COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°116 de décembre 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 33,0 Mo

  • Dans ce numéro : bijoux exquis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
PORTRAIT 16 Il écrit sous un nom qui n’est pas le sien. Un nom de femme, lui, l’ancien officier de l’armée algérienne, composé des deux prénoms de son épouse. Et signe une grande fresque romanesque, pour un retour sur sa terre natale. « Il est des matins qui se lèvent sur d’autres nuits », prétend-il. Les siens annoncent des journées vouées à l’écriture, cette discipline permettant « d’apprivoiser les rêves qui nous échappent ». Dans ses livres, il pose des questions essentielles sur des sujets sur lesquels l’Occident hésite, mal à l’aise. Dans les Hirondelles de Kaboul (1), il nous projetait dans le quotidien de l’Afghanistan à l’heure des talibans. Dans l’Attentat (1), c’était l’histoire d’une Palestinienne se faisant sauter au milieu d’un groupe d’enfants, laissant son mari dans la stupeur. Dans les Sirènes de Bagdad, il nous entraîne dans les pas d’un homme rattrapé par la violence et la haine, presque contre lui-même. Avec Ce que le jour doit à la nuit, son nouveau roman (chez Julliard), il revient sur l’Algérie coloniale, avec une saga douloureuse qui va de 1936 à 1962. Enfant, à l’école des cadets de l’armée, il écrivait en cachette. Presque honteux, « dans un univers de bottes et de sommation. J’étais dans une île », confie-t-il. « Sur une autre planète, un monde carcéral ». Une prison dans laquelle son père l’avait enfermé à 9 ans. Les livres interdits, le matricule 561 les découvrira seul, petit à petit - Steinbeck, Hemingway, Camus... « Les écrivains me disaient : oui, tu peux nous ressembler. Et même, un jour, parler à beaucoup de monde ! » Parfois, dans cet univers de négation, sa différence lui valait un furtif moment de gloire. Quand, pendant la classe, ses rédactions étaient montrées en exemple, lues par les professeurs. Les vrais problèmes arriveront plus tard, une fois publié. « Je pensais que ça ferait la fierté de l’armée : j’étais son enfant et son fils. Sa création ! Mais on m’a fait comprendre que j’étais une anomalie » Une « cellule cancéreuse » que l’armée voudra couper. Sa carrière d’officier en souffrira. « En 25 ans de carrière, on finit général, pas commandant ! » S’il a pris la direction du centre culturel algérien à Paris, il reste attaché à Aix, où il a conservé son appartement. Il y est arrivé en janvier 2001, marqué par la guerre en Algérie. Aix lui a inspiré tous ses livres depuis les Hirondelles de Kaboul. Pour lui, chaque nouveau livre est une conquête, une victoire. « Chaque phrase que j’écris est une fibre que j’arrache de mes tripes. Une goutte de sang que j’étale sur le papier. Quand j’écris, je me tue ». Pour réussir cette chose sidérante d’être devenu, après avoir longtemps écrit dans le secret, un des écrivains de langue française le plus lu dans le monde. « J’ai commencé à parler français une fois installé en France. C’est un miracle. Derrière, il y a l’amour. Quelque chose qui rend tout possible. Même la littérature. » (1) Ces deux livres sont en cours d’adaptation au cinéma. décembre 2008 - janvier 2009 www.cotemagazine.com Yasmina Khadra Entre les lignes Between the lines Par Olivier-Jourdan Roulot Photo Faustine Cornette de Saint Cyr A former officer in the Algerian army writes under a woman's name − madeup of his wife's two first names. His latest novel is a fictional epic set in the land of his birth. In his books he addresses crucial issues that Westerners, illat ease, hesitate to examine. Les Hirondelles de Kaboul (1) told of daily life in Afghanistan under the Taliban. In l’Attentat (1) a Palestinian woman blows herselfup in the middle of a group of children, leaving her husband utterly stunned. Les Sirènes de Bagdad is the story of a man caughtup by violence and hatred, almost against himself. His new novel Ce que le Jour doit à la Nuit (published by Julliard) takes us back to colonial times in Algeria, with a painful saga running from 1936 to 1962. As a child at the army cadet school he wrote in secret. Almost shamefully, « in a world of boots and shouted orders. I was on an island, » he says, « on another planet, a prison world ». A prison where his father had sent him at the age of nine. Books were forbidden ; he discovered them little by little on his own − Steinbeck, Hemingway and Camus. Sometimes in that world of negation his difference brought him a fleeting moment of glory, when a teacher read out an essay of his as an example. The real problems came later, when his books were published. « I though the army would be proud : I was it's son, it's child. It's creation ! But I was made to understand that I was an anomaly, » a « cancer cell" that the army wanted cut out. His career as an officer suffered as a result. Now head of the Algerian cultural centre in Paris, he is still fond of Aix and has kept his old flat there. He arrived in January 2001, marked by the civil war in Algeria. Aix inspired all his books after les Hirondelles de Kaboul. For him, each new novel is a victory. And his achievement is astonishing : after writing in secret for so many years, he has become one of the most widely read Frenchlanguage writers in the world. « I began speaking French after I arrived in France. It's a miracle. Behind it lies love. Something that makes everything possible. Even literature. » (1) Published in English as The Swallows of Kabul and The Attack. Both books are currently being adapted for the cinema.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 1COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 132-133COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 134-135COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 136-137COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 138-139COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 140-141COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 142-143COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 144-145COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 146-147COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 148-149COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 150-151COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 152-153COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 154-155COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 156-157COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 158-159COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 160-161COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 162-163COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 164