Créateurs n°5 jun/jui/aoû 2008
Créateurs n°5 jun/jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (230 x 330) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : la médiation commerciale illustrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Fiche théorique Après la carte de visite, il y a de la vie Lors d’un évènement où il y a du monde, la première mission est d’établir de nouveaux contacts. Pour ce faire, il est nécessaire d’abandonner le confortable groupe d’amis que l’on connaît pour s’aventurer vers de nouvelles têtes, avec à la clé peut-être, des clients, des idées neuves voire tout simplement des contacts qui auront leur utilité future. Très souvent, tout commence ou se termine par un échange de cartes de visite. Plus que d’en constituer une collection, il est nécessaire que ces petits bouts de carton soient utiles. Quelle que soit la méthode de classement choisie, papier ou électronique, il est conseillé de le faire le plus tôt possible. « A chaud » le souvenir est vivace et les visages encore en mémoire. Cela permet d’aller plus vite sans oublier ce qui était important. Première étape, indiquer le lieu et la date où s’est effectuée la rencontre. Certains iront même jusqu’à noter quelques détails plus précis sur leur interlocuteur : son rôle dans l’entreprise, s’il avait été présenté par un intermédiaire. A voir ensuite où se situe la limite entre l’essentiel et le désir de transformer un carnet d’adresses en fichier de police. Plus facultatif, la possibilité d’effectuer soi-même quelques recherches afin de mieux savoir à qui l’on a à faire, comprendre le titre mystérieux indiqué sous le nom ou confirmer que l’on avait bien devant soi le nouveau Bill Gates. Internet et ses sites de réseautage comme LinkedIn, Plaxo, Rezonance voire très prudemment Facebook, peuvent être de bonnes bases, de même qu’un simple moteur de recherche comme Google. Le but n’est pas ici de jouer à nouveau les détectives mais de mieux comprendre qui est son interlocuteur. Une fois ce débroussaillage effectué, il faux faire fructifier ses nouveaux contacts. L’agenda est un bon aide-mémoire pour noter quand et pourquoi on doit rappeler untel dans quinze jours ou dans deux mois. Pour les rencontres qui pourraient tout de suite aboutir à quelque chose de concret, il faut rappeler immédiatement. Tout le monde est surchargé et dans quelques jours le contact aura peut-être déjà oublié les rencontres. Enfin, pour une personne intéressante à recontacter dans le futur, inutile de déjà appeler pour organiser une réunion. Pour ne pas perdre le lien, on peut préférer à cela un petit mot pour dire tout le plaisir de l’avoir rencontrée et qu’il est possible qu’en temps opportun, l’on se permette de téléphoner. La transmission de ses contacts est également un sujet délicat. En effet, si l’on transmet les coordonnées de 26 Créateurs No 5 quelqu’un, il est plus approprié d’en avertir la personne. La carte de visite ayant été remise personnellement, il n’est donc pas indélicat de prévenir cette dernière que l’on va transmettre ses coordonnées. Pour des personnes à hautes-responsabilités ou « importantes », il serait même préférable de leur demander au préalable leur permission. Cela cautionne le geste, introduit le passage de témoin et ne met personne dans l’embarras. Hors de son cercle proche, diffuser son carnet d’adresse est à double-tranchant. Se transformer en annuaire téléphonique public ne donne pas une très bonne réputation. Que l’on ait ou non permis à la personne d’appeler en son nom, la plupart du temps on saura d’où provient la « fuite ». A l’opposé, c’est rendre service que de mettre deux personnes en relation afin que quelque chose de positif en ressorte. Il est donc nécessaire de pondérer correctement la transmission de ses contacts. Conserver actif son réseau est la dernière étape. Cela peut être plus simple quand on s’entend bien avec quelqu’un. A l’opposé, c’est plus délicat avec ceux avec lesquels on n’a que peu d’affinités mais dont la bonne relation reste importante. Il faut simplement ne pas oublier que c’est souvent réciproque, inutile donc de jouer un simulacre de bonheur à chaque rencontre, il faut simplement savoir rester courtois. Etre professionnel suffit, chacun sait y trouver son intérêt. En effet, il ne faut pas oublier que notre carte de visite se promène aussi chez de nombreuses autres personnes, qui attendent aussi de nous les mêmes appuis ou, à défaut, de la gratitude pour service rendu. De cette réciprocité naît une bonne réputation, celle qui nous transforme en une personne appréciée et à laquelle on a du plaisir à transmettre les bons contacts ! Alexandre Peyraud Gestionnaire Genilem
