Créateurs n°13 jui/aoû 2010
Créateurs n°13 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : le capital humain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Actualité deS partenaires Organismes werden. Wir brauchen diese überraschenden Rezepte, diese Kreativität, dieses „Out of the box « Denken mehr dennje. Mit der zündenden Idee und dem Mut ist es selbstverständlich alleine nicht getan. Unternehmensgründung isteine Ausdauerleistung : Unternehmensgründungen brauchen Businesspläne und Marketingkonzepte, Risikokapital und Logistikkonzepte, Genehmigungen und Patente sowie nicht zuletzteine Kultur, die auch das Risiko des Scheiterns trägt. Ein kurzer Exploit, die schöpferische Idee alleine genügt nicht - so wenig wie die Begeisterung für Bewegung allein genügt,um sportliche Höchstleistungen zu erbringen. Es braucht zur Unternehmensgründungeine beachtliche Kondition - und es braucht wie im Sportein unterstützendes Umfeld, es braucht Training, Infrastruktur und die mentale Stärke, auch mit dem Misserfolgumzugehen zu wissen. Der Staat und die politischen Rahmenbedingungen sind Teile des erwähnten Umfelds : Selbstverständlich soll der Staat dabeieinen motivierenden,einen unterstützenden Beitrag leisten und nicht etwa Hindernis sein. Mein Eindruck ist, dass genau diese Ambition –einen möglichst fruchtbaren Boden zu bereiten,ein möglichst motivierendes Umfeld zu schaffen – noch stärker gewachsen ist in der Politik. Auch und nicht zuletzt aufgrund der Krise. Im zweiten Konjunkturpaket, das von den Räten voreinen Jahr verabschiedet wurde, sind für anwendungsorientierte Forschung der KTI (Kommission für Technologie und Innovation) und für die Grundlagenforschung des Nationalfonds zusätzliche 50 Millionen zur Verfügung gestellt worden, weitere Mittel gehen an zukunftsweisende Projekte der Umwelttechnologie. So werden Innovationen gezielt gefördert, so wirdein positives Klima geschaffen, ohne dass der Staat selber direkteingreift. Diese Politik ist in der Schweiz nicht neu, sie wurde nun aber noch zusätzlich gestärkt. Zu Recht, denngenau damit hat die Schweiz Erfolg : In der letzten Innovationserhebung der Konjunkturfachstelle (KOF) der ETH belegt die Schweiz sowohl beim Umsatzanteil von neuen Produkten als auch bei neuen Dienstleistungen von Firmen den Spitzenrang. Doch es gilt auch festzuhalten, dass der Vorsprung der Schweiz kleiner wird, wir also auch künftig gefordert sind,um den Toprang zu halten. Schlussendlich geht –umeinen letzten Vergleich mit der Sportwelt zu wagen - nichts ohneein gutes Team. Zum Team gehören natürlich auch Financiers respektive Sponsoren. Und was im Sport die Trainer und Coaches sind, sind in der Wirtschaftswelt Mentoren, Unternehmerforen oder Gründerzentren. Und wo der Sport vom Publikum lebt, braucht das Jungunternehmen Kundinnen und Kunden. Wo all das vorhanden ist, können Sportlerinnen und Sportler, können Jungunternehmerinnen und Jungunternehmer an den Start gehen : Konzentriert, motiviert, überzeugt von ihren Fähigkeiten und im Wissenumein stützendes Umfeld. Sehr geehrte Damen und Herren. Organisationen wie Genilem spielen in diesemKontexteine äusserst wichtige Rolle - das wird sich auch hier im Aargau zeigen. Genilem ist nicht die erste und hoffentlich auch nicht die letzte Organisation und Unterstützung dieser Art in unserem Kanton ; aber es isteine tolle Ergänzung zu den bereits bestehenden Förderinstrumenten. Zum Schluss möchte ich es nicht unterlassen, all jenen zu danken, die bereit sind, im Rahmen von Genilem ihr Know How und ihre Erfahrung zur Verfügung zu stellen - anderen Menschen, anderen Unternehmen und dadurch auch der Allgemeinheit. Herzlichen Dank – und viel Erfolg ! « Créateurs No 13 - éTE 2010 « Mesdames et Messieurs, C’est un immense plaisir pour moi que d’être aujourd’hui parmi vous, à Windisch, et ce à plus d’un titre. Si j’ai fait le déplacement sur ce site de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse, c’est d’abord en tant que membre du Parlement. L’innovation est un atout majeur de la Suisse, qui a les faveurs de l’ensemble des parlementaires, à gauche comme à droite, et dont tous s’accordent à dire qu’il convient de l’encourager. Je tiens donc à témoigner ici toute ma gratitude à GENILEM pour sa remarquable contribution à la promotion de l’innovation. Je suis ensuite très heureuse, en tant qu’Argovienne, de voir que le service d’accompagnement professionnel sur trois ans que propose cette association à but non lucratif est désormais disponible dans le canton d’Argovie. L’existence d’entreprises innovantes est importante pour notre canton, comme pour le reste de la Suisse. Celles-ci doivent donc pouvoir bénéficier d’un environnement favorable et ce, dès leur création. Enfin, en tant que présidente du Conseil national, je ne peux qu’adhérer à la philosophie qui sous-tend l’action de GENILEM. En effet, j’ai tout particulièrement