me rappelle que vous m’aviez donné deux ou trois liens sur le web qui nous ont mis sur la bonne piste. Mais le plus difficile est de décider de ce que l’on veut faire. Avoir besoin d’un petit financement avant de se lancer est totalement différent d’une approche de levée de fonds pour une équipe d’une dizaine de personnes. Nous en sommes encore au premier scénario. Nous prendrons la décision cet été quant à la manière de nous positionner… Entre une approche des petits pas et celle du développement immédiat ? Effectivement. L'approche des petits pas permet de garder le contrôle. Mais il ne faut pas manquer le coche. Ne pas manquer d’innover et d’apparaître sur le marché au bon moment. Le grand pas immédiat est intéressant. Mais il faut être capable de gérer cela correctement. Si quelqu’un arrive avec deux millions pour faire quelque chose, il faut être capable de répondre à la demande des investisseurs. Alors, fera-t-on cela parce que nous aurons une solution technique, et là, il nous faudra monter une équipe de vente ? Ou couperons-nous la poire en deux en continuant le développement d’une façon accélérée tout en développant en même temps notre équipe de vente ? C’est la question du moment. Et c’est la raison pour laquelle les contacts que nous avons pris au SPEG, nous permettent vraiment de nous repositionner et d’offrir le bon challenge pour faire avancer notre projet. Derrière, bien entendu, à travers le CERN nous avons beaucoup de liens avec les projets de financement européens et d’anciens partenaires de projets dont cette technologie est issue. Et qui nous sollicitent. En même temps, tout étant en mouvement, il nous faut être très prudent. Le Cloud va définitivement bouleverser beaucoup de choses dans le monde du Grid. Le CERN m’a demandé une étude comparative entre la grille et le nuage. Mes conclusions sont apparemment acceptées par le directeur du projet Grid européen, au CERN. Le décor est en mouvement, les fondations également. Et nous aussi par la même occasion. Le fait de passer du Grid au Cloud vous fait-il changer votre concept ? Non, pas du tout. Lorsque le Cloud est arrivé, nous nous sommes dit que cette solution était intéressante. Changer ainsi notre couche en dessous nous permet de simplifier énormément notre solution par rapport à ce qui est travaillé au CERN. Et ce qui nous conforte, c’est que nous avons six mois d’avance sur la vague. Au fait, quel est votre « produit » ? Ce n’est pas un produit, mais un service en fait. (voir Produits du trimestre, page 50) C’est plus simple. Et moins dispendieux à mettre en place. Car si notre concept est d’améliorer la façon dont les gens développent les logiciels distribués – ce que nous pouvons faire en utilisant notre propre infrastructure – il n’en sera pas de même si une grande banque s’intéresse à ce type d’opération. Elle voudra, ce qui est normal et évident, que cela se passe entre ses murs. Et là, notre « service » devra se transformer en « produit ». Le pas sera alors définitivement franchi. Propos recueillis par Jean-Michel Garnier carte de visite deSix 2/Software Integration eXperts en page 36 carte de visite du Service de la Promotion économique de Genève en page 31 En face Daniel Loeffler a une expérience de consulting avec spécialisation dans le domaine de la gestion des flux de production et de la mise en place de systèmes de calcul de prix de revient. Il a ensuite travaillé au CCSO en tant que chef de projet. Daniel Loeffler est Conseiller aux entreprises au sein du Service de la Promotion Economique de Genève (SPEG) Fiche technique Mission : Promouvoir l’économie genevoise à l’intérieur et à l’extérieur du canton• favoriser la création de nouvelles entreprises dans le canton ; • faciliter le développement des entreprises qui y sont installées ; • inciter les entreprises extérieures à s’y implanter ; • prévoir des coordinations avec les cantons et régions proches intéressées aux mêmes objectifs. Chiffres clefs : En 2007 : - 820 entretiens avec un conseiller - 456 autres requêtes - 388 projets d’entreprises suivis dont - 133 orientés vers un organisme Pour la période 2003/2007 (5 ans – OCSTAT) : - 407 entreprises (création, développement ou implantation) - 22 677 emplois concernés Créateurs No 5 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 1Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 2-3Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 4-5Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 6-7Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 8-9Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 10-11Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 12-13Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 14-15Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 16-17Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 18-19Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 20-21Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 22-23Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 24-25Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 26-27Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 28-29Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 30-31Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 32-33Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 34-35Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 36-37Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 38-39Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 40-41Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 42-43Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 44-45Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 46-47Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 48-49Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 50-51Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 52-53Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 54-55Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 56-57Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 58-59Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 60