COTE For Paris Visitors n°31 déc 12/jan 2013
COTE For Paris Visitors n°31 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 24,8 Mo

  • Dans ce numéro : désir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
URBANGUIDE focus le grand rendez-vous culturel/the big cultural event Par Mireille Sartore AKRAM KHAN retour aux sources -/explores his roots Il a dansé avec Sylvie Guillem, Juliette Binoche et participé, l’été dernier, à l’événement le plus médiatisé au monde, les Jeux olympiques de Londres, pour lequel ce chorégraphe et danseur remarquable a signé l’incroyable cérémonie d’ouverture avec le cinéaste Danny Boyle. Cinquante danseurs dans un stade rempli par quatre-vingt mille spectateurs et un milliard de téléspectateurs au compteur, Akram Khan a des arguments pour se faire valoir. Or, c’est avec un solo, son premier depuis la création de sa compagnie éponyme en 2000, que l’artiste revient à Paris, au Théâtre de la Ville, un lieu qu’il connaît bien. Pour cette pièce de 2011 donnée en octobre dernier au Théâtre Sadler’s Wells de Londres, Akram Khan regarde dans le rétroviseur pour se questionner sur ses origines, ses racines. En sanscrit, « desh » désigne aussi bien la patrie, la nation que la terre. Né dans la capitale de l’Angleterre de parents venus du Bangladesh, l’homme livre ici un autoportrait sensible aussi bien qu’une saga familiale, incarnant au fil du récit plusieurs person - nages, témoins de l’histoire de son pays d’origine. Des traces qu’il n’a jamais véritablement écartées ou négligées car son langage stylistique est constitué d’une gestuelle contemporaine et d’un style traditionnel indien autrefois réservé aux hommes, le kathak. Cette fable très personnelle, libre, inventive et vivante mixe danse, textes et vidéos. Une équipe de choc l’entoure sur cette nouvelle production, comme l’artiste visuel Tim Yip qui collabora notamment avec Ang Lee sur Tigre et Dragon, l’écrivain Karthika Nair et le compositeur Jocelyn Pook. Cette parenthèse hors du temps diffuse une magie poétique et visuelle qui convient à tous les publics, tant ses niveaux de lecture sont multiples. Cet été, le chorégraphe sera de retour à Paris avec In the Mind of Igor, création mondiale, présentée au Théâtre des Champs-Élysées, pour célébrer le centenaire de création du Sacre du Printemps. by Richard Haughton Desh, une fable personnelle signée Akram Khan, sur sa famille et son pays originel, le Bengladesh. Le chorégraphe anglo-bengali présente Desh au Théâtre de la Ville, une œuvre intime et bouleversante qui parle de ses origines. Seul en scène. -/At the Théâtre de la Ville, Akram Khan presents Desh, an intimate and moving work in which, alone on the stage, he evokes his roots. -/London-born Akram Khan, whose parents came from Bangladesh, has danced with Sylvie Guillem and Juliette Binoche. Last summer he took part in the world's most media-hyped event, the London Olympics, working with Danny Boyle to create the opening ceremony – 50 dancers in a stadium packed with 20,000 people and a billion viewers watching at home. That's some cred ! But it's with a solo piece, the first since he formedhis eponymous dance company in 2000, that this brilliant choreographer and dancer is back in Paris. In this 2011 piece, performedat Sadler’s Wells in London last October, Akram Khan contemplates his roots. Desh in Sanskrit means homeland, nation, land, earth. The piece is a sensitive self-portrait and family saga in which the dancer portrays various characters as the story unfolds, bearing witness to the history of his country. In fact his Asian roots are never quite absent from his work since his stylistic language incorporates both contemporary dance and the traditional kathak style (originally danced only by men). This very personal, free, inventive and lively show combines dance, texts and video. The new production involves a brilliant supporting team with visual artist Tim Yip, who worked with Ang Lee on Crouching Tiger, Hidden Dragon, writer Karthika Nair and composer Jocelyn Pook. This timelessinterlude of poetic and visual magic works at so many levels that audiences of all kinds will love it. Akram Khan will be back in Paris this summer with In the Mind of Igor, a world creation to be staged at the Théâtre des Champs-Elysées in celebration of the 100th anniversary of the creation of Stravinsky's Rite of Spring. Du 19 décembre au 2 janvier 2013, Théâtre de la Ville, 2 place du Châtelet, 4 e Tél. 01 42 74 22 77 www.theatredelaville-paris.com 84 | DÉCEMBRE 2012_JANVIER 2013 - www.cotemagazine.com
