COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°117 de mars 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : gastronomie, les coquillages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
ÉCONOMIE 64 LE RIRE/LAUGHTER Par Claude Ponsolle VALEUR EN HAUSSE QUI SE RIT DE LA CRISE ! /GAINING IN VALUE AND LAUGHING IN THE FACE OF A CRISIS ! Corinne Cosseron enseigne le rire thérapeutique à l’École Française du Rire et du Bien-Être et démontre aux entreprises que l'humeur joyeuse et l'esprit positif permettent de mieux travailler et d'améliorer les résultats. Corinne Cosseron teaches therapeutic laughter and shows businesses how a good mood and a positive spirit get better results. Diplômée d’Études Supérieures de Psychologie, de Lettres et « d’Histoire de l'Art, Corinne débute en tant que réalisatrice et journaliste. Formée au Yoga du Rire par le Docteur Madan Kataria et par SteveWilson (World Laughter Tour), elle pratique sophrologie ludique, méditation, taï chi chuan, qi gong et différentes techniques de clown, chant, danse et théâtre. Convaincue des bienfaits du rire comme moyen d’épanouissement personnel et d’ouverture aux autres, elle fonde en 2002, L'École Française du Rire et du Bien-Être et invente la Rigologie, la Rigolo-Thérapie, le Rigolo-Coaching et les Cures de rire, entourée de médecins, neurologues, psychologues et clowns hospitaliers. Pas sérieux ? Les demandes sont de plus en plus nombreuses : en 2006, elles doublent et en 2008, triplent. Corinne démontre chaque jour qu’en période de crise, le rire et l’optimisme peuvent être les leviers qui permettent de rebondir. Formant des Rigologues et des Rigolo-Coaches (2/3 des Rigologues sont des femmes de 30 à 60 ans, décidant de changer de profession), elle intervient en entreprises (Danone, SNCF, EDF, Total…) Ses séminaires de communication et de savoir-être ont pour fil conducteur le rire dans le but de souder les équipes entre elles ou de gérer le stress et les conflits internes. Dans les établissements de santé, hôpitaux, maisons de retraite ou associations de patients (Maladies d'Alzheimer, Parkinson, cancer...) la thérapie du rire s’applique autant au personnel soignant qu’aux malades eux-mêmes. À propos de l’un de ces modules particulièrement bouleversants en mai 2004, auprès de jeunes infirmières de 3e année à l’IFSI Croix-Rouge de Nîmes, elle explique : « La formation avait pour objectif d’apprendre à utiliser la joie de vivre et l’optimisme comme bouclier entre la souffrance et les autres. Car pour pouvoir s’occuper des autres, elles doivent d’abord être bien elles-mêmes, être au clair avec leurs émotions : si elles craquent, elles ne peuvent pas développer d’empathie avec les gens. En octobre dernier, à Fuveau au cours d’une conférence-atelier pour Saint Gobain, j’ai appris à une trentaine de cadres des Ressources Humaines l’intérêt du rire au travail. Différent de l’humour parfois blessant, le rire n’empêche pas de travailler, les fous rires sont des aérations indispensables, développent la créativité et améliorent la productivité. La principale cause d’absentéisme, c’est le stress. Le rire répare, c’est un antidote : en sortant des séances, les gens sont plus heureux et ont de meilleurs résultats. C’est la stratégie de relance la plus facile à mettre en place ! En partant, je remets toujours le kit du rire, une boîte à malices secrète pour ne pas nous oublier. Pensé sur mesure et non éphémère, chacun peut l’utiliser en cas de rechute ! » Ecole Française du Rire et du Bien-Etre : www.ecolederire.com mars 2009 www.cotemagazine.com Ses séminaires de communication et de savoir-être ont pour fil conducteur le rire dans le but de souder les équipes entre elles ou de gérer le stress et les conflits internes. Her seminars on communication and interpersonal skills focus on using laughter to bring teams together or manage stress and internal conflict. » (1) Corinne Cosseron en formation du personnel de santé (2) Corinne Cosseron et le Plus Grand Éclat de Rire de France (1) (2) A graduate in psychology, humanities and history of art, Corinne started out as a film-maker and journalist. Trained in Laughter Yoga by Dr Madan Kataria and SteveWilson (World Laughter Tour), she practices relaxation therapy, meditation, tai chi, qigong and various techniques using clowning, singing, dance and theatre. Convinced of the benefits of laughter as a means of personal development and openingup to others, in 2002 she founded the École Française du Rire et du Bien-Être (French school of laughter and wellbeing), surrounded by doctors, neurologists, psychologists and hospital clowns ? You cannot be serious ? Day in day out, Corinne shows that in crisis situations, laughter and optimism can be the triggers which help us to bounce back. She works with a range of companies (including Danone, SNCF, EDF and Total). Her seminars on communication and interpersonal skills focus on using laughter to bring teams together or manage stress and internal conflict. In healthcare institutions, hospitals, nursing homes and patient associations (Alzheimer’s, Parkinson’s, cancer etc.) laughter therapy is as useful for carers as it is for the patients themselves. Talking about one of modules that caused a particular stir in May 2004 among a group of young nurses in Nîmes, she explains : « The aim of the training was to teach people how to use joie de vivre and optimism as a shield against suffering and the outside world. Because to be able to look after others, you first need to look after yourself and be aware of your own emotions : if you break down yourself, you can’t develop empathy for others. Last October, during a conference/workshop for Saint Gobain, I taught a group of thirty or so Human Resource managers how important laughter is in the workplace. Unlike humour which can sometimes be hurtful, laughter doesn’t get in the way of your work – outbreaks of laughter are incredibly cathartic, develop creativity, and increase productivity. It’s the easiest new initiative to implement ! When I go, I always give them a laughter kit, a secret box of mischief to remind them. Made to measure and to last, anyone can use it if they have a relapse ! »
