COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
COTE Marseille Provence n°116 décembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°116 de décembre 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 33,0 Mo

  • Dans ce numéro : bijoux exquis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
ENCOUNTERS URBAN 108 URBAN PROVENCE RENCONTRES Par Sylviane Casorla – Photos Bruno Ruiz Katia Grisanzio Florence Giraud-Héraud Katia Grisanzio La voie de l’essentiel -/The essence of creativity Des tableaux, dest.shirts peints, des bijoux… Dispersion ? Erreur ! Regardez bien, car toutes ses créations ont un point commun : l’amour de la matière. Goudron, ciment, or, argent, jade, nacre, cuir, onyx… quel que soit son nom, entre les mains de Katia le matériau prend vie. Elle le manipule librement, l’associe à d’autres, jusqu’à créer entre eux une dynamique qui lui révèle le sens profond de chaque création, à ce moment tout devient possible. Frêle et si forte à la fois, Katia peut aller de la toile à une paire de boucles d’oreilles en appliquant la même démarche : la recherche, une quête sans fin qu’elle applique sur des peintures abstraites d’une profonde émotion ou des lignes de bijoux d’une grande délicatesse. Des fils en métal doré ou argenté, assemblés sans idées préconçues, « Lsonge » vient de naître et avec cette structure, des collections (le mot la fait sourire) de colliers, bagues, bracelets… Une fois créés, il faut les diffuser mais là, pas de « compétitions inutiles », pas « d’énergie dépensée pour rien », les rencontres se sont faites naturellement, ainsi s’est peu à peu construit sa notoriété, ainsi s’est constituée sans à- coups, et après bientôt deux ans d’existence, une liste impressionnante de points de vente. Ses dernières créations mêlent avec un art consommé l’argent vieilli éclairé d’occlusions d’or, du bois d’ébène ponctué d’une pastille d’or, et de petits diamants bruts « serti sous tension » dans des anneaux d‘argent à peine oxydé ou au contraire sombre comme la nuit. Elle continue aujourd’hui à cumuler les casquettes, cette multiplication des formes d’expression lui donne des ailes, et nourrit son imaginaire. Katia connaît le sens de la vie, elle a défini ses priorités et rien ne l’en fera démordre, « mes idées fixes » dit-elle en riant qui pourtant l’emmènent uniquement là où elle a décidé d’aller. -/Pictures, painted tee-shirts, jewellery : the common thread in all her creations is a love of materials. Tar, cement, gold, silver, jade, mother-of-pearl, leather, onyx : whatever its name, in Katia's hands a material (or matter, quite simply) comes alive. She handles it freely, combines it with other materials, creating a dynamic between them that reveals to her the underlying meaning of the piece, be one of her deeply emotional abstract paintings or a delicate item of jewellery. The seemingly fragile Katia moves smoothly from a canvas to a pair of earrings, taking the same approach to both, constantly searching, questioning. Gold and silver thread, put together with no preconceived idea. Lsonge is the name of her recently created business brand and its collections of necklaces, rings, bracelets etc. Once you've made stuff you have to sell it, of course, but in her case meetings with the right people happened naturally. After just under two years in business Lsonge has an impressive list of outlets. Her latest creations mix with consummate art aged silver with gold inserts, ebony with a gold disc inset, small raw diamonds tensionset in silver rings, the silver slightly oxidised or dark as night. Katia is still branching out into other forms of expression : it feeds her imagination and gives wings to her creativity. www.katia-grisanzio.com - www.lsonge.com décembre 2008 - janvier 2009 www.cotemagazine.com les sélections du mois/this month’s selections Florence Giraud-Héraud Un jour mon Prince… Quelle trouvaille ce nom ! De la petite fille… à la plus grande, quelle est celle qui n’a pas un jour pensé à son Prince, forcément charmant ? Toutes, inutile de mentir. Et Florence Giraud-Héraud comme les autres. Coudre, tricoter, maniant même avec dextérité la scie circulaire lorsque qu’elle est en phase déco… bref, Florence est une manuelle et ne s’en cache pas. Un passage en fac pour découvrir que ce chemin ne lui convient pas et pour elle, ses amies, ses sœurs, elle s’amuse à créer des bijoux. Sa mère lui suggère alors de « monter » une petite structure et de confectionner ses propres collections. Aussitôt dit, aussitôt fait, les premières pièces surgissent et s’écoulent facilement grâce à un bouche-à-oreille des plus efficaces, une discrétion qui convient d’ailleurs à cette grande timide. Puis vient le temps des mutations, d’une rencontre et d’un déménagement vers la capitale avant quelques années plus tard de rejoindre Marseille, retour dû aux circonstances de la vie. Aînée d’une fratrie de cinq enfants, surtout composée de filles, elle passe du temps auprès des siens, de ses enfants aussi (des filles encore) et il y a 3 ans, pointe à nouveau une envie de bijoux. Mais de la création à la réalité tout-terrain, il y a un pas qu’il faut oser franchir. Largement boostée par son mari et des sœurs au verdict redoutable, Florence réalise aujourd’hui deux collections par an de bijoux intemporels, faciles à porter (elle y tient), porteurs de messages joliment poétiques ou pleins d’humour. La palette de couleurs est volontairement resserrée autour du doré et de l’argent seulement ponctués par quelques liens aux teintes tendance. Plus d’une centaine de points de vente en France, Belgique, Espagne, Suisse, une équipe de 5 personnes… cette magnifique réussite s’inscrit en forme d’hommage à celle, qui n’est plus, mais qui la première a su déceler l’esprit créatif et le talent de Florence. -/A brilliant idea for the name of a jewellery collection. For which of us never dreamedthat "one day my Prince will come" ? Sewing, knitting, and nifty with a circular saw on home decorating days : Florence, in short, is at her best doing things with her hands. She enjoyed making jewellery for herself and her mother suggested settingup a small business and making her own collections. The first pieces sold easily, the news spreading by word of mouth. Then came a time of changes ; she met someone and moved to Paris, but came back to Marseille a few years later. And then, three years ago, her urge to make jewellery reasserted itself. With much encouragement from her husband and her sisters, Florence now makes two collections a year of timeless jewellery, easy to wear (that's important to her), displaying amusing or prettily poetic messages. She prefers to keep her colour range around gold and silver, with just a few thongs in trendy tones. She now has more than a hundred outlets in France, Belgium, Spain and Switzerland and a team to five staff. That's a brilliant success and a great tribute to the woman, now deceased, who first noticed and encouraged her daughter's creativity and talent. www.contact@unjourmonprince.net



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 1COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 118-119COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 120-121COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 122-123COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 124-125COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 126-127COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 128-129COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 130-131COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 132-133COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 134-135COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 136-137COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 138-139COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 140-141COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 142-143COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 144-145COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 146-147COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 148-149COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 150-151COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 152-153COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 154-155COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 156-157COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 158-159COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 160-161COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 162-163COTE Marseille Provence numéro 116 décembre 2008 Page 164