Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : créativité intercantonale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Actualité deS partenaires Organismes Propos recueillis par Cécile Aubert Genilem fête ses 15 ans en 2010 Armand Lombard, fondateur de Genilem, livre ses impressions sur le chemin parcouru par l’association. Armand Lombard Pourquoi avoir créé Genilem en 1995 ? Dans une conjoncture qui s’essoufflait, l’absence d’une économie de bas-depyramide commençait à être ressentie. Les jeunes entrepreneurs ne profitaient d’aucun accompagnement, encore moins de soutien financier. On pouvait dès lors penser que les investisseurs seraient intéressés à des placements dans de très petites entités dont ils pourraient suivre le développement réel bien davantage que celui des grosses entreprises limitées à leur rapport annuel de papier très glacé. « Près de 300 entreprises créées, bientôt, et des emplois, et un espoir, surtout. » Une entité d’accompagnement à la création était dès lors à monter : sur une base associative, sans but lucratif et financée par des entrepreneurs locaux ou régionaux intéressés au développement territorial dans leur environnement proche. Cela aurait pu être un « plus » important dans l’offre des banques. Cela ne le fut pas, et Genilem ainsi naquit. Sur Vaud et Genève, très rapidement suivie par Fribourg, Neuchâtel et le Valais. 15 ans après, quel bilan tirez-vous de l’activité de l’association ? En 15 ans, le marché de l’accompagnement s’est magnifiquement développé et de nombreuses structures, parfois proches de concept, plus fréquemment dans des orientations différentes, ont suivi Genilem qui s’était installée, maïeutique, Créateurs No 12 - MARS 2010 « Genilem détient à ce jour la clé d’entrée dans le monde économique et social. » privée et unique, dans toute la Suisse occidentale. Il y eut là pourtant assez rapidement une fissure dans le concept de certaines antennes : ce n’était pas des entrepreneurs qui développaient l’accompagnement mais c’était les Etats, au travers souvent de leur Promotion économique publique. On gagnait en formalisation du service et en systémisation, on perdait en esprit d’entreprise. Car dans le premier cas, public, il y a systémique rigide, et dans l’autre, association de privés, goût du risque, soif d’autonomie, dynamique à tout crin. Genilem est restée sur sa voie entrepreneuriale mais elle a cédé dans quelques cantons aux sollicitudes de l’Etat. Tant l’association que la chose publique y ont perdu : la première en se rigidifiant et en se bureaucratisant, la seconde en perdant un contact avec le mordant des entreprises locales. Après 15 ans, il s’agit de rétablir les principes caractéristiques de chacun. Il www.genilem.ch
Organismes y a une force admirable dans une association comme Genilem qui s’est portée en Suisse alémanique, qui s’est appliquée en Afrique occidentale. Près de 300 entreprises créées, bientôt, et des emplois, et un espoir, surtout. Non pas financier seulement, mais une perspective de création d’emplois, la volonté de créer des produits durables, environnementaux, de mieux vivre équitable. On sait en effet, en analysant la crise récente, que la production pour rentabilité seulement est perdue à terme. Dans un monde qui se doit plus humain, qui se doit plus environnemental, qui se devra plus équitable pour passer au-delà d’une révolution. « Le créateur est une race qui n’évolue qu’en fonction du contexte socio économique. » Quel est l’avenir de Genilem ? Tant qu’il s’inspirera du contexte socio économique, qui ne cesse de varier et de faire face aux climats du monde, l’avenir de Genilem sera grand. Jamais définitif, jamais enchevêtré dans des procédures fermées, jamais satisfait, toujours quêtant le mieux adapté, Genilem cherchera encore et toujours pour l’entreprise en démarrage l’entrée la plus fine et la plus appropriée dans la vie. Genilem détient à ce jour la clé d’entrée dans le monde économique et social. Elle a la clé, une clé en tous les cas, de l’entrée vers une production durable : c’est le mieux vivre équitable. Une montre de luxe profilée à neuf propose un mieux vivre à son client, mais seul un système d’énergie renouvelable ou une organisation agricole coopérative sont des projets équitables. Ce sont eux qui dureront et eux avant tout sont un projet Genilem. La seconde touche caractéristique de l’avenir de Genilem, c’est l’accès au financement. Le jeune entrepreneur suisse a, comme ses illustres prédécesseurs banquiers, la discrétion en matière financière rivée au corps et portée en bandouillère. Il ne transmet pas ses chiffres de résultat, il ne fait qu’évaluer, et souvent vaguement, son chiffre d’affaires, il ne parle pas de son bénéfice ou de sa perte, « c’est secret ». Genilem lutte pour l’ouverture, elle forme ses créateurs au maniement des chiffres. Troisième spécificité d’avenir, l’approche des marchés. Actualité deS partenaires On segmente, on démultiplie, on analyse ceux auxquels on va s’adresser. Il faut répondre à un besoin ou alors se taire, il faut savoir convaincre ou alors