(2) Désespérant. En temps normal, le parcours du combattant du jeune chef d’entreprise exige déjà un moral à toute épreuve pour triompher des embûches posées sur sa route. Actuellement, ceux qui cherchent des partenaires capables de leur donner les moyens de leurs ambitions ont tendance à s’arracher les cheveux, devant la frilosité ambiante. Face à eux, ils trouvent la plupart du temps des portes qui ne prennent même plus la peine de s’entrouvrir. « Revenez dans quelques mois », s’entendent-ils répondre dans le meilleur des cas. Forcément, quand le réseau Provence business angels crée l’évènement en lançant fin janvier la première édition des Angels cafés à Marseille, alors que la question de l’accès au crédit n’a jamais été aussi délicate, on tend l’oreille. Conçus par ses promoteurs pour être des « accélérateurs de financement », ces rendez-vous mettent en relation les porteurs de projet et les investisseurs. L’occasion d’un premier contact, au cours de séances de speed dating. Pour Patrick Siri et son équipe, il s’agit de favoriser la montée en puissance de cette structure, fondée à Marseille en 2006. Un réseau qui regroupe aujourd’hui une quarantaine d’investisseurs. « Avec ces Angels cafés, nous cherchons évidemment du deal flow, pour doper notre portefeuille d’affaires, mais aussi à recruter de nouveaux membres ». L’arrivée de compétences dans le biomédical est par exemple vivement espérée. Et le président de Provence business angels s’est fixé pour objectif de compter une centaine de membres d’ici un an et demi. DES PIONNIERS AUX CÔTÉS DES POUSSES PROMETTEUSES En France, on recense aujourd’hui entre 3 000 et 4 000 business angels. Par rapport aux Etats-Unis et à l’Angleterre (où ils seraient quelque 30 000 à investir dans de jeunes pousses au développement prometteur), le phénomène reste marginal. Pour susciter de nouvelles vocations, il convient d’abord de rectifier une image un peu brouillée. C’est d’ailleurs un des autres objectifs de ces Angels cafés, comme le rappelle Patrick Siri : « certains nous voient comme des ogres qui viendraient prendre le capital. Or, nous ne sommes pas là pour prendre la place du chef d’entreprise, mais, bien au contraire, pour travailler ensemble. » Le propos se fait volontiers militant, d’autant que les business angels, c’est leur spécificité, concentrent leurs investissements sur des projets en phase d’amorçage. Les membres du réseau provençal ont notamment soutenu une boutique en ligne de prêt-à-porter, un salon consacré à Internet ou encore une société qui développe un procédé de cicatrisation par laser (Heatwave Technology, à Meyreuil). En mettant sur la table, en moyenne, entre 300 et 500 000 euros par dossier. « Ça les a aidés à embaucher, à faire du marketing et à passer un cap. Pour, dans un second temps, réaliser un second tour de table auprès d’investisseurs de deuxième rang ». (1) PAUSE CAFÉ POUR LIAISON DURABLE/COFFEE BREAKS TO CEMENT LONG-LASTING LINKS En lançant ses Angels cafés, Provence business angels affirme son engagement auprès des jeunes entreprises à fort potentiel. L’occasion de faire la promotion d’une activité méconnue et de tordre le coup à quelques idées reçues. By launching its Angels cafés, Provence Business Angels confirms its commitment to young businesses with potential. En France, on recense aujourd’hui entre 3.000 et 4.000 business angels. Un phénomène encore marginal. In France, there are today between 3,000 and 4,000 business angels. A phenomenon still marginal. (2) Patrick Siri INVESTISSEMENT/INVESTMENT Par Olivier-Jourdan Roulot (1) Les Angels Cafés de Provence business angels In normal times, the hoops that a young entrepreneur just starting out in business needs to jump through are bad enough. In the current climate, those looking for capable partners to back them tends to be tearing their hair out in this cautious atmosphere. Inevitably, when the Provence Business Angels network began the event when they launched the first Angels cafés in Marseille at the end of January, when the issue of access to credit had never been so sensitive, everybody prickedup their ears. Designed by its promoters to be « funding accelerators », these events bring together project champions and investors. The network contains around forty investors now. « Of course we’re looking for the deal flow to boost our portfolio, but we’re also looking to recruit new members ». For example, there are high hopes for fresh blood from the biomedical industry. And the president of Provence Business Angels has set a target of recruiting a hundred members in the nexteighteen months. In France, there are currently between 3,000 and 4,000 business angels. Compared to the United States and England (where there are around 30,000), the phenomenon is still fairly marginal. To boost new interest, the priority is to clarify the slightly hazy image. « We’re not here to replace entrepreneurs, in fact quite the contrary, we want to work with them », explains Patrick Siri. The point is understandably fairly militant, especially as business angels focus their investments on projects in their initial phases. So far the members of the Provence network have supported an online fashion store, an Internet room, and a company developing laser scar treatments (Heatwave Technology, in Meyreuil). Bringing to the table an average of between € 300,000 and € 500,000 per project. « It helps them get started, do some marketing and get over the initial hurdles. After that, they start sounding out a second round of investors ». mars 2009 www.cotemagazine.com ÉCONOMY 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 116