COTE Marseille Provence n°132 mai/jun 2011
COTE Marseille Provence n°132 mai/jun 2011
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°132 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : Marseille, capitale du bijou fantaisie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CEATIVITY CREATIONS 26 Ci-contre de haut en bas : En pleine répétition, le groupe LA FRANÇAISE, qui prépare quatre albums live d’ici la fin de l’année 2011. Erik le Français, chanteur et guitariste. Le rock en version originale, please ! « Bien sûr, la langue anglaise est championne toute catégorie en la matière, parce qu’Elvis Presley et Bob Dylan aux Etats-Unis, parce que les Beatles et les Rolling Stones en Angleterre… Ils forment les piliers de la culture rock dont toutes les générations se délectent, se réfèrent et s’inspirent – artistes et public compris. Depuis 60 ans, nous sommes habitués à entendre du rock en V.O, alors, c’est vrai que l’écouter dans une autre langue, ça peut choquer ! Il faut avouer que la pire mièvrerie anglaise sera toujours plus appréciée qu’un groupe qui chante un truc sublime, mais en espagnol ; une question de sonorités, d’harmonies, de musicalité de la langue et de mythologie aussi… Les scènes de Liverpool, Manchester ou Londres font forcément plus rêver que celles de Rome, d’Athènes ou de Prague ! Cette part du mythe demeure, quoiqu’il advienne. Et puis, il y a ce rapport exceptionnel qui relie les Britanniques à la musique, leur rapport au travail, bien loin de l’image d’Epinal de « légendaires glandeurs » qui leur collent à la peau… Ces mecs bossent vraiment beaucoup, les jeunes pratiquent la musique en grand nombre, n’importe où et n’importe comment, avec très peu de subventions, mais bénéficiant heureusement d’une très large visibilité due aux innombrables réseaux de diffusion indépendants. » Rock en Seine 2011 : des Anglais par milliers… « Avec cette 9 e édition, Rock en Seine a pris, je crois, ses marques dans le paysage des festivals internationaux bien qu’il soit encore un « jeune » festival. C’est devenu un rendez-vous obligé de fin d’été, à Paris, où les visiteurs sont heureux de se retrouver après leurs vacances, dans un domaine unique et classé, pour vivre une véritable expérience. Tout ne relève pas en effet de la programmation musicale : avec ce festival, j’essaye aussi d’inventer une ville idéale de 35000 habitants réunis autour d’une même passion et des activités parallèles (expos, ateliers, jeux vidéos, etc.) Cette année, nous proposons une quatrième scène, ce qui veut dire, l’accueil de 15 groupes supplémentaires, 60 groupes au total, dont presque la moitié, je pense – mais je n’ai pas compté – provient de Grande-Bretagne : Anna Calvi, The Kills (duo anglo-américain), Artic Monkeys, The Horrors, Big Audio Dynamite, etc. » -/interview LA FRANÇAISE Erik Baroux et Jérôme Allaguillemette – dit Jay – ont formé le groupe La Française en août 2008 à Paris, très vite rejoints par Jim Yu, batteur « sans limites ». Parallèlement à leur formation musicale qui privilégie l’impro et le mix d’influences (dont une rythmique à trois temps, calquée sur la valse), ils développent au sein de la Compagnie Générale du Rock, société de production audiophonique et d’événementiel, de multiples activités destinées à promouvoir des artistes créatifs d’origine française ou anglaise dans le domaine des musiques actuelles rock electro. Ils projettent d’ouvrir une succursale à Londres. Pour les Anglais, le rock, c’est sérieux ! « Ce qui différencie la Grande-Bretagne d’avec les autres pays, c’est le rapport clanique qu’elle entretient depuis toujours avec la musique. Chez eux, jouer d’un instrument, la pratiquer en groupe, et surtout écouter du live semble aussi naturel que pour les Français de déserter les classes de musique à l’école ou de terminer son repas par un café... Dans chaque pub situé à chaque coin de rue, les British se retrouvent tous les soirs après le travail pour siroter une bière et découvrir les six groupes qui vont se produire sous leurs yeux, discuter naturellement avec eux à la fin de leur set, qui sera rétribué sans discussion par l’hôte des lieux. A Paris, l’offre des concerts gratuits, spontanés, est quasi nulle, et quand elle existe, elle s’envisage avec zéro considération artistique : la prestation du groupe n’est d’ailleurs envisagée qu’au ratio des boissons consommées durant la soirée. Pour les Anglais, le rock, c’est vraiment du sérieux, il coule dans leurs veines, et leur héritage musical est considérable. Dans les années 50-60, ce n’était pas seulement un son nouveau, une accélération du blues basée sur un beat à deux temps qui déchaînait les corps et les sens, mais aussi l’expression d’un discours social, politique et militant. »