à cœur de jeter des ponts entre les générations et d’attirer l’attention du public sur les liens ainsi créés. Or, c’est précisément ce que fait GENILEM. D’ailleurs, le nom GENILEM est un condensé des notions « génération », « innovation » et « lémanique ». La transmission du savoir, notamment d’une génération à l’autre, constitue la pierre angulaire d’une société solidaire et d’une économie novatrice. Elle profite non seulement aux individus qui y prennent part, mais également à l’ensemble de la société. Le mot « partage » peut certes suggérer que l’on divise une entité en parts et que cette entité s’en trouve réduite. Mais en réalité, celui qui partage ses connaissances contribue à les développer, multipliant ainsi une ressource précieuse. Et c’est exactement ce que fait GENILEM ! Comme vous le voyez, Mesdames et Messieurs, j’ai donc au moins trois bonnes raisons de me réjouir personnellement de l’inauguration de cette antenne argovienne. Pour entrer dans le vif du sujet, permettez-moi de vous raconter une petite anecdote. Avant de vous rejoindre, j’étais à Berne, où j’ai eu le plaisir d’accueillir notre délégation paralympique, de retour de Vancouver. Un des athlètes m’a demandé quel était le quotidien de la première citoyenne de Suisse, et quel était notamment mon programme de la journée. Je lui ai parlé de mon déplacement à Windisch et de GENILEM, et nous avons ensuite brièvement discuté de la promotion de l’innovation. Cet athlète m’a alors dit en substance que s’il était si difficile d’innover, c’est qu’il fallait
Organismes impérativement, pour ce faire, être en mesure de faire table rase du passé. Que l’on devait, pour innover, être prêt à se distancier définitivement des schémas trop connus, des modèles rassurants. Et qu’il était même peutêtre plus facile de se projeter dans l’avenir lorsque les circonstances nous obligeaient à rompre avec le passé. Si ce constat n’a rien de nouveau, dans la bouche d’un jeune sportif dont la vie a basculé à la suite d’un accident, il prend tout son sens et n’en a que davantage de force. La destruction créatrice comme source d’innovation : c’est une thèse bien connue, défendue au début du XXe siècle par le célèbre économiste Joseph Schumpeter. Et la réalité le prouve : comment créer de nouvelles entreprises, insuffler un nouveau dynamisme au marché et contribuer à l’essor d’une économie moderne et audacieuse sans oser changer, rompre avec la tradition, sans avoir le courage de se lancer dans de nouvelles réflexions ? « J’ai tout particulièrement à cœur de jeter des ponts entre les générations et d’attirer l’attention du public sur les liens ainsi créés. » Force est de constater qu’une société sans idées est une société qui fait du sur place : en période de crise conjoncturelle et de bouleversements économiques, rien ne saurait être plus dangereux ! Dans ce contexte, les start-up jouent un rôle crucial : plus qu’un moteur pour la société, elles sont un véritable pilier de notre économie. Les événements de ces derniers mois ont d’ailleurs montré qu’il pouvait se révéler très risqué, pour le tissu économique d’un pays, de ne compter que sur de grandes entreprises. Des PME innovantes sont donc un atout indéniable pour l’économie, puisqu’elles contribuent grandement à son équilibre et à son dynamisme. Par conséquent, nous devons avoir le courage de mettre en pratique le fameux précepte de Schumpeter – la destruction créatrice – et de sortir des sentiers battus. Rappelons que l’innovation n’est pas l’apanage des concepteurs au service de grandes sociétés, ni celui de départements marketing aux moyens colossaux. Elle est en réalité souvent le fait de jeunes entreprises pleines d’audace. Voilà un élément dont il s’agit de prendre conscience et qu’il convient de favoriser. Nous avons plus que jamais besoin de la créativité et des recettes surprenantes de ces « jeunes pousses ». Actualité deS partenaires Bien entendu, avoir du courage et des idées ne suffit pas à créer une entreprise. D’autres éléments entrent en ligne de compte : plan d’affaires, concept marketing et logistique, capital-risque, autorisations et licences sont autant de données incontournables, au même titre que la capacité d’assumer les risques éventuels. Mettre sur pied une entreprise est en effet une aventure de longue haleine dont le succès ne saurait être garanti par la seule idée créatrice. Que l’on pense aux exploits sportifs : seraient-ils possibles s’ils devaient résulter de la simple motivation des athlètes ? À l’instar d’une performance sportive, créer une entreprise requiert une excellente condition, un environnement favorable, un entraînement régulier et une infrastructure adaptée, sans oublier une grande force mentale et la faculté de gérer un éventuel échec. Quand je vous parlais d’environnement, je pensais bien sûr notamment à l’État et aux structures politiques. Loin de faire