Par Mireille Sartore La Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, avenue Marceau, dans le 16 e arrondissement, dédie sa 18 e exposition, dans un décor Belle Époque, au peintre Jacques- Émile Blanche, portraitiste du XIX e siècle qui côtoya Proust, Stravinsky, Degas, Gide, Rodin, Cocteau, etc. -/The Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent (Avenue Marceau, Paris 16) has been redecorated in Belle Epoque style for its 18th exhibition, dedicated to the 19thcentury painter and portraitist Jacques- Émile Blanche, who rubbed shoulders with the likes of Proust, Stravinsky, Degas, Gide, Rodin and Cocteau. Au cœur de sa collection de 20 000 dessins, les Beaux-arts de Paris détiennent quelques trésors signés d’Albrecht Dürer que l’institution dévoile jusqu’au 13 janvier prochain. -/Among the 20,000 drawings in its collection the Musée des Beaux-arts de Paris possesses a number of masterpieces by Albrecht Dürer, which are on show at the museum until 13 January. agenda URBANGUIDE GALERIES Gagosian et Ropac taille XXL Ils avaient déjà pignon sur rue dans la capitale. Les deux géants de l’art contemporain, Thaddaeus Ropac et Larry Gagosian, ont inauguré en octobre dernier leurs nouveaux espaces en Seine-Saint-Denis, aux portes de Paris – l’Autrichien à Pantin et l’Américain au Bourget. Autre point commun : le gigantisme des surfaces qui leur permet de présenter des œuvres monumentales interdites de séjour à Paris. À Pantin, dans une ancienne chaudronnerie de 5 000 m², Ropac prévoit d’organiser dix expositions par an. La première, visible jusqu’au 27 janvier, est consacrée à Anselm Kiefer et Joseph Beuys, deux figures majeures de l’art contemporain. Chez Larry Gagosian, le galeriste « aux 77 artistes » (dont Picasso, Serra, Koons ou Hirst), c’est Jean Nouvel qui s’est chargé de transformer un entrepôt aéronautique, loué aux Aéroports de Paris, en galerie de 1 650 m² et 340 m² de mezzanine. L’Allemand Anselm Kiefer inaugure également ce magnifique lieu qui vise les Parisiens comme les voyageurs de passage. Jusqu’au 26 janvier 2013. -/Gagosian and Ropac go XXL. Last October saw two giants of contemporary art, gallerists Thaddaeus Ropac and Larry Gagosian, open new spaces in Seine-Saint-Denis on the city outskirts – the Austrian in Pantin, the American in Le Bourget. The new galleries have another point in common : acres of floor space, which allows them to showcase works far too big to exhibit in central Paris. Ropac plans to mount ten exhibitions per year in his Pantin gallery, which is housed in a former boilerworks. The first is dedicated to Anselm Kiefer and Joseph Beuys, two of the most important figures in contemporary art (until 27 January). Meanwhile Gagosian – who represents 77 artists – commissioned French architect Jean Nouvel to convert a disused hangar on the grounds of a Paris airport into his newest gallery. This magnificent space, which aims to attract Parisians and travellers passing through, also opens with German artist Anself Kiefer. Until 26 January 2013. Thaddaeus Ropac Pantin, 69 avenue du Général Leclerc, 93500 Pantin. Galerie Gagosian, 800 avenue de l’Europe, 93350 Le Bourget. Tél. 01 48 16 16 47 Galerie Thaddaeus Ropac & Anselm Kiefer/Photo : Charles Duprat La Galerie Thaddaeus Ropac Pantin. Le MUSÉE ABSOLU LIVRE par Phaidon www.phaidon.com Les 992 pages de cet ouvrage hors normes (50 cm de haut) s’envisagent comme les salles d’un « musée absolu », où défileraient pas moins de 3 000 œuvres couvrant plus de trois millénaires d’histoire de l’art ! Une centaine de spécialistes recrutés par Phaidon ont travaillé dix ans pour créer ce livre unique, disponible aussi en version anglaise. 175 €. -/The Art Museum by Phaidon Now available in French as Le Musée Absolu, this unprecedented 992-page volume was conceived as the ultimate « virtual art museum », and features some 2,700 works covering more than three millennia of art history ! Publisher Phaidon recruited a hundred experts to work on the unique tome, which was ten years in the making. Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - ADAGP, Paris 2012 1945 - Pathé Production Garance (Arletty) et Baptiste (Jean-Louis Barrault) dans Les Enfants du Paradis. 51 rue de Bercy, 12 e Tél. 01 71 19 33 33 CINÉMA « Les enfants du paradis » au panthéon Le chef-d’œuvre des Enfants du Paradis, sorti en mars 1945, n’est pas qu’un film de cinéma, entrepris deux ans auparavant en pleine Occupation… Il est un « spectacle total » né du génie d’un quatuor d’amis qui avait déjà fait ses preuves – le cinéaste Marcel Carné, le poète Jacques Prévert, le décorateur Alexandre Trauner et le musicien Joseph Kosma – entouré pour l’occasion par une formidable équipe de comédiens et de techniciens. La Cinémathèque française, qui possède un ensemble exceptionnel d’archives sur le film récemment restauré par Pathé, présente une exposition pour cinéphiles qui raconte, jusqu’au 27 janvier, tous les secrets de ce film devenu mythique. -/Les Enfants du Paradis at the Cinémathèque Française. Les Enfants du Paradis (Children of Paradise), shot during the Occupation and released in March 1945, is more than just a film. It is a consummate masterpiece of French cinema produced by a quartet of geniuses who also happened to be friends – filmmaker Marcel Carné, poet Jacques Prévert, set designer Alexandre Trauner and composer Joseph Kosma – supported by a wonderful team of actors and technical staff. The Cinémathèque Française, which holds exceptional archive material on the legendary film (recently restored by Pathé), has organised an exhibition that goes behind the scenes. A must for film buffs. Until 27 January. www.cotemagazine.com - DÉCEMBRE 2012_JANVIER 2013 | 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 31 déc 12/jan 2013 Page 116