COTE Marseille Provence n°115 novembre 2008
COTE Marseille Provence n°115 novembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°115 de novembre 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 118

  • Taille du fichier PDF : 39,2 Mo

  • Dans ce numéro : immobilier, l'avenir des villes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
URBANISME HABITAT 26 urbanisme/TOWN PLANNING Par Alexandre Benoist Depuis 2004, Riga se définit comme ville portuaire avec, pour objectif, de se requalifier comme une nouvelle porte économique. D’ici à 2009, la région portuaire de la rivière Daugava, la dernière zone de docks abandonnés restant en Europe, doit être réaménagée. COTE : Quels sont les grands enjeux de demain ? Omar Akbar : À la suite des attentats terroristes de 2001, les villes doivent faire face à un débat sur la sécurité qui détermine toujours plus fortement l’espace public. Cette évolution va se poursuivre, l’espace public disparaîtra peut-être même, si rien n’est entrepris de la part de la société civile pour contrer cette évolution. De plus, il ne faut pas oublier que la ville a, de manière générale, deux problèmes cruciaux à régler : la question de l’approvisionnement en énergie et celle de la pauvreté. Il faut trouver des solutions mondiales à ces problèmes. novembre 2008 www.cotemagazine.com OMAR Akbar Trouver des solutions à la question de l’approvisionnement en énergie et celle de la pauvreté. -/Find solutions to the problems of energy supplies and poverty. » LE DIRECTEUR DU BAUHAUS DESSAU EST CETTE ANNÉE LE COMMISSAIRE D’EXPOSITION D’ARCHILAB, MANIFESTATION PHARE DE L’ARCHITECTURE PROSPECTIVE DANS LE MONDE, QUI SE DÉROULE JUSQU’AU 23 DÉCEMBRE À ORLÉANS. QUEL EST L’AVENIR DES VILLES ? RÉPONSE. -/THE DIRECTOR OF BAUHAUS DESSAU IS CURATING THIS YEAR’S ARCHILAB EXHIBITION, THE WORLD’S LEADING FUTURE-FOCUSED ARCHITECTURE EVENT ON IN ORLEANS UNTIL 23 DECEMBER. WHAT FUTURE FOR OUR CITIES ? HIS ANSWERS. COTE : What are the main issues for the future ? Omar Akbar : Following the terrorist attacks in 2001, cities are being confronted with a debate on security that is increasingly determining usage of public space. This evolution will continue and public space could even disappear if civilian society does nothing to counter this evolution. What’s more we mustn’t forget that in general terms cities have two crucial problems to resolve : energy supplies and poverty. We have to find global solutions to these. REM KOOLHAS, REINIER DE GRAAF, MARKUS DETTLING, GABRIELA BOJALIL, OMA, 2007
Sur quels critères ces villes nouvelles devront-elles s’appuyer ? L’écologie, et par là l’économie d’eau et d’énergie, l’emploi d’énergies renouvelables et de matériaux recyclables, une utilisation parcimonieuse des espaces ou l’expansion des réseaux de transport public, sera un critère décisif pour le développement urbain durable. Le développement écologique urbain a également une composante sociale : l’économie des coûts relatifs à la consommation d’eau et d’énergie libère des ressources financières pour des investissements sociaux. À quoi ressembleront-elles ? Le problème principal, c’est que les villes courent le risque de perdre leur qualité urbaine originelle. Si une ville historique est ouverte aux évolutions, elle se renouvellera constamment et continuera à se développer. Quant à savoir s’il est possible de maintenir la densité et la compacité traditionnelles des villes européennes, c’est une question qui demande une réponse au cas par cas. Ce qui peut aussi signifier qu’il y aura des villes qui deviendront historiques. Les villes nouvelles, entendues comme des œuvres d’art intégrales hautement technicisées – mais aussi écologiques – sont souvent confrontées au fait que, en leur qualité d’unités complètes, elles peuvent devenir des ghettos. La ville fonctionne cependant uniquement par l’urbanité et donc par les fractures, les contradictions et les aspects subversifs. Devront-elles inventer des schémas organisationnels comme une nouvelle esthétique afin de répondre aux besoins ? En espérant que la raison va l’emporter, nous tiendrons de plus en plus compte des découvertes technologiques et des données locales comme des conditions climatiques spécifiques. Le point crucial est l’organisation à l’intérieur de la ville. Il s’agit de la mise en valeur rationnelle de l’espace urbain, l’accessibilité des usages urbains. Prenez par exemple la question du trafic. La voiture est le symbole de la locomotion individuelle, elle offre une forme certaine d’autonomie à une masse de gens. Pourtant, la vie quotidienne dans les villes est autre. L’on pourrait dire qu’elle est irrationnelle. Ces villes nouvelles seront-elles structurées de la même manière que les villes historiques ? Les villes, à l’image de celles que l’on voit en ce moment jaillir en Chine ou ailleurs, sont des « produits de laboratoire ». Leurs structures n’ont pas grandi avec l’histoire. Pourtant, elles citent, en les adaptant aux diverses conditions, les structures typiques de la ville historique. La ville historique sert toujours de référence. Y a-t-il urgence ? Absolument. Dans toutes les villes où le problème de la pauvreté ne sera pas pris en compte, il y aura une explosion. Archilab 2008 propose trois expositions thématiques, Implantation, Réanimation et Polymérisation. Pouvez-vous nous en dire plus ? L’architecture stratégique décrit une intervention ciblée qui doit déclencher des processus de transformation au sein de la ville et dégager de nouvelles forces. L’architecture stratégique concerne finalement moins le bâtiment individuel dans sa manifestation formelle que l’architecture, le paysagisme, les infrastructures et les mises en réseau. Elle est en lien avec la production de villes et de régions ainsi qu’avec les nouvelles atmosphères urbaines qui dépassent les conceptions traditionnelles de la ville et de l’agglomération urbaine. Les trois typologies – Polymérisation, Implantation et Réanimation – sont autant de points d’orientation pour l’analyse du développement urbain et territorial actuel, tout en déterminant l’agencement de l’exposition. Elles n’ont pas vocation à être universellement vraies ou exhaustives, mais servent à contextualiser les différentes approches stratégiques et à dégager les tendances urbanistiques contemporaines. La polymérisation par exemple désigne les nouvelles relations territoriales qui résultent de la fusion d’agglomérations rurales, urbaines et régionales, et qui doivent donner naissance à de nouvelles régions transnationales avec des potentiels spécifiques et des « images de marque » individuelles. On what criteria should these new cities be based ? Ecology – which includes factors such as water and energy savings, using renewable energies, intensive use of space, employing recyclable materials and expanding public transport networks – will be a decisive criterion in sustainable urban development. Ecological urban development also comprises a social element