Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : créativité intercantonale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 PROFILS DE CRéATEURS Sociétés Cécile Aubert Une passionnée au service de la musique Le Brassus, Vallée de Joux. Une enfant du pays, Céline Renaud, y a fondé la société JMC Lutherie avec un maître-luthier, artiste et compositeur, Jeanmichel Capt. Ensemble, ils ont créé le soundboard, une enceinte acoustique en bois au son magique. Céline Renaud, fondatrice de JMC Lutherie, devant un soundboard www.jmclutherie.com Créateurs No 12 - MARS 2010 Révéler la chaleur de la musique, voici la mission que s’est donnée Céline Renaud depuis la création de son entreprise JMC Lutherie en 2005. Ecole hôtelière de Lausanne, marketing chez Jaeger-LeCoultre, controlling financier chez Breguet, un parcours qui ne mène pas forcément dans la forêt du Risoud, où se trouvent les fameux épicéas de résonance qui font la joie des luthiers et des cueilleurs d’arbres. Pourtant, c’est dans sa Vallée de Joux natale qu’elle dit oui au luthier Jeanmichel Capt un soir de novembre 2004 au coin du feu. Pas question de mariage, mais de business. Il veut créer et vendre des guitares et il demande à Céline Renaud de devenir son associée : « Jeanmichel, un luthier génial et solitaire, guitariste compositeur autodidacte, me parle de son projet d’entreprise de lutherie et me demande : tu veux m’aider ? j’ai répondu oui, sans hésiter. On a dessiné les plans de notre future entreprise comme ça, devant la cheminée. » C’est le début d’une belle aventure où les deux associés découvrent leur complémentarité : « Il est instinctif, visionnaire, inventeur, moi réfléchie, audacieuse et enthousiaste. » Et une pro de la finance et du marketing. Petite, je voulais devenir femme d’affaires Céline Renaud a toujours eu le virus de l’entrepreneuriat : « Petite, quand on me demandait ce que je voulais faire, je répondais femme d’affaires. Sans même savoir ce que cela voulait dire… » Plus tard, après avoir créé JMC, la jeune femme a eu une conversation avec Nicolas Hayek de qui elle dépendait directement comme responsable du controlling financier international chez Breguet. « Il m’a dit vous êtes une vraie entrepreneur, maintenant, raconte Céline Renaud. Nous avons la même énergie entrepreneuriale, j’aime créer, aller de l’avant, inventer. J’ai le goût du risque et un grand besoin d’autonomie. » Et comme c’est peu dire que cette jeune femme sait ce qu’elle veut, à peine l’idée de JMC lancée, elle a lu un livre sur Comment créer son entreprise ? « C’est là que j’ai appris l’existence de Genilem et je les ai tout de suite contactés. Puis j’ai été accompagnée pendant trois ans », précise Céline Renaud. Une table d’harmonie révolutionnaire : le soundboard Créer une PME dans la Vallée de Joux, c’était déjà bien, mais les deux associés ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Ils ont carrément inventé une nouvelle manière d’écouter la musique : le soundboard. « Ce bois des épicéas de résonace du Risoud que nous dégotte notre cueilleur d’arbre Lorenzo Pellegrini était trop beau pour ne faire que des guitares. Nous voulions toucher un plus grand public. Et petit à petit a germé l’idée d’une enceinte acoustique. », explique la créatrice. Ce bel objet de bois, qui révèle grâce à son bois précieux le son d’une chaîne hi-fi, Céline Renaud le promène jour après jour pour le faire connaître : « les gens ont peur de ce qui est nouveau, mais ils sont intrigués, charmés. » La fondatrice de JMC rencontre près de 100 personnes par semaine. Il faut dire qu’elle sait y faire : le contact humain ne lui fait pas peur, et son enthousiasme est contagieux : « Mes clients, je les aime. Et leur transmettre l’émotion de la musique grâce au soundboard, c’est un vrai cadeau. Certains me disent que le soundboard prend soin d’eux et de leur maison. Je garde des liens forts avec eux. » Networking aidant, le produit phare de JMC Lutherie séduit de plus en plus. Le chef étoilé Philippe Rochat en a même acquis un et un architecte d’intérieur en a commandé une douzaine pour un de ses clients. « Mes clients, je les aime. Et leur transmettre l’émotion de la musique grâce au soundboard, c’est un vrai cadeau. » Objectif de vente : 1200 soundboards par an Si l’objectif 2010 est de vendre 120 enceintes, à terme, Céline Renaud espère en vendre 1200 par année, à 8 900 francs pièce. « A court terme, nous visons de nouveaux marchés comme l’Espagne, la Grande-Bretagne et le Québéc, explique la jeune femme. Ici, je prends mon bâton de pèlerin et je prospecte, par monts et par vaux. Il n’y a pas d’autre solution pour convaincre les gens que de leur montrer le soundboard, et surtout de le leur faire écouter. » Un son pur et un objet magnifique qui ne peuvent laisser indifférent. Ce qu’ont compris les investisseurs qui commencent à s’intéresser sérieusement à la société du Brassus. JMC vient en effet de gagner le prix de la soirée partenaires 2010 de Capital proximité et a levé la coquette somme de 621’000,00 francs en 2009.
