COTE Marseille Provence n°120 jui/aoû 2009
COTE Marseille Provence n°120 jui/aoû 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°120 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 47,7 Mo

  • Dans ce numéro : immobilier, front de mer en vue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
VIVRE LE SUD 82 URBAN Par Olivier-Jourdan Roulot L'electronica avant-gardiste de Matmos au Mimi. Festival MIMI, du 16 au 19 juillet C’est un de ces rendez-vous rares et précieux. Le genre de soirée dans laquelle on embarque volontiers ceux qui nous sont chers, façon de leur dir e combien ils comptent pour nous. Pour sa 24e édition, le Mimi nous promet de belles nuits à l’hôpital Caroline, avec la venue de Lydia Lunch, papesse du punk new-yorkais des années 80 soutenue par l'activiste marseillais Philippe Petit, celle de Jean-Paul Bourelly, guitariste haïtien déjanté, du duo Schmidt/Daniel, émérites compagnons de r oute de Björk, ou encor e de Jean-Claude Acquaviva et d'A Filetta (pour une r encontre avec Danyel W aro). Eclectique, ouvert, pointu, ce festival n’est pas le plus célèbre d’un été qui n’en manque pas, mais il est un de ceux d ont on sait qu’il nous enrichira. Sans compter qu’il a des airs d’aventure, accroché sur son île du Frioul, dans la rade de Marseille, sous les étoiles de Méditerranée. Tout prêt et si loin déjà. -/This festival of innovative music is really special. For its 24th edition, it promises some wonderful evenings on the Ile du Frioul just off Marseille. There'll be Lydia Lunch, diva of 1980s New York backed by Marseille activist Philippe Petit ; the totally wacky Haitian guitarist Jean-Paul Bourelly ; the Schmidt/Daniel duo (Björk's backing musicians) ; and Danyel W aro in an encounter with Jean-Claude Acquaviva and A Filetta. Eclectic, open-ended, top notch, MIMI is not the best known of the summer's multitude of festivals but it's one we know will be an enriching experience. Not to mention the air of adventure in heading out in a boat for the occasion. Julien Blaine : un tri au MAC Julien Blaine : a selection at the Musée des Arts Contemporains Poète, performeur, artiste, militant, Julien Blaine retrace pour la première fois son itinéraire poétique à travers ses œuvres plastiques les plus marquantes. -/Poet, performer, artist and activist, Julien Blaine brings us the first retrospective of his poet's -/journey, through his most significant works of plastic art. Jusqu’au 20 septembre. Tél. 04 91 25 01 07 FID, du 8 au 13 juillet Lieu d'émergence et de consécration des for mes cinématographiques les plus novatrices, mêlant désormais fiction et documentaire, le festival international du documentaire fête son vingtième anniversaire. Avec sa sélection officielle (30 films, entre compétition internationale et française), ses premières mondiales, sa double rétrospective autour du cinéaste russe des années 30 Dziga Vertov, avec également une programmation consacrée aux super-héros, le festival dirigé par Jean-Pierre Rehm nous offre un bouquet bariolé, riche de provenances, d’une grande multiplicité de for mes, de variétés d’écriture et trans-générationnel. Un peu plus d’une centaine de films au total, entre Gymnase, Variétés, Alcazar ou Espace culture. Immanquable. -/This year marks the 20th birthday of the Festival International du Documentaire − which, despite the title, now covers fiction as wellas documentary films. It's a moment to disjuillet-août 2009 www.cotemagazine.com PROVENCE Masque ampoule, Rachid Khimoune à la Fondation Ecureuil et à la Galerie Marc Stammégna. cover film-making at its most innovative. Directed by Jean-Pierre Rehm, the festival has its official selection (30 films, with a French competition and an International one), its world premiers, a double retrospective around 1930s Russian film-maker Dziga Vertov, a programme on the theme of superher oes. In short, wildly variegated of fering. Films from all over, from all generations and in ever y style. A little over a hundr ed films in all, variously screened at the Gymnase, Variétés, Alcazar and the Espace Culture. Ils s’invitent à la Vieille Charité They're allat the Vieille Charité Fred Sathal au Frac et au Musée de la Mode. Les chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Ar ts, du musée Cantini et du Mac ser ont exceptionnellement exposés à la Vieille Charité : trésors des écoles italienne, française et du Nord, du XVIIe au XIXe siècle, signés