COTE Marseille Provence n°115 novembre 2008
COTE Marseille Provence n°115 novembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°115 de novembre 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 118

  • Taille du fichier PDF : 39,2 Mo

  • Dans ce numéro : immobilier, l'avenir des villes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
URBAN Par Nicole Cimadoré PROVENCE Bien des lunes plus tard, après la dernière de leur guerre mondiale, ils allaient visiter la leur, de lune. Et Leika, Gagarine ou Armstrong débrideraient le cortex d’auteursrêveurs, scientifiques souvent. La guerre froide verrait arriver de Petrovitchi Isaac Asimov et Ray Bradbury de l’Illinois. L’âge d’or de la SF pouvait démarrer. Les pulps des années 50 et 60 débarqueront en France. La vague suivante allait être d’une nature nouvelle. Dans les années 80, le fantastique mettrait de l’horreur sous la plume des Stephen King et Clive Barker, scénariste au cinéma. A vitesse grand V, les nineties pilleraient la Toile pour y trouver quelque chose de scientifique. William Gibson, le cyberpunk, et les autres marieraient technologie et humain… Attention, les cyborgs investissaient le cyberespace. Mais aujourd’hui ? Si on en croit Asimov, la SF étant « la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l'être humain aux progrès de la science et de la technologie » où allait-on puiser son inspiration ? Philippe Monot, libraire chez Goulard à Aix-en- Provence, et auteur lui-même, se désespère : c’est la crise ! Le romantisme revient avec des Space Opéras. En gros, tout se passe dans d’autres galaxies où « les mythes fondateurs sont transposés dans l’espace et dans le futur et où on se fout de la technologie ». Voir La Guerre des étoiles. Alors, arrivés là, on doit lire Kim Stanley Robinson : Mars la Rouge, Mars la Verte et enfin Mars la Bleue (Presses de la Cité), trilogie colonialiste version martienne. L’auteur s’y fait l’apôtre de la « terraformation », concept qui a passionné CarlSagan, l’astronome américain. Où l’on apprend à transformer une planète pour la rendre habitable par les humains. À ce stade, K.S. Robinson réinvente la speculative fiction qui ne va pas plus loin dans le temps que notre futur immédiat. Les Quarante signes de la pluie (Presse de la Cité) répond aux inquiétudes actuelles sur les variations de la climatologie. Les faits, rien que les faits. Loin de ce pragmatisme, rendons-nous dans le bocage vendéen où est né Pierre Bordage, le Balzac de la SF. Ce passionné de mythologies et de paradoxes taoïstes a vendu près d’un million de sa Trilogie des prophéties (Diable Vauvert). Axé vers la recherche d’une certaine spiritualité, il décrit des univers très complexes. Aujourd’hui la SF aurait tendance à se reposer sur ses lauriers. Les grandes idées sont sorties des neurones d’écrivains, méprisés par l’intelligentsia germanopratine, qui se servent de la science comme un fond d’écran et plus comme une fin en soi. La SF a besoin de la science et d’évolutions majeures. La récession imaginative suivrait-elle en parallèle la récession économique ? Rendez-vous au prochain trou noir… -/Many moons later, after the second of their world wars, they went to visit their own (moon). And Laika, Gagarin and Armstrong stimulated the brains of authors-cum-dreamers, who were often scientists. The Cold War then saw the arrival of Petrovichi-born SF : futur or no futur ? LIVRES les rendez-vous du mois/what to do this month Au début de la science-fiction était la science. Bien sûr la fiction était dans le cerveau des humains depuis qu’ils avaient pactisé avec le démon. At the beginning of science fiction there was science. Of course fiction had been in humans’minds since they made a pact with the devil. Isaac Asimov and Ray Bradbury from Illinois. The golden age of sci-fi had begun. The pulp fiction of the 1950s and 1960s arrived in France. The next wave was something completely new. In the 1980s, fantasy put horror in the pens of Stephen King and screenwriter Clive Barker. With great speed, the nineties plundered the internet for all things scientific. Cyberpunk William Gibson and others combined technology and humans. Watch out : cyborgs were taking over cyberspace. But what about today ? If we’re to believeAsimov, for whom sci-fi was « the branch of literature which is concerned with the impact of scientific advanceupon human beings », where are they going to find their inspiration ? Philippe Monot, a bookseller at Goulard in Aix-en-Provence and an author himself, despairs : sci-fi is in a crisis ! Romanticism is back in, in the shape of ‘space operas’. Basically, everything takes place in other galaxies where « the fundamental EN BREF... Première revue de myths are transposed into space and the future and where SF : Amazing people don’t give a damn about technology ». Think Star Stories. Créée en Wars. Nextup, you have to read Kim Stanley Robinson : 1926 par un Red Mars (Collins), Green Mars (Voyager) and Blue Mars Luxembourgeois (Mass Market), a colonialist trilogy of the Martian kind. In it émigré aux Etatsthe author champions ‘terraforming’, a concept that has Unis, Hugo fascinated American astronaut CarlSagan. It consists of Gernsback. Il dirigeait depuis 1911 transforming a planet to make it inhabitable by humans. With these books, Stanley Robinson reinvented speculative fiction, which only goes as far in time as our immediate une revue consacrée à la radio et à l'électricité, Modern future. Forty Signs of Rain (HarperCollins) answers current concerns about climate variation. The facts, nothing but Electrics, où il the facts. Far from this pragmatism, let’s now go to the publiait des oeuvres Vendée farmland where Pierre Bordage, the Balzac of scifi, was born. This fan of mythologies and Taoist paradoxes d'anticipation. D’autres pulps has sold nearly one million copies of his Trilogie des prophéties (Diable Vauvert). Focused on pursuing a certain éditaient des récits de fiction scientifique spirituality, he describes very complex universes. à succès. Sci-fi today tends to rest on its laurels. All the big ideas have Gernsback consacra come out of the writers’neurones – writers scorned by the un magazine à ce intellectuals who use science like computer wallpaper and qui s’appelait alors la an end in itself. Sci-fi needs science and major evolutions. scientifiction. Does this recession of the imagination closely follow the economic recession ? Meet you in the next black hole… novembre 2008 www.cotemagazine.com BOOCKS URBAN 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 1COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 118