COTE Marseille Provence n°131 mar/avr 2011
COTE Marseille Provence n°131 mar/avr 2011
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°131 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (239 x 302) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 23,7 Mo

  • Dans ce numéro : décoration, l'imagination au travail.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
URBAN FOCUS 96 URBAN Par Gérard Martin - Photos Christophe Billet Emmanuel Régent La nature est pour lui une épiphanie, un perpétuel sujet d’émerveillement. Le minéral, le végétal, l’animalité le subjuguent. Les genres peuvent être croisés en trempant dans l’or ou l’argent des grappes de raisins, des cartilages d’animaux, les mâchoires d’une dorade royale qu’il a lui-même pêchée et qui lui évoque le monde du silence. Emmanuel piège le silence, le déroulement de l’espace et du temps sur des feuilles de papier Canson. Il dessine des foules et des files d’attente en usant des centaines de crayons-feutres. Il lui arrive de rouler des feuilles d’aluminium de deux kilomètres de long pour en faire une boule étincelante. Cette intrusion patiente dans notre environnement requiert des trésors d’invention, un regard transgressif, qui s’apparente à l’écoute. -/Mineral, vegetable, animal : it all enthrals him. Sometimes he mixes them, coating with gold or silver a bunch of grapes, cartilage from an animal, a jawbone or a gilthead bream. Emmanuel captures silence, the unfolding of time and space, on sheets of drawing paper. He draws crowds and waiting queues, usingup hundreds of felt tip pens. On occasion he's rolledup two kilometres of aluminium foil to make a shiny ball. Œuvres d’Emmanuel Régent, dans l’univers de sons, de formes et d’images chez Bang & Olufsen, 118 rue Paradis, Marseille. Et en installation chez Intra Muros, 167 rue Paradis, Marseille. SandroDella Noce Magique ce gros lapin sculpté à la tronçonneuse dans une souche ! La nervosité de l’entaille lui donne un air de totem. L’expressivité du bois s’allie à la rigueur de la géométrie. Géométrie qui se déploie plus loin dans des propositions métalliques et radicales. Le croisement de l’organique et du construit requiert une âme d’artiste. « L’art est un langage. J’invente des formes que j’assemble comme les mots d’une phrase. » La couleur même est une matière que Sandros’ingénie à sculpter. De grands dessins à la craie, issus des souvenirs d’enfance esquissent une scénographie... exquise ! -/A big rabbit carved by chain saw from a tree stump : magical ! Further along we find extreme geometry in metal. To marry the organic and the constructed in this way requires a true artist's soul. "Art is a language. I invent shapes and put them together like words in a sentence." Even colour is a material Sandrosculpts, making an exquisite scenography from big chalk drawings drawn from childhood memories. Présence de SandroDella Noce chez UgoT – ToGu, 149 rue Paradis, Marseille et chez Dôme Vanadia, 165 rue Paradis, Marseille. mars-avril 2011 www.cotemagazine.com PROVENCE De gauche à droite, Emmanuel Régent : « Deneb du Cygne ». Courtesy the artist & Espace A Vendre Nice, le Cabinet & I Love My Job Paris. Virginie Barré : « Gorilla-man », 2010. Résine epoxy, costume, ballon gonflable (170x150 cm). Courtesy the artist & galerie Loevenbruck, Paris. SandroDella Noche : Sculpture « Amiante sur Table », 2009, (200x190x170 cm), OSB quadri, médium, CP de coffrage, sac de conditionnement de l'amiante, tubes galva. Courtesy the artist. Pierre Malphettes « La rencontre entre la nature et l’urbain m’intéresse ». Ce no man’s land recèle beaucoup de poésie. « Je travaille indifféremment le fer, le verre, le bois, la terre. Je croise les techniques industrielles et artisanales. En confrontant le verre à l’acier je marie la pesanteur et la transparence, la force et la fragilité. Je privilégie la diversité. Tout tient dans l’équilibre et l’agencement. En tant que sculpteur je suis obnubilé par la matière, les forces, les énergies qui la constituent. La physique, la thermodynamique, les théories sur le chaos, l’entropie m’inspirent. La science fiction aussi, mais une science fiction réaliste, un présent toujours en devenir ». Les installations de Pierre se révèlent avec une élégance d’objets puissants et raffinés. -/"The meeting between nature and the urban intrigues me". This no-man's-land conceals much poetry. "l'm equally happy to work with iron, glass, wood or clay. Putting glass and steel together I wed weight with transparency, strength with fragility… As a sculptor, l'm obsessed by matter and the forces and energies it's composed of. l'm inspired by physics, thermodynamics, chaos theory and entropy. Science fiction too, but realistic science fiction, a present that's constantly coming into being." Pierre Malphettes, sculptures chez MDBA. Mobilier Design Beaux Arts, 163 rue Paradis, Marseille Virginie Barré Voilà un travail particulièrement féminin, Virginie Barré a inscrit ses œuvres autour de la femme et affirme sa position en particulier avec sa vidéo baptisée « Liberté, égalité, maternité ». Virginie se plait à créer des pièces procédant d’une théâtralisation, provoquant des interrogations, laissant les choses en suspend. Ses sculptures présentent souvent des personnages inertes, accidentés, sortis d’un polar, d’un film culte, oscillant entre angoisse et fou rire. Et les clins d’œil de l’artiste aux référents populaires facilitent l’approche de son travail pour le grand public. Situations incongrues au rendez-vous. -/This is particularly womanly work. Virginie Barré bases her work on women and particularly states that position with her video entitled Liberté, Egalité, Maternité. Her sculptures often represent inert or injured figure that seem to come straight from a crime thriller or cult film, veering between anguish and hilarity. The artist's wry references to popular themes make her work easily accessible to the general public. Chez Maison des Ventes Leclère, 5 rue Vincent Courdouan, Marseille
