Créateurs n°14 sep/oct 2010
Créateurs n°14 sep/oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de sep/oct 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : les institutions dopent la création d'entreprises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 PROFILS DE CRéATEURS Sociétés Irina Sakharova Quitt « Act in Kind » ou comment consommer pour le bien commun Dans les projets novateurs, la simplicité d’une idée est souvent à la source du génie entrepreneurial. « Act in Kind », société genevoise soutenue par le Service de la promotion économique et lancée le 11 mars 2010, se place dans cette lignée d’idées limpides et brillantes qui font la différence. Créée par un tandem de jeunes femmes dynamiques et passionnées - Emily Sahakian et Sima Miqdadi - la société transforme les consommateurs en philanthropes actifs. Sima Miqdadi et Emily Sahakian Co-fondatrices de la société Act in Kind www.actinkind.com Créateurs No 14 - AUTOMNE 2010 Comment est née votre idée entrepreneuriale ? Emily Sahakian, co-fondatrice de la société Act in Kind En discutant ensemble des sujets qui nous passionnent, Sima et moi avons constaté une demande sur le marché, demande qui n’avait pas d’offre en face. En effet, d’une part, les consommateurs sont de plus en plus curieux et conscients de leur impact sur l’économie, l’environnement ou les rapports sociaux. Ils sont demandeurs de transparence sur des aspects tels que la provenance des produits, les matières à l’origine de la fabrication, les conditions de travail de ceux qui les fabriquent ou l’impact environnemental de la production. D’autre part, les consommateurs souhaitent être impliqués. En tant que consommateurs nous voulons avoir de plus en plus un impact direct au travers de notre action. « Les consommateurs sont de plus en plus curieux et conscients de leur impact sur l’économie, l’environnement ou les rapports sociaux. » Bien évidemment, de nombreuses entreprises reversent déjà des fonds au secteur des organisations à but non lucratif pour soutenir divers projets humanitaires ou environnementaux mais, dans ces cas de figure, les consommateurs ne jouent pas un rôle actif, à la base
Sociétés des décisions d’investissement. Notre idée se résume à dire : puisque le consommateur est celui qui dépense son argent, pourquoi ne pas lui donner la possibilité de décider où et comment ses dons devraient être repartis ? De quelle façon mettez-vous en œuvre cette idée ? Le concept est simple : en tant que consommateur vous achetez un produit, la marque (qui participe à notre programme) fait un don, et vous choisissez le destinataire du don. La plateforme pour le choix du don c’est notre site web novateur www.actinkind.com qui propose aux consommateurs des projets environnementaux, humanitaires et sociaux ayant besoin de financement de par le monde. Les entreprises décident quel pourcentage de leurs ventes sera dédié à ces causes et le consommateur décide de la destination de ces profits. Qu’est qui vous a amené à fonder une entreprise aussi originale, alliant le monde des affaires et celui des projets à but non-lucratif ? Avant de fonder la société, Sima et moi étions salariées au sein d’entreprises à Genève. Spécialisée dans la communication de marketing, j’ai toujours travaillé dans les biens de consommation de luxe et Sima dans les finances pour une entreprise de l’agrochimie. Comme j’œuvrais sur des produits tels que les cigares, les vins et les chocolats, je me suis toujours intéressée au processus de production, souvent artisanal. Depuis toujours je m’intéresse avant tout à ce qui se passe sur le terrain, des questions telles que la provenance du cacao pour les chocolats ou les conditions de sa production. De même Sima a toujours été attirée par le secteur à but non-lucratif et la vie des communautés locales. En somme, nous avions toutes les deux envie d’agir pour le bien commun tout en capitalisant sur nos compétences. Notre projet est une entreprise avec des objectifs de profit mais elle a également un but social. Quels critères appliquez-vous à la sélection de projets ? Nous sélectionnons des organisations à but non-lucratif de taille moyenne, basées à Genève, avec des actions de portée internationale et avec une réputation établie de transparence envers tous les éléments internes et externes. Par ailleurs, les organisations doivent être opérationnelles depuis au minimum trois ans et donner la possibilité de spécifier le projet auquel attribuer les dons. Act in Kind ne prend en considération que les organisations qui dispensent de l’aide à caractère non religieux. Par ailleurs, les organisations doivent pouvoir démontrer un impact significatif sur les communautés soutenues. Enfin, les projets sélectionnés et visibles sur le site www.actinkind.com touchent cinq domaines d’action jugés essentiels : l’éducation, le développement, les droits humains, l’économie de subsistance et la protection de l’environnement. Comment fonctionne votre équipe ? Sima s’occupe de l’administration, des finances, des aspects juridiques et des statistiques. En ce qui me concerne, je suis orientée sur les aspects marketing et communication et je m’occupe naturellement du site web qui est notre principal outil de travail. Quand il s’agit d’aller négocier avec des marques ou des organisations à but non-lucratif, nous fonctionnons en duo, tant il est clair que nous devons aborder avec eux tous les aspects de notre fonctionnement. A l’origine, nous ne nous connaissions pas très bien mais il s’avère que nous nous complétons à merveille. « Le concept est simple : en tant que consommateur vous achetez un produit, la marque (qui participe à notre programme) fait un don, et vous choisissez le destinataire du don. » Quels sont les objectifs que vous vous fixez pour développer la société ? Actuellement nous nous focalisons sur la campagne de promotion initiale, afin de faire connaître notre offre à un large public. Dans un deuxième temps, nous souhaitons approcher les grandes marques suisses et étendre, par la suite, nos négociations aux marques américaines et britanniques, deux marchés que nous connaissons bien. A l’heure actuelle, nous avons neuf projets actifs pour des dons et nous souhaitons à terme avoir vingt projets ouverts. Évidemment, si nous progressons correctement, nous allons également recruter des collaborateurs. Nous avons besoin d’employés qualifiés du fait de la complexité de l’entreprise qui s’adresse à des publics très différents : marques, consommateurs et organisations à but non-lucratif. Face à cette entreprise passionnante et innovante que vous avez lancée, quel est votre sentiment ? Nous avons vraiment beaucoup de plaisir à travailler ! Et ce qui me motive encore plus, c’est l’idée d’envisager l’avenir, de voir en quoi cette entreprise peut se transformer, ce qu’elle peut générer comme impact. Je suis également impatiente d’aller sur le terrain pour voir comment certains projets fonctionnent grâce à notre système de dons. PROFILS DE CRéATEURS Créateurs No 14 - AUTOMNE 2010 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :