COTE Marseille Provence n°122 novembre 2009
COTE Marseille Provence n°122 novembre 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°122 de novembre 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (239 x 300) mm

  • Nombre de pages : 98

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Marie Massaud, l'expression créative.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
RENCONTRE 6 ‘‘ » Votre vision du design ? How do you see design ? Il me semble que le rôle du design est, de manière générale, de prendre part à la définition de notre It seems tome that the role of design is, generally speaking, to participate in defining our living environment through goods and ser- environnement de vie au travers de biens et de services. C’est en somme faire l’exercice du progrès. Le designer, s’il est conscient de ses responsabilités en tant qu’acteur du système, doit pouvoir proposer de nouvelles perspectives qui soient en phase avec les enjeux de l’époque. Il s’agit de sortir du they're aware of their responsibilities as a player in the system, be vices. To practise progress, you might say. The designer should, if faire-valoir statutaire de l’« avoir » comme promesse de bonheur pour proposer avant tout des scénarios de vie et de consommation alternatifs qui reconstruisent l’idée de bonheur autour de la valeur times. That means givingup the statutory foil of "having" as a pro- able to offer new perspectives that are in synch with the issues of the « être ». C’est trivial, mais fondamental. mise of happiness and above all propose alternative life and consumer scripts that reconstruct the idea of happiness around the value Votre travail revendique une quête de synthèse. Pourquoiž ? of "being". It's simplistic but fundamental. Pour faire acte de progrès, libérer l’homme de ses servitudes, améliorer la qualité de vie de chacun et de tous en responsabilité avec les enjeux écologiques et économiques du monde contemporain, notre People are talking about the big comeback of organic design travail ne peut être que global mais contextuel. Il doit proposer des synthèses pertinentes par rapport as it was defined by designers such as Eames and Saarinen aux enjeux globaux et aux besoins particuliers. back in the first half of the 20th century. Is this a return to design's roots or simply a vogue ? Le style Massaud, qui privilégie réduction et légèreté, représente-t-il simplement une expression Eames's and Saarinen's creations were genuinely progressive in esthétique ou s’agit-il d’un parti pris formel né d’une revendication particulièrež ? terms of the comfort they achieved given the technical possibilities ; La quête de légèreté est un enjeu écologique (économie de matière et de moyen). Plus globalement, l’objectif est de proposer moins et mieux, faire le pari de la croissance qualitative et non plus quantitative. history is cyclical and fashions so predictable. The production pro- in particular they enabled the development of new types of form. But cesses available influence the potential creativity and by synthesi- novembre 2009 www.cotemagazine.com Il me semble que le rôle du design est, de manière générale, de prendre part à la définition de notre environnement de vie au travers de biens et de services. -/It seems tome that the role of design is, generally speaking, to participate in defining our living environment through goods and services.
Y a-t-il des thèmes, des formes, des images récurrentes dans votre œuvrež ? La Nature, pas pour ses formes, mais pour ses économies de moyens (ligne de plus grande tension entre tous les paramètres contextuels) et sa grande diversité de propositions d’adaptation. On parle du grand retour du design organique tel qu’ont pu le définir des créateurs comme Eames ou Saarinen dès la première moitié du XX e siècle. S’agit-il d’un retour aux sources du design ou d’une simple mode ? Les créations de Eames ou Saarinen constituaient de véritables progrès en termes de confort par rapport au potentiel technique. Ils ont notamment permis de générer de nouveaux registres de forme. Mais l’histoire est cyclique et les modes tellement prévisibles… Les process de production mis à disposition influent sur les potentiels de création et, dans une synthèse d’économie et de confort, peuvent être pertinents lorsqu’ils servent à la création d’objets en contact par exemple avec le corps pour proposer des formes plus ergonomiques. Lorsqu’ils servent à la réalisation de meubles de type containers, bibliothèques, etc., ils traduisent davantage un maniérisme inutile et éphémère. Comment voyez-vous l’avenir du design ? Depuis les années 60 et l’apogée/apologie de la société de consommation, le marketing a conduit au design de produits principalement basés sur le populisme, c’est-à-dire un non-choix, un compromis face à nos nouvelles responsabilités. L’acte de consommation n’est pas seulement un langage, c’est un acte politique qui