COTE Marseille Provence n°125 mar/avr 2010
COTE Marseille Provence n°125 mar/avr 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°125 de mar/avr 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (238 x 297) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : in & out.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
31, rue saint-agricol avignon - tél. 04 90 86 68 59 certains aciers sont plus précieux que d’autres. Rolex utilise l’acier 904L pour le boîtier de toutes ses montres en acier. En effet, généralement réservé à l’industrie chimique pour son caractère inoxydable, l’acier 904L se marie parfaitement aux autres métaux précieux qu’utilise Rolex. Sa pureté garantissant une haute qualité de polissage, le 904L allie le plus bel éclat à une extrême résistance. Pour assurer à votre montre une beauté éternelle, Rolex ne s’impose aucune limite. L’histoire continue sur rolex.com OYSTER PERPETUAL DATEJUST 3, boulevard de la république salon-de-provence - tél. 04 90 56 05 11
Mathieu Lehanneur Designer interactif -/Interactive designer Exposé au Moma de New York depuis 2005, le créateur de l’année 2010 au Salon Now ! Design à Vivre a fait du corps humain et de son environnement un nouveau champ d’exploration pour le design. COTE : Comment êtes-vous arrivé dans le design ? Mathieu Lehanneur : Un peu par hasard. Je voulais être artiste, mais je me suis rendu compte que je n’en avais pas les compétences… Alors je me suis intér essé au design en me disant que si je créais des choses qui ne sont pas belles esthétiquement au moins il y aurait toujours la solution de dire « Oui mais c’est pratique. » ! Vous obtenez votre diplôme en 2001, après 7 ans de formation à l’Ensci, école parisienne de design, et vous vous intéressez immédiatement à l’univers des médicaments. Pourquoi ? Pour gagner ma vie, quand j’étais étudiant, j’ai été cobaye pour l’industrie pharmaceutique. Et je pense que cela m’a influencé. De plus, c’est certainement aussi le fruit de mon inculture du design. Quand j’ai commencé ma formation, je n’avais aucune référence dans ce domaine, ni d’objet icône dans ma tête. J’ai donc appris cette discipline avec l’esprit frais. Cela m’a permis de façon libre, voire candide, d’aller sur des territoires différents de celui des tables ou des chaises. C’est, en effet, un domaine peu investi par les designers. Oui, l’espace était ouvert et je trouve qu’il est toujours plus excitant et plus attirant d’aller dans le champ d’à côté. Je me suis dit, aussi, qu’en tant qu’individu, je ne pouvais pas être considéré uniquement comme une cible, un consommateur ou un postérieur à poser sur une chaise mais comme un homme avec un cerveau, un appareil respiratoire, un ressenti… Dans le domaine médical, la disparition des croyances au profit de la connaissance scientifique a induit une perte de la r elation humaine, une ruptur e entre le patient et le personnel soignant. C’est un domaine trop important pour le laisser seul au scientifique ou au médecin. J’estime qu’il est nécessaire, aujourd’hui, de repenser dans ce secteur précisément l’interaction avec l’utilisateur. [RENCONTRE] Par Alexandre Benoist -/The Salon Now ! Design à Vivre's 2010 designer of the year, whose work has been in New York's MoMA since 2005, has turned the human body and its environment into a new field of exploration for design. COTE : How did you become a designer ? Mathieu Lehanneur : A bit by chance. I wanted to be an artist but realised I wasn't skilled enough, so I tur ned to design because I told myself that if I cr eated things that weren't aesthetically beautiful I could at least always say : "Y es, but they're practical" ! You graduated in 2001 after seven years studying at Ensci, the Paris design school, and you immediately began working in the medical sphere. Why ? While I was a student I earned my living by being a "guinea pig" for the pharmaceutical industry, so I think that influenced me. Plus it was certainly also a result of my lack of design culture. When I began my studies I had no design r eferences nor even any familiarity with iconic objects. That allowed me to ventur e freely, ingenuously even, into spheres other than that of tables and chairs. VÉRONIQUE HUYGHE Exemple de design galénique avec ce projet de médicament qui épouse les dents de la fourchette. mars-avril 2010 www.cotemagazine.com MEET 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 1COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 125 mar/avr 2010 Page 116