Par Thomas Corlin– Photo Christophe Billet Fanny Valette Actrice précoce native d'Arles, la pétillante Fanny Valette s'impose à 24 ans comme un des jeunes talents féminins du petit et du grand écran. Bilan d'une carrière faite de défis et de remises en cause. -/At 24, sprightly, precocious Arles-born actress Fanny Valette has already made her name as one of the most talented young women on French TV and in films. It's been a career full of challenges and questioning. Entamer sa carrière d'actrice à 8 ans n'a pas que des bons côtés, et Fanny Valette en sait quelque chose. Découverte, encore enfant, dans L'Instit, elle enchaîne ensuite les programmes télés, passe au cinéma à 13 ans, décroche un premier rôle à 17 dans le délicat et remarqué La Petite Jérusalem, et se retrouve à Cannes à 19. Un parcours quelque peu précipité dont elle garde d'excellents souvenirs mais sur lequel elle porte un regard nuancé aujourd'hui : « j'ai certes acquis très jeune une expérience énorme au contact de gens formidables, mais c'est un métier qui a beaucoup de répercussions personnelles sur une adolescente. On grandit trop vite et on commet beaucoup d'erreurs. Personne ne m'a guidé, et aujourd'hui je fais très attention, y compris dans mes relations amicales et amoureuses ». La tête fraîche, cette jeune fille au charme méditerranéen l'a toujours gardée, surtout quand il s'agissait de se battre pour obtenir des rôles directement auprès des réalisateurs. « En France, on a peu d'imagination dans les castings, il faut que l'actrice corresponde déjà sous tout rapport au rôle. On peut complètement se métamorphoser aujourd'hui avec les moyens techniques dont on dispose, et je suis beaucoup plus intéressée par des rôles qui obligent de n'être plus soi-même, voire de se transformer physiquement. » Un dépassement de soi qu'elle a souvent pratiqué, que ce soit sur l'éprouvant tournage du film d'horreur Vertige ou en flirtant avec la schizophrénie du rôle principal du Vieux Juif Blonde au théâtre. « Il n'y a pas de règle pour être acteur. On en apprend beaucoup rien qu'en observant les gens se comporter autour de soi ». Sa motivation ? « Si j'en fais pas j'en crève, c'est simple. Quand j'étais petite, j'ai conclu un contrat avec mes parents selon lequel je devais être excellente en cours pour continuer dans ce métier. Ils pensaient que j'allais me lasser, mais pas du tout ! », s'exclame-t-elle. Forte d'un parcours qui l'a fait toucher au film d'auteur comme à la comédie sans jamais avoir suivi de cours de théâtre, cette fan de Boris Vian ou de Michel Gondry souhaite à la fois se mettre à l'écriture de courts-métrages « décalés » et se lancer dans une carrière à l'international. « On manque de rôles féminins forts en France, et on n'est souvent pas au niveau internationalement. Ma prochaine étape, c'est d'avoir un anglais irréprochable pour pouvoir prétendre à des rôles à l'étranger. J'admire une Marion Cotillard qui a su s'exporter, elle a suffisamment travaillé pour le mériter ». À la fois enjouée, spontanée et on ne peut plus lucide, elle cherche maintenant à dépasser les critères d'un milieu dans lequel on est soit « trop expérimenté » ou « pas assez bankable » et se propulser plus loin dans un métier qui, tous les jours, la fait « autant rire que pleurer ». ART les rendez-vous du mois/what to do this month -/Starting an acting career at the age ofeight has its disadvantages, as Fanny Valette well knows. Discovered as a child in L'Instit, a TV series about a primary school, she went on to do more TV programmes and, from age 13, films. At 17 she landed the lead part in the delicate and critically acclaimedfilm La Petite Jérusalem (Little Jerusalem) and at 19 was in Cannes for the festival. She has some wonderful memories of this rapid rise to fame but, looking back on it now, sees both sides : « I certainly gained tremendous experience very young, in contact with some amazing people, but it's a profession that has a big impact on a teenager's personal life. You growup too fast and make a lot of mistakes. There was no one to guide me. Nowadays l'm very careful with my friendships and romantic ties. » For all her Mediterranean charm, this young woman keeps a cool head, especially when she's battling for a role, dealing with directors. « In France they don't cast with much imagination, the actress has to match the role in all respects from the outset. l'm much more interested in roles where you have to be more than just yourself, even if you have to change physically. » She has often set such challenges for herself, whether in the nerve-racking filming horror movie Vertige (High Lane) or flirting with schizophrenia in the lead part in Le Vieux Juif Blonde (the old blonde Jew)onstage. She's considered a possible for the female lead in Christophe Gans'Fantômas, but this fan of Boris Vian and Michel Gondry is equally keen to write "offbeat" short films and to start an international career. « There aren't enough strong parts for girls in France, and often we're notup to par internationally. I admire Marion Cotillard for having made it abroad, she worked hard and deserves it ». Cheerful and spontaneous but utterly lucid, Fanny Valette is now looking to go further in a profession that makes her "laugh as much as cry" every day of the week. * Bientôt dans L'Épervier de Stéphane Clavier sur France 2, dans Le Fils Unique de Patrick Chesnais au cinéma et dans Des Jours Et Des Nuits à Chartres au Théâtre Des Amandiers. -/Appearing soon in Stéphane Clavier's L'Épervier (sparrowhawk) on TV channel France 2 and in Patrick Chesnais'Le Fils Unique (only son). mars-avril 2011 www.cotemagazine.com URBAN ART 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 1COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 131 mar/avr 2011 Page 132