renoncer. Ni trop tôt ni trop tard, le créateur chez Genilem apprend à évaluer son potentiel réel. Fort de ces trois atouts, l’avenir de Genilem est très ouvert car ce sont 295.000 entreprises suisses qui forment l’économie sociale et les bases du PNB. Ce chiffre croît et les renouvellements sont constants. L’économie d’après crise, est celle qui se déploie sur la base de la pyramide économique, c’est le terrain de Genilem. Les créateurs d’entreprises de 2010 sont-ils différents de ceux de 1995 ? Le créateur est une race qui n’évolue qu’en fonction du contexte socio économique. Toujours inventif, toujours courageux, toujours apeuré par les machineries bureaucratiques, qu’elles soient publiques ou privées. Le créateur est solitaire, inlassablement, il recherche du soutien et de l’accompagnement. Parfois il voudrait qu’on le conduise, alors ce n’est pas un créateur et Genilem ne va pas l’accompagner. Parfois il s’aperçoit que la charge est trop lourde et l’incertitude des revenus - surtout en début de parcours - l’angoisse. Alors il va renoncer. Mais celui qui en veut, celui qui veut transmettre à ses enfants l’envie du projet, de l’indépendance, du jeu bien mené, celui-ci, en 1995 comme en 2010, est un créateur qui va gagner et ouvrir des emplois, améliorer le vécu des gens et créer même imperceptiblement une meilleure équité du monde. Pourquoi avoir développé Genilem en réseau suisse et même mondial ? Est-ce que cela fonctionne ? Pour ne pas tourner et retourner les solutions et les pistes de développement dans un microcosme fermé, et pour éviter de les perpétuer jusqu’à l’ennui puis jusqu’à l’échec, il s’agit de mettre en compétition des entités semblables. Genève lorgne sur Vaud, Fribourg s’inspire, mine de rien, de l’arc jurassien, Aarau n’a pas saisi un principe romand mais sa solution se révèle inventive et bien plus dynamique. Il en va de même avec Ouagadougou qui invente un nouveau système de financement. Sion n’y croit pas a priori mais à la longue, ça fonctionne et tous l’appliquent bientôt. Des antennes très autonomes, c’est l’assurance de pugilats forts en interne et d’affrontements entre des entreprenants outillés et convaincus, mais les discussions les plus vives débouchent sur des consensus qui laissent pantois, tant ils sont novateurs, tant ils sont percutants. Un Réseau est un formidable outil de compétences et d’échanges. Pour vous, qu’est-ce que l’innovation aujourd’hui ? « L’innovation c’est se jucher sur les épaules des géants » et développer un mieux vivre à partir de là, disait Graham Bell, l’inventeur du téléphone. Innover, c’est ne pas imiter, mais s’inspirer d’une idée déjà innovante et y rajouter un « plus », affirme Ferran Adria, le chef 3 étoiles du restaurant catalan El Buli. Innover c’est voir la surface de l’étang s’iriser d’un souffle nouveau. Innover, c’est être différent des autres pour un mieux vivre équitable. L’innovation horizontale ne mène à rien surtout si elle n’est basée que sur le dumping ou une baisse du prix. Il faut innover long, innover équitable, innover mieux vivre, là se feront les gains de demain et la réussite. Créateurs No 12 - MARS 2010 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 1Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 2-3Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 4-5Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 6-7Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 8-9Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 10-11Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 12-13Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 14-15Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 16-17Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 18-19Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 20-21Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 22-23Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 24-25Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 26-27Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 28-29Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 30-31Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 32-33Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 34-35Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 36-37Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 38-39Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 40-41Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 42-43Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 44-45Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 46-47Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 48-49Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 50-51Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 52-53Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 54-55Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 56-57Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 58-59Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 60-61Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 62-63Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 64