Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
Créateurs n°12 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : créativité intercantonale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 QUE SONT-ILS DEVENUS Créateurs No 12 - MARS 2010 J’ai fait le pari que notre technologie serait prête quand les technologies de transfert et de stockage seraient prêtes aussi. En décembre 2004, Google a annoncé son gigantesque projet. Cela nous a donné une nouvelle dimension et confirmé nos intuitions. Dans le premier article du New York Times sur la question, nous étions cités en bas de page comme la société qui répondait à ce besoin. Ce jour-là, mon téléphone n’a pas cessé de sonner. La planète entière appelait pour savoir ce que je pouvais faire. Evidemment, ils pensaient que c’était gratuit. Quand je suis arrivé avec ma machine à CHF 300 000, plus personne n’était en ligne. « La connaissance est emprisonnée dans les pages des livres. Il faut la chercher, la valoriser. On va libérer la connaissance. » Puisque Google a annoncé que tout allait être gratuit, notre carnet de commandes a été gelé. En 2006, les affaires sont reparties car les gens se sont rendus compte que Google exagérait et qu’il ne fallait pas trop attendre d’eux. En plus, il y a eu beaucoup de procès intentés par les éditeurs pour des questions de droit d’auteur que Google ne respecte pas. Le processus de numérisation enclenché, nous avons lancé notre deuxième plan, la prestation de services. Depuis la première esquisse du premier business plan que l’on avait fait pour Genilem, c’était notre objectif. Du coup, on commencé à étendre notre activité pour devenir aujourd’hui le plus grand atelier de numérisation en Suisse : livres de référence des entreprises, des institutions ; les registres d’Etat civil, le cadastre. Il y a aussi Sociétés les documents des grandes organisations internationales. Nous ne sommes pas sur le même marché que Google. C’est-à-dire que vous aviez prévu tout le développement de l’entreprise ? Nos premières idées, dans notre premier business plan qui tenait sur une page et demi et que nous avions présenté à Genilem, étaient les meilleures. Toutes les déviations imposées par les venture capitalists, les investisseurs qui n’avaient rien compris, qui se trompaient car ils voulaient des business model mesurables étaient fausses. Que de temps perdu avec ces connards ! Dix ans plus tard, nous faisons exactement ce qui était prévu en 2000. On avait trouvé notre voie avec nos premières idées : on a commencé par vendre notre technologie à des entreprises, à des universités pour s’autofinancer et pour pouvoir développer ce service de numérisation. Continuez-vous à vendre des machines ? Oui, nous continuons sur les deux dimensions : digitalisation et construction de machines. Comme nous ne pouvons pas offrir notre service dans tous les pays, nous avons sorti une petite machine, la Digitizing Line mini, qui se rapproche d’une photocopieuse par la taille. On équipe des acteurs des marchés locaux avec lesquels, à terme, nous voulons développer des franchises et des partenariats. Est-ce qu’un jour tous les livres seront numérisés et le rêve des Anciens d’une bibliothèque universelle sera réalisé ? Oui probablement mais ce n’est pas à notre échelle. Même si l’on vit cent ans, on n’y arrivera pas. Je suis très heureux de participer à une telle aventure. La connaissance est emprisonnée dans les pages des livres. Il faut la chercher, la valoriser. On va libérer la connaissance. On contribue à quelque chose de superbe. A l’époque, j’utilisais une autre formule : on fabrique les pompes qui vont extraire le pétrole de demain. Le combustible, c’est l’information.
Sociétés Sandy Wetzel Deux millions pour des isolants verts Formidable coup d’accélérateur pour le développement de l’entreprise Gramitech SA : une augmentation de capital de CHF 2 millions a été réalisée avec le fonds de seed capital Polytech Ventures et divers investisseurs privés. 350’000 francs, puis 350’000 autres francs huit mois plus tard, et finalement 1.3 millions investis par Polytech Ventures en novembre 2009. La start-up vaudoise, encore presque totalement méconnue il y a deux ans, séduit les investisseurs du « green new deal ». Anciennement nommée Biomass Process Solutions et installée à Chavornay (VD), Gramitech développe et fabrique des panneaux d’isolation à base de fibres de celluloses extraites d’herbe (voir Créateurs no 7, décembre 2008). « Gramitech pourra démontrer que les produits verts peuvent être rentables à grande échelle. » Deux nouveaux sites de production Les produits écologiques sont souvent handicapés par leurs prix peu compétitifs et une plus-value difficilement perceptible par le client. Le secteur est donc, d’une certaine manière, tributaire des aides publiques. Grâce à ce financement destiné à étendre ses opérations et ainsi satisfaire la demande de l’industrie de la construction, Gramitech pourra démontrer que les produits verts peuvent être rentables à grande échelle. Les deux millions de francs fraîchement arrivés permettront une forte augmentation de la capacité de production de l’entreprise. En Suisse, un nouveau site sera aménagé avec un espace de production et de stockage plus important. Et un second site sera créé en France. Un concours, un événement, et c’est parti ! La rencontre avec le fonds d’investissement Polytech Ventures a lieu en juin 2009 dans le cadre du Cleantech Summit, organisé à Genève. Au préalable, Gramitech avait été sélectionné parmi les 25 meilleures entreprises européennes du secteur des technologies environnementales et de l’énergie (cleantech). L’entreprise a ainsi eu le privilège de se présenter devant un parterre international d’investisseurs. A l’image d’un bon nombre de participants, Polytech y était venu pour évaluer des opportunités d’investissement. Une relation suivie s’est alors établie entre la start-up et le fonds d’investissement régional. Et en cinq mois, l’affaire était conclue. Une solide équipe de management Suite à son entrée dans le capital de la société, Polytech Ventures s’est vu attribuer deux sièges au nouveau conseil d’administration de Gramitech SA. Per Dybwad, CEO du fonds, a même été élu président. « Avec cet engagement, Polytech renforce nos capacités, et les responsabilités sont mieux distribuées. L’engagement de Polytech est important et très bienvenu. » souligne Stefan Grass, inventeur et fondateur de l’entreprise. Polytech Ventures SCPC• Fonds d’investissement d’environ CHF 15 millions• Créé conjointement par l’EPFL, l’Etat de Vaud, le Parc scientifique d’Ecublens (PSE), la Fondation pour l’innovation technologique (FIT) et la Fondation de famille Sandoz.• Mission : favoriser la création et le développement d’entreprises technologiques situées en Suisse occidentale. FINANCEMENT www.gramitech.ch www.polytechventures.ch Créateurs No 12 - MARS 2010 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 1Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 2-3Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 4-5Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 6-7Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 8-9Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 10-11Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 12-13Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 14-15Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 16-17Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 18-19Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 20-21Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 22-23Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 24-25Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 26-27Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 28-29Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 30-31Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 32-33Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 34-35Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 36-37Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 38-39Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 40-41Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 42-43Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 44-45Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 46-47Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 48-49Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 50-51Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 52-53Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 54-55Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 56-57Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 58-59Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 60-61Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 62-63Créateurs numéro 12 mar/avr/mai 2010 Page 64