Créateurs n°11 déc 09/jan-fév 2010
Créateurs n°11 déc 09/jan-fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de déc 09/jan-fév 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Genilem

  • Format : (212 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : du chômage à l'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 PROFILS DE CRéATEURS Propos recueillis par Sophie Haerri Objectif result, cabinet de conseil stratégique Diplômé en microtechnique de l’HEIG-VD en 1989, Jean-Marc Hoesli a occupé durant une vingtaine d’années divers postes à responsabilités dans des entreprises industrielles avant de créer « Objectifresult », un cabinet de conseil stratégique. En parallèle, il travaille comme conseiller technologique pour le domaine micro-nanotechnologies d’Alliance, l’un des cinq consortiums nationaux de transfert de savoir et de technologies. Marié, père de deux enfants et passionné de voyages, Jean-Marc Hoesli a su concilier vie familiale, carrière et formation en cours d’emploi afin de se donner les moyens de ses ambitions. Portait d’un visionnaire. Jean-Marc Hoesli, Objectifresult www.objectifresult.ch Créateurs No 11 - décembre 2009 Après vingt ans passés dans l’industrie, vous avez entrepris une formation postgrade Executive MBA à l’HEG de Neuchâtel. Qu’estce qui vous a décidé ? A partir de 2003, j’ai senti que ma carrière plafonnait et que l’approche sous l’angle technique des problèmes ne suffisait plus. J’ai donc entrepris cette formation en cours du soir pendant trois ans tout en continuant à travailler à 100%. Comme vous pouvez le deviner, ce fut une période très intense mais cette formation m’a apporté les connaissances complémentaires notamment en marketing, stratégie, ressources humaines et en finances nécessaires à aborder les problèmes avec une approche globale. Comment vous est venue l’idée de créer votre société ? Pour mon diplôme, j’ai réalisé un audit stratégique et une étude de marché pour une société active dans le secteur de l’automation. Dans ce cadre, en discutant avec des directeurs de PME en Suisse romande, je me suis rendu compte que certains restaient « le nez dans le guidon » en permanence, absorbés par les problèmes courants et qu’ils n’avaient simplement pas le temps de prendre du recul pour se poser les questions fondamentales pour assurer la pérennité de leur société. J’ai donc décidé de fonder Objectifresult Sàrl. Quels ont été les débuts ? Ma famille m’a aidé à constituer les fonds propres et, au départ, je travaillais à domicile. Je me suis vite rendu compte que j’étais constamment dérangé et que je n’avais pas de vrai bureau pour recevoir les clients. Cette solution n’étant pas optimale, j’ai donc intégré le parc scientifique et technologique Neode. Cela comporte de nombreux avantages, premièrement au niveau de l’utilisation des infrastructures et services communs, ensuite parce que baigner dans un environnement technologique est propice aux synergies entre entreprises. Quels sont les services proposés par « Objectifresult » ? Nous analysons les entreprises sous trois angles complémentaires. En premier lieu la demande pour des produits technologiques sur certains marchés (greentech, medtech,…). Ensuite, les concurrents déjà en place dans ces secteurs. Puis nous réalisons un audit interne de la Sociétés société pour déterminer ses forces et faiblesses et les comparer à celles de ses concurrents. Cette étude permet à l’entreprise de trouver le secteur optimal dans lequel se diversifier. Parfois, nos études de marché indiquent que les efforts à fournir pour qu’une société entre sur un marché sont trop élevés. C’est utile qu’elle le sache avant d’investir des dizaines de milliers de francs en R & D ! « Cette étude permet à l’entreprise de trouver le secteur optimal dans lequel se diversifier. » Vous avez eu l’occasion de beaucoup voyager dans les cadres professionnel et privé, notamment aux Philippines, en Inde, en Indonésie, au Mexique, aux Etats-Unis, en Israël et dans nombre de pays européens. Y en a-t-il un dans lequel vous auriez souhaité (rêvé) vous installer ? Oui, en Indonésie. Ma femme et moi aimons beaucoup ce pays et cela aurait été une très bonne expérience. Mais il est vrai que lorsqu’on voyage beaucoup, on se rend compte de la beauté de la Suisse et de la qualité de vie qui nous y est offerte. Quels sont vos projets pour l’avenir ? Au niveau d’Objectifresult, nous projetons d’étendre notre réseau de vente en France et en Suisse alémanique. J’ai aussi commencé à rédiger un cours de management et de motivation regroupant différentes théories d’économie d’entreprises que j’ai eu l’occasion de pratiquer. Mon expérience m’a appris en effet que beaucoup de cadres sont très bons techniquement mais manquent de connaissances en psychologie et management pour motiver leur team. Quels conseils pouvez-vous donner aux créateurs d’entreprises qui se lancent ? Se confronter au marché le plus tôt possible et faire très attention à leur trésorerie. Je peux également leur conseiller de démarrer seul mais de s’entourer de spécialistes. Bien que le parcours d’entrepreneur soit juché d’embûches, il apporte beaucoup de satisfaction, de liberté et d’épanouissement. Si c’était à refaire, je recommencerais demain !
