Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : créativité intercantonale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Créativité intercantonale 32 Dossier Cécile Aubert L’intercantonalité profite aussi aux créateurs d’entreprises Une région forte ne sert pas seulement à attirer des entreprises. Elle donne aussi un élan à tout le tissu économique local. Rencontre avec le Conseiller d’Etat genevois Pierre-François Unger, en charge du Département des affaires régionales, de l’économie et de la santé (DARES), et grand promoteur de l’intercantonalité. Pierre-François Unger, Conseiller d’Etat genevois, en charge du Département des affaires régionales, de l’économie et de la santé (DARES) Créateurs No 12 - MARS 2010 La promotion économique exogène vise à attirer des entreprises sur son sol. Avec la création début 2010 de la nouvelle structure bilingue de Suisse occidentale Greater Geneva Berne Area (GGBa) qui regroupe Genève, Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Valais et Berne, le sol s’élargit. Exit les rivalités cantonales ? Il a bien sûr fallu transcender les rivalités et mettre fin à la guerre des chefs. Mais la GGBa est une avancée historique dans la volonté de mettre en commun des ressources et des compétences des cantons de Suisse occidentale. Le but de cette structure est d’attirer les entreprises dans notre région en mettant en avant une image commune. Unis, nous sommes plus forts, et les sociétés intéressées à s’implanter chez nous sont intéressées par le dynamisme et l’offre de nos contrées. Mais elles se moquent de savoir dans quel canton elles seront basées. Le but est d’éviter que des multinationales se retrouvent finalement en Irlande pour cause de mésententes internes. Finalement, démarcher pour un ou six cantons, ce n’est pas vraiment différent, nous proposons juste une surface plus grande, qui offre comme atouts la complémentarité et la diversité de notre région. Quelle est la place des créateurs d’entreprises locaux face à cette démarche intercantonale de promotion visant l’extérieur ? La présence des autres est aussi un facteur d’attraction. Une région dynamique qui innove, qui crée de emplois donne une image forte et attrayante qui ne laissera pas les multinationales insensibles. C’est pourquoi nos promotions économiques ont un rôle exogène, certes, mais aussi, et surtout, endogène. En effet, 80% de nos ressources visent à aider les entreprises locales, ne l’oublions pas. Et nous accordons une grande partie de notre budget d’aide et de subventions aux start-up. Les statistiques montrent aussi que chaque emploi importé crée trois emplois endogènes. Attirer des sociétés dans notre région donne du travail au personnel local. Les démarches de promotion économique sont donc imbriquées et visent à dynamiser le tissu économique de nos cantons. Quel bilan tirez-vous de votre expérience de ces deux dernières années comme président de la Conférence des chefs de département de l’économie de Suisse occidentale (CDEP-SO) ? Aucun de nous n’était économiste à la base, ce qui nous permettait d’avoir un autre regard. Pour ma part, étant médecin de profession, j’ai insisté sur le fait que la santé est un réel secteur économique qui représente 12% du PIB. J’y ai également appris la vraie valeur du réseautage et de la réalisation de projets en commun, comme BioAlps, Micronarc ou Alp ICT. Ces clusters sont des structures où l’on se parle par matières et non par frontières cantonales ou nationales. Comment voyez-vous votre rôle d’appui aux créateurs d’entreprises ? Je suis toujours excité par ces gens qui ont le goût d’entreprendre ! Une des tâches de l’Etat est de fédérer les structures d’aide pour les rendre les plus simples et accessibles possibles aux créateurs. D’où notre guichet d’information unique destiné aux entreprises, qui a pour vocation de faciliter au maximum les démarches. L’Etat doit les simplifier pour faire gagner du temps au créateur et non les alourdir avec trop de bureaucratie. Entreprendre, ce n’est pas remplir des formulaires ! Quel regard portez-vous sur Genilem qui fête cette année ses 15 ans d’existence ? C’est d’abord une idée extraordinaire portée par Armand Lombard, Pierre Kunz ou Pierre-Yves Tapponnier, entre autres. Des gens qui se sont dit qu’une multitude de choses de petite taille est plus importante que le symbole fantasmagorique d’accueillir LA grande entreprise. Qui ont fait confiance à des gens qui restent créatifs si on ne les met pas dans un moule dès le départ. Genilem donne en effet leur chance à des projets qui en sont au stade de l’idée et pas forcément encore de la production, que des impératifs de rendement trop précoces risqueraient de faire capoter. L’association valide l’idée du créateur, puis lui offre son aide. La créativité est vraiment mise en avant par Genilem, on respecte l’idée qui peut conduire à une entreprise viable économiquement. Qu’est-ce que l’innovation pour vous ? Elle réside autant dans des produits que dans de nouvelles méthodes. On peut faire un usage novateur de quelque chose qui existe déjà. Un médicament, par exemple, peut être dédié à un autre usage si on en connaît ses effets secondaires. Je ne crois pas vraiment à l’innovation ex nihilo. Ce sont plutôt des juxtapositions qui la créent. D’ailleurs, mon credo en économie passe par la capacité des gens de se rassembler. L’innovation, ce sont des assemblages insolites !