Rubens, Puget, Vernet, Millet, Courbet, Daumier, Guigou… ainsi que les œuvres des grands artistes du XXe siècle tels que Balthus, Picasso, Ernst… Une occasion unique de les découvrir ou les re-découvrir. -/Masterpieces from the Musée des Beaux-Arts, the Musée Cantini and the MAC are on temporary display at the Vieille Charité : treasures of the Italian, French and North European schools of the 17th to 19th centuries, plus some 20th-century artists. Du 10 juillet au 30 septembre. Tél. 04 91 14 58 80 Fred Sathal au Frac et au Musée de la Mode Fred Sathal at the Frac and the Musée de la Mode Le Frac permet de découvrir l’envers du décor et rendre visible les nombreux médiums utilisés par Fred Sathal, de la photographie au dessin, de la musique à la vidéo, de l’installation à l’architecture. Le musée de la mode célèbre, quant à lui, en 120 modèles, les vingt ans de création de cette artiste marseillaise. -/The Frac brings us an opportunity to discover the flip side of Marseille fashion designer Fred Sathal. Meanwhile the Musée de la Mode is showing 120 models fr om his twenty years of fashion design. Jusqu’au 22 août au Frac (04 91 91 27 55) et jusqu’au 31 octobre au Musée de la Mode (04 96 17 06 00). Rachid Khimoune à Marseille Rachid Khimoune at the Espace Ecureuil C’est en poète que Rachid Khimoune peint et sculpte, c’est en poète encor e qu’il redonne vie et relief à des objets du quotidien usés par la vie, objets qu’il dévoile à Mar - seille à l’Espace Ecureuil (du 30 juin au 25 juillet) et à la Galerie Mar c Stammegna (du 1er au 19 juillet). -/ « To see what we no longer see, to look at things differently, in magic and dream. » Rachid Khimoune paints and sculpts as a poet, and it's as a poet that he gives life and focus to tired everyday objects. Espace Ecureuil (04 91 57 26 49) – Galerie Marc Stammégna (04 91 37 46 05). OLIVIER CLAISSE
Clara Le Picard Avec sa silhouette toute en finesse, ses cheveux d’une blondeur angélique, son allure très actuelle et citadine, la chanteuse du groupe Jours a quelque chose d’une déesse irréelle. Sur scène, sa présence captive l’auditoire. Saisissant mélange de fragilité, de fêlure et de maîtrise, sa voix fait le reste. « Jours est la partie la plus intime et la plus sentimentale de ma production : là, sur scène, avec la musique, je me permets cela, glisse-t-elle, assise à la terrasse d’un bar de la place de la préfecture, à Marseille. Comme si la musique me décomplexait. C’est plus proche du sentiment, alors que le théâtre reste pour moi un outil de réflexion politique et esthétique, en prise avec notre société ». Elle se destinait à la peinture. Elle a grandi dans un milieu où la culture se vivait au quotidien. Fille de la comédienne de la Nouvelle vague Françoise Lebrun, elle a vu défiler à la maison tous les ar tistes affiliés au par ti communiste, comme Er nest Pignon-Ernest - sa mère vivant avec l’archiviste de la place du colonel Fabien. Pendant dix ans, elle a appris le chant lyrique. Maman d’un petit garçon de 4 ans et demi, elle a signé une dizaine de livres pour enfants, chez Albin Michel. A vec son groupe, elle vient de finir un sept titr es, après un premier album sorti en 2007. Jours défend une pop brillante et inspirée, fragile, romantique et radicale. Un son très mature. « J’aime qu’il y ait un côté rudimentaire, légèrement bancal, sans tr op d’effets et de vir tuosité affichée », nuance-t-elle. Cette fois, la réalisation met en avant sa voix, plus en r etrait jusqu’à présent. Egalement comédienne (elle dirige une compagnie de théâtre), elle est actuellement en compétition au FID. Elle y retrouve sa mère à l’écran, dans un film de Pierre Creton. -/With her slender silhouette, her angelic blonde hair and her very now, very city-girl style, the singer of the group Jours looks a little unreal and goddess-like. On stage, her presence captivates audiences. A striking mixture of fragility, frailty and control : her voice does the rest. "Jours is the most intimate and sentimental part of what I do. Up there on stage, with the music, I allow myself that," she murmurs, sitting outside a café in the Place de la Préfecture in Marseille. "It's like the music releases me from my complexes. It's closer to feelings, whereas theatre for me is a tool for r eflecting on politics and aesthetics, getting to grips with society." She meant to be a painter. Her mother is New Wave film actress Françoise Lebrun so she grewup in a milieu where culture was a part of daily life. Her mother