COTE For Paris Visitors n°25 déc 11/jan 2012
COTE For Paris Visitors n°25 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°25 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : mode... poésie hivernale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
PRÉCIEUX ENVIRONNEMENT 54 Je me nomme Almir Narayamoga Surui et je suis le chef d’un petit peuple d’Amazonie. Il y a 40 ans, nous étions plus de 5000. Une légende disait, qu’un jour, un grand serpent viendrait nous dévorer. Nous avons vu le grand serpent avancer vers nous – la route transamazonienne – et le contact avec votre civilisation a eu lieu ! Trois ans plus tard, en 1971, il restait moins de 300 d’entre nous, décimés par les maladies de l’homme blanc et la guerre. Mais nous avons décidé de survivre avec notre forêt. » Ce texte, véritable manifeste, Thomas Pizer, président de l’ONG suisse Aquaverde*, l’a reçu un jour de l’année 2004. « Ce mail a bouleversé notre vision de l’écologie, en la ramenant à une échelle humaine et très concrète. Sans la forêt, les indigènes savent que leurs peuples disparaîtront. L’Amazonie est l’un des berceaux de biodiversité les plus riches de la planète. Cependant, tout est menacé quotidiennement par la déforestation, qui, depuis 1970, a déjà détruit 20% de la superficie totale de la forêt. » Bouleversé donc, mais la grande surprise de Thomas Pizer a été de recevoir, du fin fond de l’Amazonie, cet appel… par e-mail, accompagné d’un tableau Excel et de la présentation PowerPoint d’un projet de reforestation ! En effet, dans sa lutte pour sa survie, Almir et sa tribu – 1 200 âmes aujourd’hui – ont troqué arcs et flèches pour des armes bien plus modernes et bien plus efficaces : les NTIC, les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Internet donc, mais aussi les smartphones. Son objectif ? Photographier les bûcherons braconniers entrés illégalement sur son territoire pour ensuite poster les clichés sur le Net. Tout a commencé il y a 21 ans. Almir, alors âgé de 17 ans, vient d’être élu chef des Gamebey, le clan des guerriers chargés de la protection de la tribu. Nous sommes au cœur de l’Amazonie, dans l’état du Rondônia, et plus pr écisément en Terra Indigena Sete de Setembro, territoire surui de 250 hectares. Almir comprend que la meilleure solution pour éviter à son peuple de disparaître est de vivre avec son temps. Chose exceptionnelle, il quitte sa communauté pour suivre des études de biologie à décembre 2011-janvier 2012 www.cotemagazine.com Par Alexandre Benoist L’indien geek d’amazonie THOMAS PIZER « My name is Almir Narayamoga Surui and I am the chief of a small Amazonian people. Forty years ago we were more than 5000. A legend said that one day a big snake would come and devour us. We watched the big snake – the Trans-Amazon Highway – advancing towards us and then we came into contact with your civilisation. Three years later, in 1971, less than 300 of us were left ; our tribe had been decimated by the white man’s diseases and war. But we have decided to survive, with our rainforest. » This is the text, a veritable manifesto, that Thomas Pizer, president of Aquaverde, a Swiss non-profit association, received one day in 2004. « Thatemail had a profound effect on our vision of ecology by reintroducing the human aspect. Without the forest, the indigenous peoples know they will die out. Amazonia has one of richest biodiversities on the planet but everything is threatened constantly by the deforestation that since 1970 has already destroyed 20% of the rainforest. » Thomas Pizer was deeply moved but also greatly surprised to receive this appeal by…email, along with an Excel table and a PowerPoint presentation of a reforestation project ! Le projet « Pamine » a permis la replantation de 100 000 arbres en 5 ans. In their struggle for survival, Almir and his tribe, which today numbers 1200, have exchanged bows and arrows for decidedly more modern and efficient weapons : the new information and communications technologies,i.e. internet and even smartphones. His aim ? To photograph the plundering loggers who make illegal incursions into the tribe’s territory, then post the photos on the Web. The story starts 21 years ago when Almir, then aged 17, was elected chief of the Gamebey clan of warriors responsible for defending the tribe, which lives in the heart of Amazonia, in the state of
