COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
COTE Marseille Provence n°117 mars 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°117 de mars 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : gastronomie, les coquillages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
ESSENTIELS CULTURE 20 Balthus : la vie d’Enhaut Dessin Balthus : étude pour Katia lisant 1968. Par Dominique Juan En janvier 2009, Balthus aurait eu 100 ans. La Fondation d'Entreprise Ecureuil à Marseille lui consacre une exposition jusqu’au 2 avril, la seule en France cette année. C’est l’occasion de revenir sur la vie de cet artiste néoclassique qui a marqué le XX e siècle. Balthus : his life in the Pays d'Enhaut Balthus would have been 100 years old this January. The Fondation Ecureuil in Marseille is showing an exhibition of his work until 2 April – the only one in France this year. It's an opportunity to look back over the life of this neoclassical artist who left his mark on the 20th century. Avant le chaos de 1914, l’aristocratie européenne aimait à se retrouver au bord du lac Léman. C’est là que grandit Balthazar Klossowski de Rola, cadet d’une famille de petite noblesse polonaise et fils de Baladine, couvé par Rainer Maria Rilke. Il a à peine onze ans quand Rilke lui fait éditer son premier travail, Mitsou, ou les aventures d’un chat en quarante images. Balthazar devenu Balthus, autoproclamé « le roi des chats », ne se séparera jamais de ces félins dont il aimera la compagnie. Baladine l’entraîne à Paris. Très tôt, elle lui fait rencontrer André Gide, Maurice Denis, Pierre Bonnard… Une jeunesse remplie de bonheur pour ce dandy qui épousera Antoinette de Watteville (« Correspondance amoureuse », 2001). Une idylle qui prendra fin après la naissance de son second fils. En 1934, Balthus peint La leçon de guitare. Il a vingt-six ans, manque cruellement d’argent et veut « percer l’indifférence ». Etrange, violente, délibérée, cette œuvre le poursuivra toute sa vie, lui qui pourtant se défendra d’être le peintre des « jeunes filles érotiques ». Dans les années 50, il réalise des décors pour une pièce d’Albert Camus ainsi que ceux de Cosi Fan Tutte au Festival d’Aix-en-Provence. Mozart, le musicien qu’il affectionne tant. En 1961, Malraux lui confie la direction de l’Académie de France mars 2009 www.cotemagazine.com à Rome, la Villa Médicis. Il y est rejoint par Setsuko Idata, alors jeune étudiante, qu’il épouse lors d’un séjour au Japon. En 1977, retour en Suisse, le peintre fait une halte au Pays d’Enhaut, au Grand Chalet de Rossignère, hôtel jadis assidûment fréquenté par Victor Hugo. Il s'en éprend, l'achète. Il y vivra jusqu'à sa mort avec sa femme et sa fille Harumi. Artiste rare, méticuleux, il peint et repeint ses trois cents tableaux, pas tous datés, pas tous terminés, lui demandant pour certains plusieurs années de travail. Il s’affirme comme artiste figuratif accompli, néo-classique à souhait, très inspiré par Masaccio ou Piero della Francesca à une époque où l’abstraction est reine. À contre-courant, homme assez mystérieux, ami de Lacan et de Bataille, il aime s’entourer de manière éclectique, des grands de ce monde, Bono, Richard Gere, le Dalaï-Lama…. Ainsi va la vie de Balthus à Enhaut. Jusqu’au 2 avril à l’Espace Ecureuil, 26 rue Montgrand, Marseille. Etudes, dessins, esquisses, aquarelles, la délicieuse série Mitsou, tableaux dont Tristesse de la Lune et une grande œuvre inachevée. Responsable mécénat Fondation Entreprise Ecureuil, Cécile Khan. Vice-Présidente de la Fondation Ecureuil Paule Touitou. Commissaire d'exposition, Marc Stammegna. Chalet de Rossignère en hiver. Before the chaos of 1914, the European aristocracy liked to gather on the shores of Lake Leman. When Balthazar Klossowski de Rola, youngest son of a minor family of the Polish aristocracy was growingup there, Rainer Maria Rilke took him under his wing. When he was scarcely eleven years old, Rilke had the boy's first work published : Mitsou, the adventures of a cat in forty pictures. Balthazar became Balthus, self-proclaimed"king of cats". He loved the company of his feline friends and was never without one. His mother Baladine took him to Paris and at a very early age introduced him to André Gide, Maurice Denis, Pierre Bonnard and others. This was a happy time for the young dandy. He married Antoinette de Watteville (Correspondance amoureuse, 2001), an idyll that ended after the birth of their second son. In 1934, Balthus painted The Guitar Lesson. He was 26, terribly short of money and wanted to "break though the indifference". This strange, violent, studied work was to pursue him all his life, although he always denied that he was a painter of "erotic young girls". In the 1950s he painted stage sets for a play by Albert Camus and for Cosi Fan Tutte at the Aix-en- Provence Festival (he was a great fan of Mozart). In 1961, Malraux appointed him manager of the Villa Medici, the French Academy in Rome. In 1977, back in Switzerland, he stopped off at the Grand Chalet in Rossignère in the Pays d'Enhaut − a hotel once fondly frequented by Victor Hugo. Balthus fell in love with the place, bought it, and lived there with his wife and his daughter Harumi until his death. An exceptional artist, he meticulously painted and repainted his 300 works – not all dated, not all finished, some taking several years to complete. Working against the trend, a rather mysterious man, friend of Lacan and Bataille, he enjoyed an eclectic range of friends and acquaintances including Bono, Richard Gere, the Dalai- Lama and many of the world's great and good. Such was the life of Balthus in the Pays d'Enhaut.