obstacle aux projets d’entrepreneurs potentiels, l’État doit être à même de motiver et d’épauler les futurs chefs d’entreprise. Personnellement, j’ai le sentiment que cet objectif-là – créer un terrain favorable à l’innovation, un contexte stimulant – revêt une importance croissante aux yeux des politiques. La crise actuelle y est certainement pour quelque chose. Elle a par exemple incité les Chambres fédérales à adopter, il y a une année, un deuxième train de mesures conjoncturelles prévoyant entre autres l’octroi de 50 millions de francs supplémentaires au Fonds national et à la Commission pour la technologie et l’innovation, afin de soutenir la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Des ressources supplémentaires ont en outre été accordées à des projets prometteurs du domaine de la technologie environnementale. De telles mesures permettent de promouvoir l’innovation de manière ciblée et de créer un climat propice à l’invention, tout en évitant une intervention trop directe de l’État. Cette politique n’a rien de nouveau en Suisse, mais elle a bénéficié, ces derniers temps, d’un appui renouvelé. À juste titre d’ailleurs, puisqu’il s’agit là d’un facteur majeur de la réussite de notre pays. La dernière enquête sur l’innovation effectuée par le Centre de recherches conjoncturelles de l’EPFZ a en effet montré que la Suisse tient le haut du pavé en ce qui concerne la part du chiffre d’affaires des nouveaux produits et les services innovants proposés par des entreprises. Il apparaît cependant que l’avance de notre pays sur ses concurrents tend à se réduire. Nous devrons par conséquent tout mettre en œuvre pour conserver notre rang. Enfin, pour reprendre la comparaison avec l’univers du sport, il convient de rappeler que le succès passe par un travail d’équipe. Une équipe composée de sponsors – les financiers –, de coaches – les conseillers, forums et autres pépinières d’entreprises –, et dont l’action serait vaine sans la présence d’un public – la clientèle. Lorsque tous ces partenaires sont réunis, les entrepreneurs en herbe, forts de leur motivation, de leurs compétences et du soutien extérieur, peuvent se concentrer pleinement sur leur objectif. Dans ce contexte, Mesdames et Messieurs, des organismes tels que GENILEM jouent un rôle fondamental et le canton d’Argovie s’en félicitera sous peu. Certes, GENILEM n’est pas la première association de ce type dans notre canton – et espérons qu’elle ne sera pas la dernière – mais elle complète avantageusement la précieuse gamme des instruments visant à promouvoir l’innovation. Permettez-moi donc, en guise de conclusion, de remercier tous ceux qui, au sein de GENILEM, mettent leur savoir-faire et leur expérience à la disposition d’autres personnes, d’autres entreprises et, par là même, de la collectivité. Merci et bravo ! » Créateurs No 13 - éTE 2010 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 1Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 2-3Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 4-5Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 6-7Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 8-9Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 10-11Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 12-13Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 14-15Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 16-17Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 18-19Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 20-21Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 22-23Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 24-25Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 26-27Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 28-29Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 30-31Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 32-33Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 34-35Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 36-37Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 38-39Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 40-41Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 42-43Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 44-45Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 46-47Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 48-49Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 50-51Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 52-53Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 54-55Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 56-57Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 58-59Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 60-61Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 62-63Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 64-65Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 66-67Créateurs numéro 13 jui/aoû 2010 Page 68