Depuis son accord avec Google, Almir surveille son territoire grâce à la technologie satellite et rend public les tentatives de déboisement. l’université de Goiânia, près de Brasilia. C’est là qu’il comprend que les NTIC sont des outils redoutables, capables de faire entendre sa voix sur toute la planète. En 2007, il découvre Google Earth. D’abord bouleversé par les images satellites qui mettent en évidence les dégâts de la déforestation, il prend cons - cience de l’intérêt de cet instrument et « squatte » pendant 5 jours le siège de Google, à Palo Alto. Il est finalement reçu pour un entretien de 30 minutes… qui durera 3 heures ! Quelques mois plus tard, les équi pes de Google viendront au Rondônia, ordinateurs et GPS en poche, pour cartographier la région et former les Suruis à Google Earth… Cette stratégie visionnaire a permis aux Suruis de protéger leur territoire et à Almir de devenir l’un des chefs indigènes les plus influents de la planète. En 2007, il est nommé coordinateur de l’environnement à la COIAB (Coordination des organisations indigènes de l’Amazonie brésilienne). L’année suivante, il reçoit le prix de la Société internationale des droits de l’homme, à Genève. Al Gore l’encense, le prince Charles le reçoit et, en 2011, la Commission des droits de l’homme de l’ONU lui offre une tribune pour plaider sa cause. Mais sa célébrité a un coût. Sa tête est mise à prix pour 100 000 dollars et les menaces de mort régulières l’obligent, il y a quelques mois, à demander la protection du gouvernement brésilien. Mais cela ne l’empêche pas, avec Aquaverde, de poursuivre son projet baptisé Pamine, « renaissance », qui a déjà permis la replantation de 100 000 arbres en 5 ans. « L’objectif d’Almir est aussi de démontrer qu’une économie durable et non destructrice de la forêt tropicale est possible. Avec sa tribu comme exemple, il cherche à créer un modèle pour les autres tribus, espérant que cela servira à induire une réelle politique gouvernementale », conclut Thomas Pizer. *Parrainez un arbre avec Aquaverde en cliquant sur www.aquaverde.org IVAN KASHINSKY Rondônia, on the Terra Indigena Sete de Setembro, the Surui’s 250ha reserve. Almir realised that the best way of preventing his people dying out was to tune into the times, so he left his community to study biology at the university in Goiânia, near Brasilia, where he discovered that the new information technologies were amazing tools that could enable his voice to be heard all over the planet. In 2007 he discovered Google Earth. Initially dismayed by the images that showed clearly the devastation caused by deforestation, he then realised he could use this tool, so squatted Google’s head offices in Palo Alto for five days until he was given a 30-minute meeting, which turned into three hours ! A few months later Google’s teams arrived in Rondônia to map the region and teach the Surui to use Google Earth. This visionary strategy has allowed the Surui to defend their territory and made Almir one of the most influential indigenous chiefs on the planet. In 2007 he was appointed environment coordinator for COIAB (Coordination of the Indigenous Organisations of the Brazilian Amazon) ; the following year the International Society for Human Rights in Geneva awarded him its prize. Al Gore sings his praises, Prince Charles has met him, and this year the UN’s Human Rights Committee invited him to plead his cause. But being famous is dangerous : there’s a price of $100,000 on his head and a few months ago death threats forced him to ask the Brazilian government for protection. That doesn’t stop him continuing, with Aquaverde, his project christened Pamine, meaning « rebirth », which in five years has already replanted 100,000 trees. « Almir is also out to prove it’s possible to develop a sustainable economy that doesn’t destroy the rainforest. Using his tribe as an example, he’s seeking to create a model for other tribes in the hope that will help induce an effective government policy, » concludes Thomas Pizer. décembre 2011-janvier 2012 www.cotemagazine.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 116-117COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 118-119COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 120-121COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 122-123COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 124-125COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 126-127COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 128-129COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 130-131COTE For Paris Visitors numéro 25 déc 11/jan 2012 Page 132