Dossier Irina Sakharova Quitt Un exemple de plateforme intercantonale : Alp ICT Créativité intercantonale Alp ICT, une plateforme créée en 2008 sous le leadership du canton de Genève et dédiée aux technologies de l’information et de la communication, offre un réseau au service de l’excellence technologique des entreprises de Suisse occidentale. Cette structure reflète les efforts de la région en faveur de l’industrie des technologies de l’information et de la communication (TIC). Pourquoi un tel outil ? Son rôle essentiel consiste à soutenir le développement du pôle TIC régional. En effet, la Suisse occidentale a su miser très tôt sur le développement de plusieurs domaines d’excellence dans cette industrie. Cette « spécialisation diversifiée » porte aujourd’hui ses fruits avec, notamment, une prédominance de la région dans trois domaines de pointe : le multimédia et l’interactivité, les solutions IT pour les entreprises et la sécurité informatique. Dans chacune de ces spécialités la Suisse occidentale se présente comme un pôle d’excellence et c’est précisément pour valoriser cet immense potentiel que la plateforme Alp ICT a vu le jour. Encourager le développement de l’industrie des TIC, secteur qui représente plusieurs dizaines de milliers d’emplois dans la région, implique de miser sur des investissements importants afin de soutenir les échanges et le développement des entreprises, notamment des start-up et des PME. La création d’Alp ICT, dont la mission est de promouvoir les entreprises, les institutions de recherche et d’enseignement du domaine des TIC, ainsi que la région de Suisse occidentale en tant que centre d’innovation et de compétences européen dans les domaines concernés, vise très concrètement à offrir des prestations aux entreprises actives en Suisse occidentale. Plus particulièrement, Alp ICT vise à apporter aux PME et aux start-up existantes une meilleure connaissance du tissu économique. La plateforme agit également comme un véritable créateur de lien entre les acteurs politiques, scientifiques et économiques avec comme objectif de permettre l’élaboration de projets et de partenariats entre les entreprises de Suisse occidentale et d’autres acteurs. Alp ICT est également active en matière de création d’entreprise. En effet, la plateforme apporte aux porteurs de projets sa connaissance du tissu économique local des TIC, des savoir-faire existants dans la région et sa capacité de networking dans ce domaine. Forte d’une riche offre de services, à découvrir via le site www.alpict.ch, la plateforme, développée sous le leadership du Canton de Genève, donne accès à nombre d’événements spécialisés, lance des appels à projets pour des conférences spécialisés, met à disposition une documentation spécialisée et des informations sur le réseau des entreprises et organisations actives dans l’industrie des TIC. Vous voulez en savoir plus ? Alors contactez sans plus tarder le secrétariat d’Alp ICT : Alp ICT, c/o OPI Route des Jeunes 9 Case postale 1011 1211 Genève 26 T. +41 (0) 22 304 40 40 info@alpict.ch www.alpict.ch Créateurs No 12 - MARS 2010 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 1Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 2-3Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 4-5Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 6-7Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 8-9Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 10-11Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 12-13Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 14-15Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 16-17Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 18-19Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 20-21Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 22-23Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 24-25Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 26-27Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 28-29Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 30-31Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 32-33Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 34-35Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 36-37Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 38-39Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 40-41Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 42-43Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 44-45Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 46-47Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 48-49Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 50-51Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 52-53Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 54-55Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 56-57Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 58-59Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 60-61Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 62-63Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 64