since reducing water and energy consumption cuts costs and so frees financial resources for social investments. What might those be ? The main problem is that cities are at risk of losing their urban originality. Here too security plays an important part, as does social segregation. As to whether it’s possible to maintain the traditional dense, compact nature of European cities – specifically because of demographic decline –, that’s a question that needs to be answered case by case. This could also signify that some cities become historic. New cities, understood as highly technologised, but also ecological, integral conceptions, are often confronted with the fact that because they are complete units they can turn into ghettos. Should they invent new organisation systems and new aesthetics so as to fulfil people’s needs ? In the hope that reason will win the day, we’ll be increasingly taking technological advances and local data such as specific climate conditions into account. But aesthetics aren’t the decisive aspect ; the crucial point is the organisation within a city, meaning a rational valorising of the city and the accessibility of urban requirements. Take, for example, the question of traffic. The car symbolises individual travel, providing a huge mass of people with a definite formof autonomy. Yet daily life in cities is quite the opposite, we might even call it irrational : in crowded streets traffic jams make city travel virtually unbearable and individual means of transport are now unthinkable. Will these new cities be structured in the same way as existing ones ? These cities, such as the ones we’re presently seeing goup in China and elsewhere, are artificial creations, laboratory products. Their structures haven’t developed over many years. Yet they cite the typical structures of existing cities while adapting them to diverse conditions. Existing cities are still the reference. Is there any urgency ? Most definitely. All cities where the problem of poverty isn’t addressed are going to explode. Archilab 2008 proposes three theme exhibitions, Implantation, Reanimation and Polymerisation. Can you tellus more about these ? Strategic architecture describes a targeted intervention that should set off transformation processes within a city and liberate new forces. Strategic architecture is in fact less concerned with individual buildings in their formal manifestation than with architecture, landscaping, infrastructures and networks. It is linked with what cities and regions produce and with the new urban atmospheres that go beyond traditional conceptions of the city and urban conurbation. These three terms – Polymerisation, Implantation and Reanimation – function as orientation points for analysing present urban and regional development, as wellas structuring the exhibition layout. They are not intended to be universally true or exhaustive but serve to contextualise the different strategic approaches and to identify contemporary urban-planning trends. Polymerisation refers to the new territorial relations resulting from the fusion of rural, urban and regional conurbations and which should result in new transnational regions with specific potentials, new identities and individual « brand images ». novembre 2008 www.cotemagazine.com TOWN PLANNING HABITAT 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 1COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 2-3COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 4-5COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 6-7COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 8-9COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 10-11COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 12-13COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 14-15COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 16-17COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 18-19COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 20-21COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 22-23COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 24-25COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 26-27COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 28-29COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 30-31COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 32-33COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 34-35COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 36-37COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 38-39COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 40-41COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 42-43COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 44-45COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 46-47COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 48-49COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 50-51COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 52-53COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 54-55COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 56-57COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 58-59COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 60-61COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 62-63COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 64-65COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 66-67COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 68-69COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 70-71COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 72-73COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 74-75COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 76-77COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 78-79COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 80-81COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 82-83COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 84-85COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 86-87COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 88-89COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 90-91COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 92-93COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 94-95COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 96-97COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 98-99COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 100-101COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 102-103COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 104-105COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 106-107COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 108-109COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 110-111COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 112-113COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 114-115COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 116-117COTE Marseille Provence numéro 115 novembre 2008 Page 118