COTE Marseille Provence n°121 sep/oct 2009
COTE Marseille Provence n°121 sep/oct 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°121 de sep/oct 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 38,6 Mo

  • Dans ce numéro : la Fiesta des Suds enflamme Marseille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
SELF-MADE MAN 24 SUCCESS STORY BRUNO FRANCHINI PAR OLIVIER-JOURDAN ROULOT – PHOTO JEAN-MICHEL SORDELLO POUR TOUT L’OR DU MONDE -/FOR ALL THE GOLD IN THE WORLD Ca pourrait commencer comme ça. Sur l’amorce d’une phrase célèbre : c’est l’histoire d’un mec... qui s’est fait tout seul. A la force du poignet. Parti de rien pour forger une réussite professionnelle exemplaire. « Mon histoire ? », fait mine de s’interroger Bruno Franchini. « C’est celle d’un type normal qui n’a pas trop mal réussi ». Refusant de s’étaler, le propos laisse sur sa faim au regard d’un parcours hors-norme, des quartiers nord de Marseille aux bijouteries de la place Vendôme, construit grâce à un sens inné des affaires, une intuition et une capacité très sûres à saisir les opportunités au bon moment et prendre des risques quand il le faut. Pour être franc, le chef d’entreprise, 46 ans, n’aime pas trop parler de lui. Pas l’habitude. Pas l’envie. Et préfère rester en retrait derrière le produit. Habitude d’un monde feutré où la discrétion est une règle de base. Ce qui l’intéresse, ce sont ses bijoux et la collection qu’il a récemment lancée, joliment baptisée « En plein cœur ». Son métier, Franchini l’a découvert par hasard. Recruté par le père d’un copain qui possédait une affaire à Monaco. Il y a fait ses classes, le temps d’en comprendre les ficelles et de se mettre à son compte. Aujourd’hui, l’ex-mécano est un poids lourd du secteur. Sa réussite ne doit rien au hasard. Les quinze dernières années, il les a à peine vues passer tellement elles ont été pleines et accaparées. « Je sais d’où tout ça vient », souffle Bruno qui ne s’est pas renié « Je n’ai pas fait d’étude, n’ai pas de certificat. Rien ». Sur son écran d’ordinateur dernier cri, son assistante vient de lui transmettre la liste des people pressentis pour porter une de ses créations. « Noémie Dahan, présentatrice à France 3, a porté un collier », note-t-il avec satisfaction. On y repère encore le nom d’une présentatrice météo, ainsi qu’une ou deux comédiennes de la série « Plus Belle la vie ». Un casting encore un peu léger, à son goût. « Je préfèrerais Monica Bellucci », sourit-il, entre deux allers et retours à Arezzo, la ville italienne de la bijouterie, où il a investi dans une fabrique. En fin de liste, le nom de Marie Drucker l’inspire visi- septembre-octobre 2009 www.cotemagazine.com EN L’ESPACE D’UNE DOUBLE DÉCENNIE, L’ENFANT DE MARSEILLE S’EST IMPOSÉ COMME UN DES PRINCIPAUX FABRICANTS EN BIJOUX DE LA RÉGION. EN VÉRITABLE AUTODIDACTE. IL VIENT DE LANCER SA PROPRE COLLECTION. -/IN THE SPACE OF TWENTY YEARS, SELF-TAUGHT MARSEILLE-BORN BRUNO FRANCHINI HAS EARNED A REPUTATION AS ONE OF THE REGION’S LEADING JEWELLERY WHOLESALERS. HE’S JUST LAUNCHED HIS OWN COLLECTION. Meeting Alain Ducasse is a rare pleasure. Rare because the man's always on the go, almost impossible to pin down. Today in Monaco, tomorrow in Tokyo or New York. A real globe-trotter, hard to catchup with. Normal for a chef who describes himself as a "travelling cook" ! So what keeps Alain Ducasse on the move ? Curiosity. "I never manage to satisfy it. I need it all the time to nourish me and l'm never replete." So no time to lose, ever. After learning the culinary ropes with Michel Guérard, Roger Vergé and Alain Chapel, the 28-year-old Ducasse took over the kitchens of La Terrasse and under him the Hôtel Juana's restaurant (Juan-les-Pins) obtained two Michelin stars for the first time. Five years later, at the Louis XV in Monaco, he was awarded three stars, so winning the SBM the distinction of having the first three-star hotel restaurant. That was in 1990. Dynamic Ducasse was in orbit. In 1995 he opened La Bastide de Moustiers, one star ; in 1996 he launched the Alain Ducasse restaurant in Paris, three stars ; then he devised the Spoon, Food & Wine concept, took over a tavern, opened a bakery-cum-grocery. Paris, Tokyo, Las Vegas, London, Hong Kong… in 20 years Alain Ducasse has become a multi-tasker : cook, innkeeper, consultant, concept creator and business entrepreneur.