was living with the archivist at the Communist Party headquarters and all the creative people connected with the Party called at the house − Ernest Pignon-Ernest for example. She studied opera singing for ten years. She has a son of four and a half and has authored ten children's books, published by Albin Michel. With her group she's just finished a seven-track album following on from the first, issued in 2007. Jours play a brilliant, inspired, fragile, romantic, radical pop style. A very mature sound. "I like the rudimentary aspect," she says, "not perfect, not too many effects − not making a show of vir tuosity". On this album the pr oducer has put her voice right in the forefront, whereas before it was more subdued. She's also an actress, manager of a theatre company, and is currently in competition at the FID. Playing alongside her mother in a film by Pierre Creton. Cédric Fabre C. BILLET Dans Dernier rock avant la guerre, son nouveau roman sorti chez Rail noir, il mélange musique et littérature. Il nous embarque dans une histoire torturée. A la fois chronique sans concession sur Marseille et livre qui prend le large. Son personnage part en Yougoslavie, où le passé va « lui sauter à la gueule ». Il r essemble un peu à son auteur, qui traversa autrefois le Kosovo et vécu le siège de Sarajevo. Il ne se fait plus guère d’illusion sur l’état de la critique littéraire en France, un métier qu’il connaît bien pour le pratiquer depuis des années. Il a trempé sa plume à l’encrier de l’Humanité, de Télérama et du Magazine littéraire. Bien d’autres, encore. Il aime les écrivains qui « captent le bruit du monde ». Il a eu la chance de rencontrer et visiter chez eux des pointures comme James Welsh, David Peace, John King. Jim Harrison, encore, dans sa maison du Michigan. Fabre, 42 ans, aime la littérature débridée, rock’n’roll. Défend les auteurs de science-fiction - « des stylistes incr oyables, de vrais écrivains qui touchent au langage et le transforment » - et goûte peu les Français, « des écrivains de bureau » à ses yeux. Il se méfie des grands théoriciens, ceux qui s’arrogent le monopole de la parole « parce qu’ils font des stats. Les théories doivent se nourrir du bruit de la rue », tranche-t-il. Dans les colonnes de Rolling Stone, dont il est chef des infos, il écrit sur le punk califor nien. Lui-même joue dans un groupe (de la batterie). « Ca organise ma vie au quotidien, souritil. Le rock, dans cette ville rap, c’est totalement has been. Un truc de vieillard. Au fond, cet art qui sape les fondements de l’empire est le truc ultime du nord ». -/In his new novel Dernier rock avant la guerre (Last rock before the war), published by Rail Noir, Cédric Fabre blends music and literature. And takes us of on a convoluted story that's both an uncompromising chronicle of Marseille life and a free-ranging adventure. His hero goes to Yugoslavia, where the past "leaps straight at his face". In this respect he's like his author, who once travelled through Kosovo and was in Sarajevo during the siege. Cédric Fabre has few illusions about the state of literar y criticism in France. It's a trade he knows well because he's practiced it for years. He's dipped his pen in the inkwells of l’Humanité, Télérama and Magazine littéraire, among others. He likes writers who "capture the world's sounds". He's been lucky enough to meet and visit the homes of such leading lights as James W elsh, David Peace and John King. Jim Harrison too, in his Michigan home. Forty-two-year-old Fabre likes unfettered, rock’n’roll literature, defends science fiction writers – "They're incredible for style, they're genuine writers who take language in their hands and transformit" – and has little taste for French writers, whom he considers "nine-to-fivers". He mistrusts the great theoreticians, those who assume a monopoly on language "because they do stats. Theories should be nourished by the noise of the street," he says firmly. In the columns of Rolling Stone (French edition, where he's news editor) he writes about Californian punk. In fact he plays in a group himself, on drums. "It organises my daily life," he smiles. "Marseille is a rap city, rock here is totally has-been, an old men's thing. It's an art that shakes the foundations of Empire but it's the ultimate Northern thing." C. BILLET juillet-août 2009 www.cotemagazine.com VIVRE LE SUD 83



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 120 jui/aoû 2009 Page 124