Le leasing de biens d’équipement : une alternative au crédit d’investissement Vous voulez acquérir une nouvelle machine de chantier, des ordinateurs performants ou encore des équipements de production de la dernière génération sans entamer vos fonds propres ? C’est possible, grâce au leasing de biens d’équipement. Avec cette formule, la Banque Cantonale Genevoise (BCGE) met à la disposition du preneur de leasing un objet moyennant une redevance mensuelle, similaire à un loyer, pendant une durée déterminée. Les créateurs savent que les fonds propres sont l’un des facteurs déterminants du succès de leur entreprise : il faut gérer leur rareté. D’un côté, les progrès technologiques sont extrêmement rapides, l’entreprise ne peut pas se permettre de servir sa clientèle avec des outils dépassés, elle doit investir ; de l’autre, il faut composer avec des fonds propres limités et une trésorerie en bonne partie absorbée par la croissance. Le leasing des biens d’équipement permet de résoudre ce dilemme. Tout comme une personne qui choisit d’être locataire de l’appartement qu’elle utilise tous les jours, l’entrepreneur peut être locataire de la machine dont il a besoin quotidiennement. Il paye alors une redevance mensuelle fixe, similaire à un loyer pendant un temps déterminé. Pendant la durée du leasing, l’objet doit souvent être quasiment entièrement amorti, cet amortissement constitue d’ailleurs l’essentiel du coût de la mensualité payée. A la fin du contrat, la valeur résiduelle contractuelle atteint généralement entre 0,5% ou 2% de la valeur d’achat. Dans certaines banques, les leasing de biens d’équipement sont octroyés dès CHF 5000, d’autres n’entrent en matière qu’à partir de CHF 50 000. Une grande diversité d’outils de production peut être achetée par ce moyen : véhicules utilitaires, équipements de garage, portiques de lavage, matériel de chantier, élévateurs, grues, machines de production, machines d’imprimerie, appareils médicaux et de laboratoire, matériel informatique, matériel de télécommunication. Toutes les banques n’accordent pas de leasing de biens d’équipement aux entreprises qui démarrent, certaines exigent un minimum de trois ans d’expérience. Toutefois, à Genève, les start-up qui ont obtenu une garantie de la Fondation d’aide aux entreprises, la FAE, peuvent en demander à la BCGE. Tout comme pour les crédits classiques, le coût du leasing dépend de l’analyse du risque et donc de la solidité de l’entreprise. Les créanciers évaluent la fiabilité des locataires et proposent des taux d’intérêt en fonction de cette estimation. Le taux dépend aussi du type d’objet, de la durée et du montant à financer. Cinq conseils 1. Utiliser le leasing pour les objets les plus facilement revendables sur le marché 2. Utiliser le leasing pour les objets qui se déprécient le moins avec le temps 3. Attention à ne s’engager que pour des mensualités supportables pour l’entreprise 4. Calculer le taux réel demandé 5. S’assurer des conditions en vigueur en cas de remboursements anticipés Sept avantages 1. Préservation des fonds propres 2. Préservation partielle de la capacité d’endettement 3. Préservation des liquidités 4. Redevances mensuelles fiscalement déductibles dans les limites définies par l’administration 5. Capacité de rester à la pointe de la technologie 6. Réduction du risque de taux grâce aux taux d’intérêt fixes 7. Récupération de la TVA associée au leasing pour les sociétés qui y sont assujetties Les conseils de l’experte Béatrice Favre est une pionnière du leasing des biens d’équipement. Grâce à elle, la BCGE a été la première des banques cantonales à proposer ce service à la clientèle. Elle nous fait part de ses recommandations : « Ne vous basez pas uniquement sur le taux annoncé par votre créancier. Analysez l’ensemble des éléments du contrat. En effet, il n’existe pas une définition unique des taux. Certains parlent de coefficient, d’autre de taux nominal, de taux annuel effectif global ou simplement de taux d’intérêt. Chaque établissement a sa méthode de calcul. Il faut aussi tenir compte des frais administratifs et des éventuelles cautions à apporter. Avec un taux d’intérêt apparemment plus faible, le client peut se retrouver avec des mensualités plus élevées. » Olivier Schaerrer Fiche technique Béatrice Favre Créateurs No 5 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 1Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 2-3Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 4-5Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 6-7Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 8-9Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 10-11Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 12-13Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 14-15Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 16-17Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 18-19Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 20-21Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 22-23Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 24-25Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 26-27Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 28-29Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 30-31Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 32-33Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 34-35Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 36-37Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 38-39Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 40-41Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 42-43Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 44-45Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 46-47Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 48-49Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 50-51Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 52-53Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 54-55Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 56-57Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 58-59Créateurs numéro 5 jun/jui/aoû 2008 Page 60