blement plus, même s’il est accompagné d’un point d’interrogation. Pour Franchini, l’enjeu est d’importance. Il sait que son ambition d’installer une marque reconnue, capable de franchir les frontières, passe beaucoup par l’image. Avec « En plein cœur », il a imaginé une ligne toute en finesse, féminine et contemporaine, avec ses petits papillons et ses cercles en or. Il se donne jusqu’à la fin de l’année pour installer la marque, avant de lancer une nouvelle collection. Ses nouveaux modèles, sur lesquels il travaille avec ses bureaux d’études, seront sertis de diamants. Car dans ce secteur qui a connu de profondes mutations ces dernières années, le Marseillais se dit persuadé que la création est, au final, gagnante. « Aujourd’hui, le cours de l’or a tellement monté qu’on produit des bijoux plus fins et plus légers. Désormais, on est dans l’épure, vers de plus en plus de minimalisme. Il faut donc des lignes exclusives et des choses qui ne se voient pas partout ». Passing on his knowledge Just like an architect, which he would have liked to have been, stone by stone he's builtup an empire of international significance, moving forward with method, precision but also a vision, an ideal. "Good is my foundation, exceptional my obsession," he says. Decoration, kitchen organisation, table settings, furnishings, uniforms, visual identity... the chef is involved 100% in every new concept, right down to deciding on the paper thickness and typeface for the menu. He even "casts" his staff. "There can be no errors, ineither the kitchens or the dining room." This is a man who's simply sensitive to beauty, and a fan of contemporary design – Starck is a close friend. "I like the intelligence of the hand that draws. The perfect gesture of the artisan who with one stroke draws a line." If he calls on Patrick Jouin, who has designed 10 of the Ducasse-brand restaurants, it's not only because he likes the designer's discreet, poetic, elegant style ; he speaks too of feelings shared and mutual enrichment. Cultivate difference "Passing on knowledge is very important. I want to download my hard disk so youngsters can progress, personally but also professionally." Which is why he's opened a cookery school this year in Paris. He's published books too ; this month his latest one, Nature, comes out. Ducasse believes all means are valid for attaining his ideal of perfection ; travel too is indispensable to him. Working with Alain Ducasse doesn't just mean being part of a well-oiled, well-maintained machine, above all it involves going out and discovering other people. "Mobility is a vital element and all my employees have to go with the flow. There are more than 50 nationalities working for my group and that melting-pot is a real source of creativity." You might think that by taking the Ducasse style to the four corners of the planet it could lose its sparkle, eventually becoming hackneyed. Nothing could be further from the truth. So what's the secret ? "We do local with a global vision. Always and everywhere our goal is to preserve identity and cultivate difference. For example, in Osaka 98% of the cuisine is made with local produce." And the rest ? "95% work and 5% talent." septembre-octobre 2009 www.cotemagazine.com SELF-MADE MAN 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 132-133COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 134-135COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 136-137COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 138-139COTE Marseille Provence numéro 121 sep/oct 2009 Page 140