Originaire de Sheffield, ARCTIC MONKEYS du rock puissance 1000 à Rock en Seine ! La Compagnie Générale de Rock bientôt à Londres ? « Avec La Française, nous affichons clairement la couleur ! Notre groupe évoque tout à la fois le fantasme d’une figure féminine qui fait rêver le monde entier, mais aussi, un point géographique, une identité culturelle, une langue, des traditions, une façon de penser et d’être en harmonie ou pas avec le monde. On déclame nos origines, paradoxalement, comme pour démystifier cette question cruciale de l’identité, pour se donner toutes les libertés et se lancer les défis les plus fous, du style « ouais, notre accent anglais n’est pas parfait et on s’en fiche ! On est La Française et on se produit quand même à Glasgow dans le club des Franz Ferdinand… » Notre approche est très inspirée du « rock à l’anglaise » dans le sens où nous privilégions les sessions d’improvisation comme mode de création, l’esprit de groupe, la force du clan, tout ce qui fait l’identité des Anglo-Saxons. Basée à Suresnes, notre société La Compagnie Générale de Rock (2), qui représente des groupes britanniques émergents comme The Riff Raff, Sixnationstate ou The Leisure Society, a pour ambition d’établir un réseau d’échange avec des villes de Grande-Bretagne, et à moyen terme d’installer une succursale à Londres. Parallèlement, nous développons avec la Blanchisserie, galerie d’art contemporain située à Boulogne-Billancourt, un concept inédit de production : des concerts uniques captés sur place et gravés sur des vinyles diffusés en éditions limitées, comme des œuvres d’art. » (1) Europavox, du 25 au 28 mai 2011 à Clermont-Ferrand, avec notamment Aaron, Morning Parade, Boys Noize, Gotan Project, Selah Sue, Catherine Ringer, etc. www.europavox.com (2) lacompagniegenerale.com - www.la-blanchisserie.abcsalles.com GUY AROSCH schmaltz in English willalways be more appreciated than a band singing something sublime but in Spanish ; it's to do with sounds, harmonies, the musicality of the language, and mythology too. The music scenes in Liverpool, Manchester or London necessarily inspire more dreams than those in Rome, Athens or Prague ! The mythical aspect remains, whatever happens. And then there's that special relationship the British have with their music, the way they work, nothing like the stereotyped dilettante image that sticks to them. Those guys work their guts out ; huge numbers of youngsters play music anywhere, any how, with very little in the way of grants but fortunately considerable exposure thanks to innumerable independent distribution networks." 2011 Rock en Seine : Brits by the thousand "With this ninth edition, Rock en Seine is firmly established on the international festival scene even though it's still young in festival terms. It's become a late summer Paris must where people are happy to get together to enjoy a real experience. It's not all to do with the music programmed, I also try to create an ideal community of 35,000 people drawn together by a shared passion and activities. This year we're adding a fourth stage, meaning 15 more bands. Sixty bands are playing in all, almost half, I think, from the UK : Anna Calvi, The Kills (an Anglo- American duo), Arctic Monkeys, The Horrors, Big Audio Dynamite etc." Erik Baroux and Jérôme Allaguillemette formedthe band La Française in August 2008 in Paris, quickly joined by Jim Yu, drummer "with no limits". As wellas the band, which goes in for jamming and mixing, they run La Compagnie Générale du Rock, a production company they use for developing many different activities aimedat promoting creative musicians, French or British, on today's electro-rock music scenes. They have plans to open a branch in London. Rock's a serious business for the British ! "What makes the UK different from other countries is the clan spirit there has always been in its music scene. Over there, playing an instrument, playing in a band and above all listening to live music are as natural as it is for the French to skip music classes at school or end meals with a coffee. In the pubs, the British get together in the evenings to down a few beers, listen to the bands playing and chat with them after their set ; the bands even get paid ! In Paris there are virtually no free, spontaneous, gigs, and when there are they get precious little artistic consideration. The British take rock music seriously, it flows in their veins and their musical heritage is considerable. In the 50s-60s it wasn't just a new sound, a speededup blues using a two-four beat that made bodies and senses pulsate, it was the expression of a social, political and militant message too." La Compagnie Générale de Rock in London soon ? "The band's name, La Française, says it all ! It evokes the fantasy female figure that the whole world dreams of but also a geographical location, a cultural identity, a language, traditions, a way of thinking and being in or out of harmony with the world. We declaim our origins, paradoxically, as if to demystify that crucial question of identity, to allow ourselves every freedom and set ourselves the craziest challenges, along the lines of "OK, our English accent isn't perfect but we don't give a damn ! We're La Française and we still play Franz Ferdinand's club in Glasgow." Our approach is very inspired by British rock in the sense that we prefer jamming sessions as a creative means, band spirit, clan strength, everything that goes into the Anglo-Saxon identity. La Compagnie Générale de Rock (2), based in Suresnes, represents emerging British bands – The Riff Raff, Sixnationstate, The Leisure Society – and aims to establish an exchange network with UK cities and to setup a branch in London. Alongside that we're developing an unprecedented production concept with La Blanchisserie, a contemporary art gallery : one-off concerts recorded on the spot and produced as limited edition vinyls, like artworks." Festival Rock en Seine : www.rockenseine.com mai-juin 2011 www.cotemagazine.com CREATIVITY CREATIONS 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 1COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 132-133COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 134-135COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 136-137COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 138-139COTE Marseille Provence numéro 132 mai/jun 2011 Page 140