Sociétés PROFILS DE CRéATEURS Myriame Dubi Un nouveau départ pour une start-up de l’an 2000 Deux des trois associés fondateurs de Luciol Instruments, Bruno Huttner et Patrick Stamp (le troisième étant Jürgen Bendel) nous ont expliqué la situation peu commune de leur entreprise : elle a pour la deuxième fois le « statut de start-up » avec les mêmes entrepreneurs. Luciol Instruments, société spécialisée dans le domaine des instruments de mesure en fibre optique, a été fondée en 2000. A l’époque, les trois entrepreneurs se connaissaient depuis quelques années et avaient même eu l’occasion de collaborer dans un groupe de travail à l’université. Chacun avait néanmoins l’impression de « tourner en rond » et pourtant, ensemble, ils détenaient un prototype développé par l’un des fondateurs et basé sur une technologie pointue dans le domaine de la fibre optique. L’idée de lancer leur propre entreprise leur est donc venue naturellement, et les affaires sont allées bon train durant le premier exercice, avant de se détériorer par la suite. En effet, si les commandes enregistrées en 2001 ont été nombreuses, elles ont été réduites à néant durant tout le premier semestre de l’année suivante. Très vite, les fondateurs ont été confrontés à un choix d’avenir difficile. Vendre à Sunrise Telecom s’est révélé être la meilleure solution. Une première expérience d’indépendance écourtée, donc, puisqu’ils se sont dès lors retrouvés salariés de leur ex-start-up, devenue filiale de Sunrise. Un second challenge L’ambition et la persévérance des créateurs de Luciol Instruments, ainsi que leur volonté entrepreneuriale, leur ont finalement permis, en janvier 2009, de reprendre les rênes de l’entreprise, suite à un management buy-out négocié avec Sunrise Telecom. Les trois fondateurs initiaux se retrouvent donc à nouveau, avec quelques années d’expérience en plus, dirigeants de leur société. Ce second « épisode » relève également d’un nouveau challenge. Certes, lors de la reprise de l’entreprise, l’historique était profitable, de nombreuses étapes ayant été franchies depuis l’an 2000. Mais la nouvelle direction ne se repose sur ces acquis, bien au contraire ! Démarchage de nouveaux marchés, diversification de l’offre, renforcement du réseau de clientèle, etc. Ainsi, les produits de Luciol Instruments tendent à entrer dans le marché très fermé de l’aéronautique et de la défense. Des premiers prospects positifs ont été établis avec des grands constructeurs et aboutiront probablement à des commandes dans un proche futur. Notons que dans le domaine de l’aviation, généralement, les circuits de vente sont longs (5 ans et plus). Et si Luciol parvient à décrocher des commandes d’ici la fin de l’année ou pour le début de l’année prochaine, les délais usuels seront ainsi largement réduits ; ce qui lui conférerait un avantage comparatif indéniable. Crise économique VS maturité du projet Lorsque l’on soulève l’aspect de la conjoncture économique actuelle, les deux chefs d’entreprise confient bien évidemment être confrontés aux budgets restreints des sociétés et à leur réticence quant à d’éventuels investissements. Malgré cela, ils constatent aussi, avec le sourire cette fois-ci, que d’un point de vue temporel leur produit arrive sur le marché exactement au bon moment. Leur offre comble en effet un besoin grandissant exprimé par les entreprises. A ce niveau, la comparaison avec la création de Luciol Instruments en 2000 est intéressante. A la fin des années 90, la situation économique était indéniablement plus favorable qu’aujourd’hui pour les start-up. Toutefois, l’expérience acquise au cours des dernières années et le fait que l’entreprise soit déjà en activité facilite les démarches. De plus, et ils sont tous deux d’accord pour le dire, lors de la création de la start-up en 2000, le risque était moins grand d’un point de vue personnel. En 2009, ils considèrent qu’à 40 ans passés, la prise de risque personnelle en termes de carrière professionnelle est plus grand. Les possibilités de « rebondissement » seraient donc inversement proportionnelles à l’âge. Quelques conseils après deux expériences de création Les conseils que les fondateurs de Luciol Instruments donneraient à un jeune entrepreneur seraient de « se lancer, surtout si on est jeune, vivre cette expérience, mais aussi être prêt à ce que tout change entre le moment où l’on initie son projet et où l’on est prêt ». Et avant de débuter l’aventure, ils recommandent vivement à tout porteur de projet d’entreprise de se poser les questions suivantes : « A qui vendre quoi et comment le vendre ? ». En définitive, l’identification du marché cible et un soutien externe est une des clefs du succès. Aussi suggèrent-ils aux créateurs de s’occuper eux-mêmes, par un suivi permanent, des clients identifiés comme les plus prometteurs. En effet, lorsque la vente est déléguée à des employés ou à des représentants, le risque que ces derniers n’aient pas la même connaissance du produit et les mêmes priorités dans leur agenda est trop important. « Il est impératif que le créateur garde le contrôle des relations avec ses principaux prospects et clients. Il existe dans la région un réseau de support existant sur lequel tout entrepreneur peut s’appuyer ». Eux-mêmes sont d’ailleurs sur le point de se faire aider par un coach de Platinn(Plate-forme d’appui à l’innovation de Suisse occidentale), grâce à une mise en contact générée par l’Association vaudoise pour la promotion des innovations et technologies (AIT). Bruno Huttner et Patrick Stamp, Luciol Instruments www.luciol.com Créateurs No 11 - décembre 2009 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 1Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 2-3Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 4-5Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 6-7Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 8-9Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 10-11Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 12-13Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 14-15Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 16-17Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 18-19Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 20-21Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 22-23Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 24-25Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 26-27Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 28-29Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 30-31Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 32-33Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 34-35Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 36-37Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 38-39Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 40-41Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 42-43Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 44-45Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 46-47Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 48-49Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 50-51Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 52-53Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 54-55Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 56-57Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 58-59Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 60-61Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 62-63Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 64-65Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 66-67Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 68-69Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 70-71Créateurs numéro 11 déc 09/jan-fév 2010 Page 72