COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°117 de mars 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : gastronomie, les coquillages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
ENCOUNTERS URBAN 80 URBAN PROVENCE RENCONTRES Claude Ponsolle – Photos Bruno Ruiz et Emmanuel Bournot Sacha (Danielle Ranc) Le Sac à Bisous Sacha était visiteuse médicale, dynamique, une battante. Quand elle devait s’absenter, souvent ses filles lui demandaient : « C’est dans combien de dodos que tu reviens ? » Un jour, des problèmes de santé l’obligent à s’arrêter de travailler. Longtemps, puis définitivement. Son optimisme et son imaginaire reprennent le dessus. Elle se souvient alors de cette jolie idée enfouie à l’état de projet quelque part… Elle imagine un sac à doudou, où l’enfant peut aussi emporter sa sucette et son ours. L’idée inédite est qu’il contient 7 petites poches rigolotes où Maman va cacher ses bisous, un bisou pour chaque soir. Cette tirelire à malices et à tendresse, elle l’appelle Le Sac à Bisous. Tout restait à faire. D’abord, matérialiser le bisou, en forme de bouche rassurante, colorée et douce, pas trop petite, absolument inoffensive pour ne pas risquer d’être avalée. Le concept prend forme, une société naît, La Compagnie Christsanco avec son amie Christine Navalon qui s’occupe de la gestion et présente le projet à l’Espace Mode Méditerranée. Le nom et le modèle sont déposés en mars 2007, le prototype entre ensuite en phase de production. Une styliste italienne personnalise le design, les couleurs, la doublure, les 7 poches brodées chiffrées et les bisous. Très vite, la fabrication chinoise est écartée au profit de l’usine de production de D&G Enfants et c’est l’agence Beau Monde qui est chargée de la communication : à produit original, grands moyens pour s’assurer le meilleur départ. Déjà il plaît beaucoup aux maternités et aux mamans. -/Sacha was a lively healthcare sales rep. One day, health problems meant that she had to stop work. Her optimism and imagination took over. She imagined a bedtime bag, for a child’s dummy and favourite cuddly toy. The original idea was that it would have 7 little pockets where Mummy can hide her kisses (bisous), one for each night. She called this little piggybank of tricks Le Sac à Bisous. First she made the kiss, a comforting mouth, colourful and soft. The concept began to take shape, a company was born, La Compagnie Christsanco with her friend Christine Navalon who deals with management issues and introduced the project at the Espace Mode Méditerranée. The name and model were registered in March 2007, then the prototype went into production. An Italian designer personalised the look, with colours, a lining, the 7 embroidered pockets and the kisses. D&G Enfants were chosen to manufacture the product while the Beau Monde agency took care of the marketing : an original product, so everything possible needed to be done to give it the best start. Maternity hospitals and Mums love the idea already.. Fabriqué en Europe. En vente 49 € aux Galeries Lafayette et chez les Minots de Marseille, à l’Aéroport Marseille Provence et 26 Place aux Huiles, Marseille. mars 2009 www.cotemagazine.com les sélections du mois/this month’s selections Michel Bonzi Rêves sur mesures -/Dreams made to measure « J’aime le beau. » Ce simple aveu résonne un peu comme un handicap dans un monde où la vulgarisation et la banale contrefaçon font recette. Son élégance personnelle comme la décoration de son appartement-atelier classent d’autorité ce créateur, façonné par le culte des proportions idéales et du cousu main. Fabriquer, voir comment c’est monté, construire, ses mains artistes ne peuvent s’en passer. La perfection de la coupe, l’addiction aux belles matières, la haute précision des finitions au plus près du corps, les détails qui n’en sont pas comme l’ourlet bagué main, lui ont été transmis par les maisons Haute Couture : Yves Saint Laurent, Ungaro… On ne transige pas avec de telles références et il l’avoue : « Si je mens, ce n’est plus moi ». Fidèle à l’esprit du Christian Dior des années 50, il admire la coupe, la qualité des matières d’un Thierry Mugler qui n’a pas su se plier aux compromissions des demi-mesures. Depuis son premier atelier rue Beauvau, sa maison de couture est toujours restée fidèle à l’hyper glamour bluffant de naturel et d’aisance... Rendre chaque femme sublissime mais vivante, sans entraves, c’est son pari. Il y parvient en estompant ses défauts, quelle que soit sa morphologie. Tout commence par un vrai dialogue : « Qui êtes-vous, au fond de vous ? Quels sont vos délires les plus fous ? Dans quel univers allez-vous la porter ? Je dois entendre ce que vous ne dites pas et vous convaincre. Le reste, c’est mon travail : la magie de l’empreinte de corps et de la surjupe, de la dentelle sur mousseline couleur chair qui habille la peau sans la gainer, ni ne la laisse deviner. C’est ma marque. » -/ « I love beauty. » His personal style, just like the decor of his workshop/apartment sumup this designer perfectly, shaped as he is by an obsession with perfect proportions and hand-sewing. Creating, seeing how things are put together, building, his artistic hands just can’t stop themselves. He’s developed his passion for the perfect cut, addiction to beautiful materials, and desire for tailored finishes cut as close as possible to the body, from the big fashion houses : Yves Saint Laurent, Ungaro… There are no compromises with those kinds of references. Faithful to the spirit of 1950s Christian Dior, he admires the cut and the quality of the materials of Thierry Mugler who doesn’t do anything by half measures. Since his first workshop on the Rue Beauvau, his fashion label has remained faithful to natural, laid-back striking glamour… Making every single woman exquisite but real, without any inhibitions, that’s his goal. He does this by glossing over any flaws, whatever I have to listen to everything you don’t say and win you over. The rest isup to me. That’s my trademark. » www.michelbonzi.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 116