détermine le monde dans lequel nous vivons. Il est indispensable d’avoir le choix et il appartient aux designers de proposer des alternatives. Le design et la mode sont donc des activités totalement antinomiques ? Il me semble que plus que jamais, le designer doit s’éloigner de la mode et de la démode, de l’économie basée sur la manipulation des pulsions et des frustrations des consommateurs. Aujourd’hui, les enjeux du monde ont changé. Les enjeux du design aussi. Je pense que le design contemporain va s’attacher à proposer des solutions qui répondent à ces nouveaux enjeux. C’est-à-dire encourager l’épanouissement individuel, améliorer l’harmonie collective et, enfin, amener à redécouvrir une véritable symbiose entre l’homme et son environnement. C’est ce qui motive toutes vos créations ? Oui. Par exemple, la collection Axor Massaud n’est pas une collection de robinetterie stylisée, mais un travail de design de service ayant pour objet d’apporter plus de valeur au sens et à l’usage de « prothèses hygiéniques » que sont les robinets. La formalisation symbolique, une tablette intemporelle de laquelle coule un ruban d’eau, offre une approche nouvelle, émotionnelle et responsable car cette solution permet une économie d’eau de 50%. C’est une tentative de faire mieux avec moins. Sur quel nouveau projet travaillez-vous ? Au-delà des collaborations avec nos partenaires, historiques et nouveaux, mon objectif est, depuis quelques années, de proposer des modes de consommation qui réconcilient désirs et responsabilités. Le produit ou le service ne sont plus des choses acquises pour la représentation, le statut ou la possession. Ils deviennent expériences de vie et permettent aux individus de s’épanouir tout en prenant part à la responsabilité collective en harmonie avec notre environnement. Je travaille désormais à la création de marques et de labels éthiques dans différents domaines (transport, équipement, habitat). Vous en verrez les fruits très prochainement. Nous travaillons aussi sur des projets à diverses échelles matérielles (architecture, design industriel…). Une petite synthèse de notre travail dans le domaine du mobilier est présentée lors d’une exposition qu’organise RBC, show-room spécialisé dans le design, à Montpellier ce mois-ci (www.rbcmobilier.com). Confort et élégance pour design intemporelž : canapé Yale (MDF), chaise Flow (MDF) et fauteuil Sean (Arper). sing economy and comfort can be pertinent when used to create things that come into contact with the body, for example, as they can propose more ergonomic forms. When they're used to produce container-type furniture, such as bookcases etc, they're more likely to translate a useless, ephemeral mannerism. How do you see the future of design ? Since the 1960s and the apogee/apology of the consumer society, marketing has led to the design of products based principally on populism, meaning non-choice, a compromise in the face of our new responsibilities. The act of consuming isn't just a language, it's a political act that determines the world in which we live. Having choice is indispensable and it'sup to designers to offer alternatives. So design and fashion are totally antinomic ? It seems tome more important than ever that designers should distance themselves from the notions of fashionable and unfashionable, from the economy based on manipulating consumers'impulses and frustrations. Today the world's issues have changed and so have design's. I think contemporary design is going to seek to propose solutions for these new issues, that is to say, encourage individual self-fulfilment, improve collective harmony and eventually lead us to rediscover a real symbiosis between people and their environment. Is this what motivates all your creations ? Yes. For example, the Axor Massaud collection isn't a collection of stylistic plumbing fixtures but a work of service design intended to give added value to the meaning and use of the "hygienic prostheses" that are taps. The symbolic formalisation – a timeless shelf from which a sheet of water flows – demonstrates a new approach that is sensual and responsible because this solution uses 50% less water. It's an attempt to do better with less. What new project are you working on ? My aim is to offer ways of consuming that reconcile desires with responsibilities. A product or service is no longer acquired for the sake of appearance, status or possession. They become life experiences and allow individuals to feel fulfilled while also being collectively responsible and in harmony with our environment. l'm now working at creating ethical brands and labels in various fields (transport, equipment, housing etc). A little synthesis of our work in furniture is being shown in an exhibition at the RBC design showroom in Montpellier this month. novembre 2009 www.cotemagazine.com MEET 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 122 novembre 2009 Page 98