COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°117 de mars 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : gastronomie, les coquillages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
ART OPTIMISTE 34 L’ART EN TECHNICOLOR ART IN TECHNICOLOR Par Mireille Sartore Trois artistes qui voient la vie en rose ? Peu importe la couleur pourvu qu’on ait l’ivresse... -/Three artists who think life is rosy ? Never mind the colour, it’s the result that counts ! Richard Jackson, une vision optimiste de la peinture -/an optimistic vision of painting À l’instar de ses compatriotes Paul McCarthy, Mike Kelly ou Jeff Koons, Richard Jackson a choisi d’« user du grotesque » pour souligner les principaux travers de la société contemporaine américaine. La peinture reste son médium de prédilection qu’il utilise pour faire des sculptures, des installations et des œuvres d’art performatives « privées ». Pour preuve, ses récentes pièces mécaniques, sortes de robots joyeux, qui font gicler de la peinture colorée sur différentes surfaces ou directement sur les murs de l’espace d’exposition. « Je ne pense pas que mon travail soit une critique de la peinture mais une vision optimiste de ce qu’elle peut être. » Mutine et souriante, la Big Girl reproduite ici est en fait l’agrandissement de l’un des personnages de la pièce Dining Room que le CAPC-musée d’Art contemporain de Bordeaux présente jusqu’au 7 octobre 2009 dans ses murs. Né en 1939 à Sacramento (USA). Vit et travaille à Los Angeles. Représenté en France par la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Paris. -/Like his compatriots Paul McCarthy, Mike Kelly and Jeff Koons, Richard Jackson has chosen to employ the grotesque in order to highlight the principal failings of contemporary American society. Painting remains his preferred medium but he utilises it to create sculptures, installations and « private » performance artworks, as in his recent mechanical pieces, joyful robotic figures that squirt coloured paint onto various surfaces or directly onto the walls of the exhibition space. He doesn’t see his work as a criticism of painting but as an optimistic vision of what painting can be. The mischievously smiling Big Girl seen here is in fact an enlargement of one of the figures in the Dining Room piece that Bordeaux’s CAPC-Musée d’Art Contemporain is exhibiting until 7 October 2009. Born in 1939 in Sacramento, USA. Lives and works in Los Angeles. Represented in France by Georges-Philippe and Nathalie Vallois’s gallery in Paris. Richard Jackson, Big Girl, 2008. Aluminium, peinture, 330 x 100 x 138 cm. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris.
Takashi Murakami, Flowerball Sexual Violet No.1 (3D), 2008. Acrylique et feuille de platinium sur toile montée sur bois, 250 cm diamètre. Après Los Angeles et New York, vue de l’exposition du Museum Für Modern Kunst de Francfort, reprise depuis par le Guggenheim Bilbao jusqu’en mai prochain./After Los Angeles and New York the exhibition moved to Frankfurt’s Museum Für Modern Kunst (pictured) and is now at the Bilbao Guggenheim until May. Takashi Murakami, entre pop art et tradition Edo -/part Pop Art, part Edo tradition Dans la lignée de Andy Warhol, Jeff Koons ou Damien Hirst, Takashi Murakami possède sa propre Factory, son entreprise d’art, sa « multinationale » baptisée la Kaikai Kiki, d’où sont produits notamment des objets dérivés en tous genres (dessins, stickers, porte-clés, coussins, etc.). Véritable homme d’affaires, l’artiste japonais est aussi le producteur d’émissions télévisées et d’une foire artistique. En 2003, il s’est fait connaître du grand public par sa contribution mercato-artistique à la marque Louis Vuitton pour laquelle il réalisa une ligne de maroquinerie très « fruitée ». Artiste hybride de l’époque « manga » et du multimédia, Murakami n’hésite pas à faire se rencontrer le pop art américain – il a étudié à Los Angeles – et la tradition ancestrale des estampes japonaises de la période Edo (1603-1868). Kitsch, colorée, infantile par certains aspects (kawaii en japonais), l’œuvre de Takashi Murakami se situe aujourd’hui dans le top ten du marché de l’art. Né en 1962 au Japon. Vit à Tokyo et New York. Représenté en France par la galerie Emmanuel Perrotin à Paris qui présentera une nouvelle série d’œuvres à partir du 11 septembre 2009. Similarly to Andy Warhol, Jeff Koons and Damien Hirst, Takashi Murakami has his « Factory », his art business, his ‘multinational’, which he’s christened Kaikai Kiki and that notably turns out all sorts of merchandise : drawings, stickers, key rings, cushions and what have you. The Japanese artist is a true businessman who also produces TV programmes and organises an art fair. He became known to the general public in 2003 thanks to his artistic marketing collaboration with the Louis Vuitton brand for which he created a very ‘fruity’line of leather accessories. A hybrid artist of the manga and multimedia era, Murakami makes no bones about combining American Pop Art (he studied in Los Angeles) with the ancient Japanese tradition of engraving during the Edo era (1603-1868). Takashi Murakami’s kitsch, colourful and in some aspects childish (kawaii in Japanese) oeuvre now figures in the art market’s Top 10. Born in 1962 in Japan. Lives in Tokyo and New York. Represented in France by Emmanuel Perrotin’s gallery in Paris, which will be showing a new series of works from 11 September 2009. 2008 TAKASHI MURAKAMI/KAIKAI KIKI CO., LTD. ALL RIGHTS RESERVED COURTESY GALERIE EMMANUEL PERROTIN mars 2009 www.cotemagazine.com ART OPTIMIST 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 116