Sociétés Cécile Aubert Rider et cheffe d’entreprise PROFILS DE CRéATEURS Nods, un village du Jura bernois au pied du Chasseral, 750 habitants. Et une entreprise accompagnée par Genilem : GIN Kiteboarding Sàrl, qui développe, produit et vend des cerfs-volants de traction, plus communément appelés kites. Rencontre avec sa manager, Fabienne Kaufmann. Comment est né GIN kiteboarding ? J’ai une formation de professeur de sport et j’ai enseigné le sport dans les écoles neuchâteloises. A cette époque, j’ai vécu les débuts du kite en Suisse avec toute son évolution. Puis j’ai eu l’opportunité de travailler pour une marque suisse de kites (qui depuis a été vendue à des Italiens) et j’ai créé en parallèle ma propre société de distribution de matériel de kites pour la Suisse : Blue Diffusion. Puis, une entreprise coréenne de parapentes de grande réputation internationale, GIN Gliders, m’a contactée pour développer son secteur kites. J’ai donc travaillé pour cette marque pendant environ une année et demi tout en gérant les activités de ma propre société. Ensuite nous avons décidé de séparer les activités kites et parapentes de l’entreprise coréenne. J’ai alors repris tout le secteur kite et j’ai créé ma propre société, GIN Kiteboarding. Nous sommes actuellement un petit team d’une dizaine de personnes. Je travaille notamment avec Robert Graham, designer de grande renommée. Il est également basé à Nods et nous collaborons ensemble depuis le début de mes activités kites. Pratiquez-vous encore le kite en compétition ? Non. Cela devenait difficile de gérer de front ma société et les compétitions de kite, j’ai donc cessé la compétition. J’avais d’ailleurs participé à beaucoup de courses racing sur neige et j’étais un peu lassée ; pour ce qui est du freestyle, je n’avais plus forcément le niveau. Je pratique évidemment toujours le kite pour suivre le développement de nos produits et aussi bien sûr pour le plaisir ! Quels sont les côtés positifs et négatifs de votre fonction ? Ce qui me fascine, c’est de suivre toutes les étapes de l’évolution du produit : la création d’un nouveau cahier des charges, le travail sur l’ordinateur, les nombreux prototypes, la réalisation du produit final, la production et enfin la livraison à nos clients. Quand une nouvelle livraison arrive, c’est toujours très palpitant ! A cela s’ajoute les prises de décisions marketing, la communication autour des produits. J’adore le côté créatif de ma fonction. Pour les côtés négatifs, je mentionnerais les périodes de doutes, d’anxiété, les remises en questions, les nuits blanches… Quels défis pour GIN kiteboarding en 2010 ? Nous débutons notre quatrième année d’existence. Nous avons développé une gamme complète de produits qui supportent aisément la comparaison avec les marques leaders sur le marché mondial, avec en plus les spécificités propres et exclusives à notre marque. GIN Kiteboarding offre une qualité haut de gamme, des produits pour l’eau la terre et la neige issus d’un développement suisse. A ce jour, notre but est de développer davantage notre réseau de ventes, d’ouvrir de nouveaux marchés, de trouver des pays distributeurs supplémentaires. Le kite est en pleine expansion, il faut être réactif. Autre projet pour 2010, la création de la GIN Kiteboarding Academy qui proposera des cours de kite dans la région de Neuchâtel et du Jura bernois ainsi que des séjours organisés à l’étranger. La demande est forte pour des cours d’initiation ou de perfectionnement. Comme j’ai une formation de professeur de sport, j’ai à cœur de proposer un enseignement du kite de grande qualité. Un troisième axe pour 2010 est la recherche d’investisseurs pour nous développer plus rapidement être plus performants, avec notamment un projet innovant sur le plan écologique. Comment êtes-vous entrée en contact avec Genilem ? J’ai connu Genilem grâce à une présentation d’Alexandre Peyraud, gestionnaire et responsable des formations Genilem, dans le cadre d’un cours Venturelab. Je suis accompagnée par Pierre Mercerat de Genilem Arc jurassien. Ce soutien est très utile et me permet de prendre du recul, de partager et d’avoir la possibilité de poser des questions précises sur n’importe quel sujet concernant la gestion de ma société. Pourquoi être basée à Nods ? Je suis originaire de Neuchâtel, mais j’ai pratiqué pendant plus de 10 ans le parapente « à haute dose » dans la région du Chasseral, et je suis tombée sous le charme de cette région. Nous sommes proches des lacs de Bienne et de Neuchâtel où nous pouvons pratiquer le kitesurf, et en hiver nous pouvons tester nos snowkites devant le bureau. C’est donc l’endroit idéal ! Fabienne Kaufmannwww.ginkites.com Créateurs No 12 - MARS 2010 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 1Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 2-3Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 4-5Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 6-7Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 8-9Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 10-11Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 12-13Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 14-15Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 16-17Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 18-19Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 20-21Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 22-23Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 24-25Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 26-27Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 28-29Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 30-31Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 32-33Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 34-35Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 36-37Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 38-39Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 40-41Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 42-43Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 44-45Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 46-47Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 48-49Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 50-51Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 52-53Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 54-55Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 56-57Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 58-59Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 60-61Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 62-63Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 64