COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°116 de décembre 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 33,0 Mo

  • Dans ce numéro : bijoux exquis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
PORTRAIT 18 Mieux que personne, il sait que le scoop tient souvent du miracle. Toujours sur la brèche, cette fine gâchette incarne la figure du grand reporter nourri au souffle chaud de l’actualité. Une vie sur la corde raide, saluée du prix Albert Londres et du Pulitzer. Il est une sorte de dinosaure. De dernier mohican. Un de ces journalistes faits d’un autre bois. Le panache en plus. Coup sur coup, il vient de signer deux reportages à Cuba pour le magazine Playboy. Un premier sur les traces du Picasso noir et de la famille cachée du peintre. Il projette de faire venir ce cousin cubain en France pour l’année Picasso. Et livre en novembre une enquête sur Guantanamo au magazine ami des lapins et des filles. « A une époque », explique-t-il, « 7 500 Cubains travaillaient sur la base américaine, partant chaque matin de Guantanamo ville. Ils étaient encore 500 quand Bush est arrivé ». Depuis, les anciens de la base ne perçoivent plus leur retraite de 1000 dollars par mois (une petite fortune, sur place). Et Missen révèle que le dernier Cubain qui y travaille ressort chaque mois avec... 100 000 dollars sur lui pour les redistribuer. Dans ses cartons, « mille trucs » patientent. Dont quelques-uns sur le feu. Son documentaire consacré à la French connection vient d’être rediffusé par France 3 et Planète. Hubert Besson, producteur de Plus belle la vie, l’a sollicité pour écrire une série sur le sujet pour France 2. C’est un autre Marseillais, Philippe Caresse, qui réalisera ce 4x52 minutes. Dans les tuyaux, également, un remake de l’Héritier de Labro. Qui devrait être porté à l’écran par Christophe Gans (le réalisateur du Pacte des Loups). Missen vient d’en livrer un premier scénario, désormais entre les mains des studios américains. Les équipes de John Woo lui ont demandé d’américaniser une histoire jugée trop française, après avoir lu son enquête consacrée au fond d’investissement Carlyle, proche du clan Bush. Parmi bien d’autres choses encore, l’ex-grand reporter du Provençal projette de retourner en Afghanistan. Il avait été le premier avec Depardon à annoncer l’arrivée des Soviétiques en 79. Il y retournera en 1980, pour les Dossiers de l’écran, réalisant un entretien avec un certain... Ben Laden, alors en excellents termes avec les Américains. Mais, il sera arrêté et rentrera sans la fameuse bande. « Parfois, je me réveille la nuit en y pensant », sourit-il. « Si j’avais réussi à la sortir, aujourd’hui, j’aurais la moitié de Marseille ! » Car malgré ses états de service et ses faits d’armes, les poches du soldat Missen sont trouées. « Je suis quelqu’un d’atypique dans ce milieu parce que je ne supporte pas de dépendre de gens qui ne sont pas sur le terrain et n’osent pas prendre de risques quand l’information, difficile à trouver, attend ». Du coup, plutôt que perdre son temps à discuter, il fonce en mettant son propre argent dans ses reportages. Quitte à bouffer de la vache enragée pour avoir le droit et le loisir d’exercer ce foutu métier dont il sait qu’il est le plus beau du monde. A 75 ans, il n’a renoncé à rien. Persuadé que tout reste à écrire, tout reste à dire. Le journalisme est sa vie. Il a chez lui ce délicieux goût d’immortalité. décembre 2008 - janvier 2009 www.cotemagazine.com Par Olivier-Jourdan Roulot Photo Jean-Marie Juan François Missen Tous derrière, lui devant Stillahead of the field at 75 He never stops. He's the very incarnation of the great reporter driven by the white heat of events. A life on the knife edge, rewarded by the Albert Londres and Pulitzer prizes. He's one of those journalists that seem to be made of tougher stuff. A mammoth. With panache as well. He's just had two features on Cuba published in Playboy, in quick succession. The first is about painter Juan Antonio Picasso and the rest of the great Pablo's hidden family. He plans to bring this Cuban cousin to France for Picasso Year. The second, in the November issue of the bunnies and girlies mag, is an investigative piece on Guantanamo. « At one time," he explains, « there were 7500 Cubans working on the American base, leaving from Guantanamo town each day. There were still 500 when Bush came to power ». Since then, former workers at the base no longer receive their pensions of $1000 a month (a small fortune in Cuba). And Missen reveals that the last Cuban still working there comes home each month with $100,000 on his person, to distribute. François Missen, former lead reporter of the newspaper Provençal, has "a thousand things" waiting to be realised. Some are already under way. His documentary on the French Connection was recently rebroadcast on France 3 and Planète. He's working on a remake of Labro's l’Héritier, which should be directed by Christophe Gans (director of Pacte des Loups). He's just submitted a draft scenario to American studios. John Woo's people have asked him to Americanise the story, which they think is too French, after reading his investigative piece on investment fund Carlyle Capital, close to the Bush clan. Among many other projects, François Missen plans to go back to Afghanistan. He was the first, with photographer Raymond Depardon, to announce the arrival of the Soviet forces in'79. He went back in 1980 for TV channel Antenne 2 and interviewed a certain Ben Laden, then on excellent terms with the Americans. But he was arrested and came home without the tape. « Sometimes I wakeup in the night thinking of it, » he smiles. « If l'd managed to get it out, l'd own half of Marseille by now ! » Because despite his long service and brilliant record, soldier Missen's pockets are empty. « l'm an untypical journalist because I can't stand being dependent on people who aren't out in the field and don't dare take risks when there's news waiting to be found but hard to get ». So rather than waste his time in discussions he goes ahead, using his own money. At the age of 75 he has relinquished nothing, convinced that there's stilla world of truths to be told and written about. Journalism is his life.