Infos pratiques/Practical information Quand venir à Berlin ? /When to visit Tout au long de l’année 2009 Berlin célèbrera le 20e anniversaire de la chute du Mur. On trouvera la liste des événements organisés autour de cet anniversaire sur www.mauerfall09.de Du 7 mai au 9 novembre se déroulera une grande exposition en plein air sur l’Alexanderplatz organisée par le Robert-Havemann- Gesellschaft mettant en lumière les événements de cette révolution pacifique de 1989-90. Le point d’orgue de ces célébrations sera une grande fête organisée le 9 novembre au pied de la porte de Brandebourg. Throughout 2009 Berlin is celebrating the 20th anniversary of the Wall coming down. The programme of events organised for this anniversary can be found at www.mauerfall09.de. On Alexanderplatz from 7 May to 9 November, Robert- Havemann-Gesellschaft is putting on a big open-air exhibition spotlighting the events of that peaceful revolution of 1989-90. The culmination of these celebrations is to be a huge party on 9 November under the Brandenburg Gate. Comment ? /Getting there Avec une durée de vol d’une heure quarante-cinq, Berlin est une destination idéale pour un court séjour. Air France et Lufthansa la desservent avec des offres promotionnelles pouvant commencer à 120 € soumises à des conditions rigides. Les offres d’EasyJet peuvent aussi se révéler intéressantes même s’il n’y a pas de services gratuits à bord. La compagnie Air Berlin (www.airberlin.com) a ouvert depuis quelques semaines sa ligne Paris-Berlin et relie BERLIN PARTNER FTB-WERBEFOTOGRAFIE BERLIN PARTNER GMBH-SCHOLVIEN No other European city has experienced suchupheavals as Berlin, flattened by bombing during the Second World War then divided for 40 years with the eastern part of the city additionally suffering from a serious lack of facilities. Added to that there have been decisions motivated more by politics than urban planning, such as the demolition of Berliner Schloss, previously the German emperors'residence. For the last 20 years Berlin has been reinventing itself all the time. Although evidence of its tumultuous past can still be seen all over, the ambience today is marked by a certain optimism somewhat reminiscent of Paris in the 1970s or New York in the 1980s. For creative people of all types – architects, designers, musicians, stylists – this city is unquestionably the place they want to be and of course the restaurants and clubs have tuned right into this Berlin : capitale de la création Par Rémi Dechambre Berlin fête cette année le vingtième anniversaire de la chute du Mur. Un événement qui marqua la renaissance de cette ville devenue aujourd’hui l’une des plus créatives d’Europe. Berlin : capital of creativity This year Berlin celebrates the 20th anniversary of the fall of the Wall, an event that marked the rebirth of a city that is today one of the most creative in Europe. En haut, de gauche à droite, La porte de Brandbourg : un symbole berlinois et quelques vestiges du mur. Ci-dessus, La nouvelle « Nationalgalerie » VISITBERLIN.DE-KOCH Aucune ville européenne n’aura subi autant de bouleversements que Berlin. Rasée par les bombes durant la Seconde Guerre mondiale, divisée durant quarante ans, la partie est de la ville a de plus souffert de graves carences en termes d’équipements. À cela se sont ajoutées des décisions aux motivations plus politiques qu’urbanistiques comme la démolition du Berliner Schloss qui était la résidence des empereurs allemands. Depuis vingt ans, Berlin n’en finit pas de renaître. Si, partout, les témoignages de son histoire tumultueuse subsistent, l’ambiance est maintenant marquée par un certain optimisme qui n’est pas sans rappeler le Paris des années 70 ou le New York des années 80. Indéniablement, les créateurs en tout genre, qu’ils soient architectes, designers, musiciens ou stylistes ont trouvé ici leur terre d’élection. Bien sûr, les restaurants et les clubs se sont mis à l’unisson de cette effervescence. Si les prix relativement bas de Berlin est ont été un terreau plutôt favorable à l’éclosion de lieux de création, cette mutation ne semble pas s’être faite sans un certain coût social. Nombre d’habitants d’avant la réunification ont dû partir. Le quartier de Mitte en est l’un des symboles : les arrière-cours héritées d’un passé artisanal accueillent dorénavant une profusion de galeries et d’ateliers d’artistes. Des galeries qui ont même envahi des rues entières comme l’Augustrasse. Avec son atmosphère paisible (du moins durant la journée !) le Berlin d’aujourd’hui est certainement la ville la plus propice à la découverte artistique et aux promenades qui plongeront tantôt le visiteur au cœur de l’histoire tantôt sur les voies du futur. Certains Berlinois vous diront probablement que leur ville n’est déjà plus ce qu’elle était il y a quelque temps. Paradoxalement « victime » du boom économique lié à l’installation du gouvernement en 1999 mais aussi en raison de son rayonnement attirant de nombreux tou- effervescence. East Berlin's relatively low prices have incited large numbers of artists and other creative people to move in but this change would seem to have been at a cost to its social fabric since many of the pre-unification inhabitants have had to leave. The Mitte district is symbolic of this : the backyards that used to house artisans'workshops are now occupied by a profusion of galleries and artists'studios ; in some cases galleries have taken entire streets over, such as Augustrasse. With its peaceful atmosphere (during the day at least !) the Berlin of today is certainly the city that most lends itself to discovering the arts and taking walks that plunge you into the heart of its history and/or its projects for future. Some Berliners will probably tell you that even now their city is not what it was a few years ago. Paradoxically a victim of the economic mars 2009 www.cotemagazine.com TRAVEL ESSENTIELS VOYAGE 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 1COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 117 mars 2009 Page 116