Gorgones de Nouvelle-Calédonie à 20 m de profondeur. C’est sûr, cette décision n’a pas fait que des heureux à commencer par les dix villes non retenues, dont Lille qui estimait apporter toutes les garanties à la pérennité de cette implantation. Mais en installant son siège à Marseille dans le pôle Euroméditerranée - La Joliette, l’IRD apporte un positionnement géographique pertinent pour dynamiser la construction d’un axe Europe-Méditerranée- Afrique de la recherche. « Cette nouvelle implantation, accompagnée par de nouvelles équipes, jeunes et enthousiastes, vient renforcer plusieurs années d’évolution » précise Michel Laurent, directeur général de l’IRD. En ce qui concerne la Ville, ce prestigieux Institut, et les 190 personnes (250 à terme) qui le composent, va également contribuer à la croissance économique et à la dynamisation de son tissu urbain. Les atouts marseillais sont nombreux et ils résident, principalement, dans son fort potentiel en matière de recherche (notamment l’axe santé), à la proximité d’acteurs touchant les mêmes domaines dont l’agence française de développement (AFD), certains services de la banque mondiale et le centre européen du conseil académique des nations unies (ACUNS). En choisissant Marseille, « zone, qui bénéficie d’une longue tradition de relations internationales avec les pays du Sud, l’institut consolide ses ambitions pour mener sa politique d’alliance volontariste avec la communauté scientifique au service du développement » souligne à son tour Jean-François Girard, président de l’IRD. L’I.R.D. PHOTO PIERRE LABOUTE/IRD Marseille décidément attaque sur tous les fronts, et c’est grâce à la pugnacité de ses élus que la Ville accueille depuis septembre dernier l’Institut de Recherche pour le Développement. Operation planet Marseille is obviously attacking on every front and thanks to its MPs’pugnacity that the town has accommodated the Institute of Research for Development since last September. Créé en 1944, l’Institut de Recherche pour le Développement est un établissement public à caractère scientifique et technologique placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et de la Coopération. Il conduit des activités de recherche, d'expertise et de formation afin de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. Cet organisme qui compte dans le monde 2300 agents, dont 780 chercheurs, est implanté à la fois dans l'outre-mer français et dans 25 pays étrangers, principalement en Afrique, Amérique latine et Asie du sudest. Il intervient en particulier dans les domaines de la santé, des biotechnologies, de l'agronomie, des sciences de la Terre et des sciences sociales (anthropologie, sociologie...) et ses thèmes de recherche sont liés aux risques naturels, climats et ressources non renouvelables, gestion durable des écosystèmes du Sud, eaux continentales et côtières, sécurité alimentaire dans le Sud, sécurité sanitaire, politiques de santé ainsi que sur les effets de la mondialisation. IRD. Opération planète Avancées des dunes en Tunisie. By settingup its head office in the Euroméditerranée-La Joliette centre in Marseille, the IRD has brought a relevant geographical positioning to give a boost to the construction of a Europe-Mediterranean-Africa axis for research. « The new location, with new, young and enthusiastic teams, has just strengthened many years of growth, » says Michel Laurent, IRD chief executive officer. As far as the town is concerned, the prestigious Institute – with its 190 employees (eventually 250) – willalso contribute to the economic growth and stimulation of its urban fabric. Marseille’s assets are many and mainly lying in the strong potential of the research world – particularly the health axis, close to proponents touching the same fields including the French Agency for Development (AFD), some services of the World Bank and the Academic Council on the United Nations Systems (ACUNS). By choosing Marseille, « Zone that takes advantage of a long tradition of international relationships with the countries of the South, the institute consolidates its ambitions to lead its voluntarist alliance policy with the scientific community for development, » says Jean-François Girard, chairman of the IRD in his turn. I.R.D. Par Sylviane Casorla Glaciologue à la recherche d’un passage dans un champ de sérac. Flanc nord du volcan englacé Cotopaxi (Equateur). Created in 1944, the Institute of Research for Development is a public scientific and technological institution placed under the double supervision of the ministries responsible for Research and Cooperation. It leads research, assessment and training activities so as to contribute to the economical, social and cultural growth of countries of the south. The organisation, with 2,300 agents worldwide, including 780 researchers, is setup in France’s overseas territories and 25 foreign countries, mainly in Africa, Latin America and south-east Asia. It particularly intervenes in health, biotechnology, agronomy, biology and social science (anthropology, sociology, etc.) domains and its research themes are related to natural, climatic and non-renewable resource risks, lasting management of the South’s ecosystems, continental waters and coasts, food security in the South, sanitary security, health policies as wellas the effects of globalisation. décembre 2008 - janvier 2009 www.cotemagazine.com PHOTO VINCENT SIMONNEAUX/IRD PHOTO JEAN-PHILIPPE EISSEN/IRD RECHERCHE ESSENTIELS 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 1COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 132-133COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 134-135COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 136-137COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 138-139COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 140-141COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 142-143COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 144-145COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 146-147COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 148-149COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 150-151COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 152-153COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 154-155COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 156-157COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 158-159COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 160-161COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 162-163COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 164